En matière d'immobilier, la France a la fiscalité la moins favorable d'Europe Vie pratique | 21.10.14

Partager sur :
La France taxe davantage l'immobilier, tant la construction que la vente de logements neufs, que ses voisins européens. C'est ce que révèle une étude publiée ce mardi par le cabinet d'avocats Fidal et commandée par la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI). Réalisée sur la base d'un prix de vente unitaire de 200 000 euros hors taxe par logement en France et en Europe, cette dernière concernait l'Allemagne, le Royaume-Uni, la Belgique, les Pays-Bas, l'Italie et l'Espagne.
En matière de fiscalité immobilière, il ne fait pas bon vivre en France. C'est le constat général que dresse une étude publiée ce mardi par le cabinet d'avocats Fidal et commandée par la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI). Réalisée sur la base d'un prix de vente unitaire de 200 000 euros hors taxe par logement en France et en Europe, celle-ci concernait outre la France l'Allemagne, le Royaume-Uni, la Belgique, les Pays-Bas, l'Italie et l'Espagne. Verdict : cette première taxe plus l'immobilier que ses voisins européens.

Concernant la production et la vente d'immeubles collectifs, « la France présente incontestablement le niveau d'imposition le plus élevé du fait de la conjugaison d'une TVA au taux de 20 % appliquée au prix de vente de l'immeuble et des diverses autres taxes indirectes représentant quant à elles de 3 % à 4 % du prix de vente », souligne l'étude dévoilée dans un premier temps par le quotidien Les Échos.

A contrario « le Royaume-Uni apparaît comme le pays à la fiscalité la plus favorable, avec un écart de 12 % à 13 % du prix de vente d'un appartement neuf en comparaison avec la France, soit un écart de fiscalité d'environ 24 000 à 26 000 euros lors de l'acquisition d'un appartement neuf d'un prix de 200 000 euros HT par un particulier », constate Fidal.

Concernant l'imposition liée à la détention d'un appartement par une personne physique, la France a « là encore la fiscalité la plus élevée en matière d'impôts locaux (taxe foncière et taxe d'habitation) », relève l'étude.

Trois hypothèses de foyer fiscal

Seul point positif, le régime d'imposition français sur les plus-values sur la cession d'une résidence principale et des droits de donation/succession est « comparable à celui des autres pays étudiés, les cas d'exonération de plus-value sur résidence principale étant similaires à ceux des autres pays », note Fidal.

En conclusion, l'étude souligne que « le cumul des différentes impositions pèse de manière élevée en France sur les prix de vente du résidentiel neuf ».

S'agissant de la fiscalité applicable à l'étranger, Fidal s'est appuyé sur son réseau de correspondants pour chacun des pays concernés. S'agissant du foyer fiscal, le cabinet s'est appuyé sur trois hypothèses : un foyer composé d'un couple avec deux enfants et disposant d'un revenu annuel de 50 000 euros, un foyer composé d'un couple avec deux enfants et disposant d'un revenu annuel de 150 000 euros et enfin, un célibataire avec un revenu de 50 000 euros.

Concernant les localisations géographiques, les villes de Besançon, Grenoble, Nice et Boulogne-Billancourt ont été retenues pour la France.

A. LG (avec AFP)
© Eisenhans (FOTOLIA)

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Un douzième des investissements de la France concerne la transition énergétique

Un douzième des investissements de la France concerne la transition énergétique

L’I4CE vient de révéler les résultats de son étude consacrée aux investissements 2018 de la France en faveur du climat. Il en ressort que la transition énergétique concentre un douzième des investissements du pays. 45 milliards d’euros ont ainsi été investis soit 2 mds d’euros de plus qu’en 2017. Malgré la hausse, l’Institut estime que cette progression est encore « trop timide » pour atteindre l’objectif de neutralité carbone.
L’immobilier, premier choix d’investissement des Français (étude)

L’immobilier, premier choix d’investissement des Français (étude)

Si la crise financière semble peu à peu se dissiper en France, la population reste réticente à investir, d’après une étude publiée ce 30 mai par Legg Mason, société de gestion d’actifs. La prudence reste donc de mise, mais les investisseurs français ont tendance à davantage se tourner vers l’immobilier pour placer leur argent, et tout particulièrement dans leur propre pays. Le détail des résultats de l’étude.
Fracture territoriale : encore trop d’inégalités entre les métropoles

Fracture territoriale : encore trop d’inégalités entre les métropoles

Le cabinet Arthur Loyd, spécialiste de l’immobilier d’entreprise, a communiqué ce 13 novembre à propos de l’édition 2018 de son Baromètre de l’attractivité et du dynamisme des métropoles françaises. S’inscrivant plus que jamais dans l’actualité, après le lancement du plan « Action cœur de ville » l’année dernière, le rapport revient notamment sur la nécessité d’adapter le parc immobilier afin d’accompagner les mutations des territoires. Les détails.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter