Le locataire doit être protégé des risques électriques Vie pratique | 11.05.18

Partager sur :
Le locataire doit être protégé des risques électriques
Depuis juillet 2017, les propriétaires bailleurs sont obligés de fournir un diagnostic des équipements électriques d'un bien en location lors de la signature ou du renouvellement d'un bail pour toute installation de plus de 15 ans. La Cour de cassation va même encore plus loin, estimant que ces équipements doivent être conformes aux normes de sécurité sous peine de mise en danger de la vie d'autrui. Explications.
Une installation électrique non conforme aux normes peut conduire en correctionnelle le propriétaire du logement loué.    

L'absence de certains équipements de sécurité obligatoires a été qualifiée de "mise en danger de la vie d'autrui" par la Cour de cassation.    

Ainsi, l'absence de disjoncteurs différentiels de 30 mA a été jugée particulièrement dangereuse puisqu'elle crée un risque d'électrocution et de court-circuit. De même, l'absence de branchements électriques en bon état d'usage et de fonctionnement répondant aux besoins normaux relève, selon les juges, de la mise en danger.    

Cependant, la norme applicable dans un logement est celle en vigueur au jour de sa construction ou de sa transformation en habitation et elle peut être moins exigeante que la norme actuelle. Mais les juges prennent aussi en considération l'état général de l'installation pour évaluer la préoccupation de sécurité du propriétaire.

La norme des installations électriques des habitations, appelée NFC 15-100, date de 1969 et a été améliorée au fil des ans. Les disjoncteurs à haute sensibilité, qui repèrent les "fuites" de courant minimes, font partie des principales exigences de cette norme.  

En plus du respect de la norme électrique, le propriétaire est soumis au décret de 1987 qui impose des normes minimales d'habitabilité, parmi lesquelles il est prévu des installations électriques "assurant la sécurité des utilisateurs".

(Cass. Crim, 2.5.2018, X 17-82.727).
(AFP)

Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Plus économique que le fioul et le gaz, c’est le moment d’investir dans le chauffage au bois !

Plus économique que le fioul et le gaz, c’est le moment d’investir dans le chauffage au bois !

15 % des personnes interrogées dans le cadre du baromètre Energie-Info en septembre 2018 déclaraient avoir souffert du froid dans leur logement durant l’hiver dernier. Dans ce contexte, le médiateur national de l’énergie rappelle que la trêve hivernale est le moment idéal pour se préoccuper de cette question et résoudre les problèmes d’isolation. Le syndicat des énergies renouvelables conseille quant à lui d’investir dans le chauffage au bois, plus économique et écologique que le gaz ou le fioul.
Une construction autorisée peut être démolie

Une construction autorisée peut être démolie

Comme si la baisse des autorisations de logements à la construction enregistrée ce premier trimestre ne suffisait pas, la Cour de cassation estime que la démolition d'un bien peut être autorisée dans certaines conditions. Cette décision de la justice nécessite néanmoins l'annulation préalable du permis de construire, y compris sur simple demande d'un voisin qui considérerait que les travaux en cours ne sont pas conformes à au règlement administratif. Explications.
Pas d'appropriation sur les parties communes de copropriété

Pas d'appropriation sur les parties communes de copropriété

La Cour de cassation a récemment jugé qu’un copropriétaire ne peut en aucun cas s’approprier une partie commune, quand bien même il aurait été le seul à l’utiliser durant de longues années. En l’occurrence, des copropriétaires qui avaient eu l’exclusivité sur un jardin pendant 30 ans, estimaient disposer d’un droit immobilier sur cet espace pourtant commun. À tort, d’après la Cour.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter