Le propriétaire doit une garantie totale au locataire Vie pratique | 22.10.18

Partager sur :
Le propriétaire doit une garantie totale au locataire
Attention aux propriétaires de biens en location qui ne seraient pas vigilants ! D'après la Cour de cassation, ceux-ci sont en charge de fournir des équipements qui fonctionnent, ou, dans le cas contraire, de les faire réparer, même lorsque les dommages sont minimes. L'occupant du logement peut en effet réclamer un dédommagement s'il ne peut pas jouir paisiblement de son habitation. Explications.
Si l'équipement de son logement connaît le moindre dysfonctionnement, le locataire peut réclamer des dommages-intérêts à son propriétaire.

La Cour de cassation applique ce principe en rappelant que la cause des dysfonctionnements est sans importance, le propriétaire étant tenu par la loi d'assurer au locataire la jouissance paisible de la chose louée.

Un locataire qui se plaignait d'un mauvais fonctionnement de son chauffage, avec de courtes interruptions, pouvait donc demander des indemnités. Le propriétaire faisait valoir que les problèmes étaient ponctuels et leur origine inconnue. Rien n'indiquait dès lors que les problèmes lui soient imputables. On ne pouvait donc pas, disait-il, lui reprocher une faute, ni même un manquement quelconque à ses obligations d'entretien.

Ces arguments sont sans intérêt, ont tranché les juges, car excepté en cas de force majeure, le propriétaire est toujours responsable. Ce principe est énoncé par le code civil et par la loi de 1989 qui réglemente les rapports locatifs.

La loi de 1989 comme le code civil imposent au propriétaire de maintenir le bien en état de servir à l'usage pour lequel il a été loué et d'en assurer la jouissance paisible à son locataire. Le code civil ajoute que le bailleur doit sa garantie au locataire contre tous les vices ou défauts qui empêchent l'usage, même s'il les ignore. Et si le locataire en subit un préjudice, il doit être indemnisé.

(Cass. Civ 3, 11.10.2018, P 17-21.286).
(AFP)
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La Cour d’Etat rejette le recours contre un décret de 2017 sur le logement décent

La Cour d’Etat rejette le recours contre un décret de 2017 sur le logement décent

Depuis la catastrophe de Marseille, la qualité de l'habitat est au centre de l’attention. Indécent, insalubre, indigne... tout est question de définition. C’est celle du logement « décent », contenue dans un décret datant de début 2017, que 4 associations avaient jugé « imprécise » et décidé de contester à travers un recours déposé fin 2017. La Cour d’Etat a fait savoir jeudi 20 décembre qu’elle avait rejeté ce recours. Retour sur une polémique.
Déménager

Déménager "à la cloche de bois", c'est risqué

Si cela peut tomber sous le sens, quitter un logement « comme un voleur », sans en informer le propriétaire ni lui rendre les clés du bien, peut constituer un délit puni par la justice. En l’occurrence, un propriétaire a eu la mauvaise surprise de découvrir que ses locaux loués avaient été dégradés par des inconnus. Dès lors, pour la Cour de cassation, c’est au locataire d’assumer la remise en état.
Un logement vendu doit avoir un chauffage en état

Un logement vendu doit avoir un chauffage en état

Alors que le printemps peine à s’installer, de nombreuses régions ayant connu un nouvel épisode neigeux, il est toujours nécessaire de bien chauffer son logement. La Cour de cassation a d’ailleurs rappelé qu’un bien vendu doit impérativement disposer d’un système de chauffage en bon état. Dans le cas contraire, c’est la responsabilité du vendeur qui est engagée.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter