Rénovation énergétique,  la TVA à 5,5% fait baisser la facture

Vie pratique | 05.03.21
Partager sur :
Rénovation énergétique,  la TVA à 5,5% fait baisser la facture - Batiweb
Aujourd'hui en Europe, 40 % de la consommation d’énergie et 36 % des émissions de gaz à effet de serre proviennent des bâtiments. La France s’est lancé un énorme défi, viser d’ici à 2050, un parc immobilier climatiquement neutre. Pour ce faire et afin d’encourager les travaux de rénovation énergétique des logements anciens, le gouvernement accorde aux ménages un taux de réduit de 5,5% sur la TVA. Une très belle opportunité pour les particuliers qui voient ainsi leur facture fondre et pour les professionnels du bâtiment, qui peuvent ainsi proposer des tarifs plus attractifs à leurs clients. Explications.

Différents taux, pour différents travaux

 

Lors de la rénovation d’un logement, les particuliers peuvent donc bénéficier d’un taux réduit de TVA. Il en existe deux. Un taux réduit à 10%, qui concerne les travaux d’amélioration, de transformation et d’aménagement. Puis un autre à 5,5%, qui nous intéresse plus particulièrement dans cet article. 

Ce taux réduit fait donc passer la TVA de 20% à 5,5%, en fonction des travaux engagés.

Ce taux s'applique aux travaux de rénovation énergétique, comme l’isolation thermique, les dépenses dans des équipements permettant de réaliser des économies d'énergies ou encore de production d'énergies renouvelables.
 

Pour pouvoir bénéficier de ce taux particulier, deux conditions sont imposées par l’État. Les locaux concernés doivent être:

  • Des locaux dont les travaux sont achevés depuis plus de 2 ans
  • Des locaux d’habitation uniquement. Résidence principale ou secondaire.

Ces conditions d’éligibilité s'adressent donc aux propriétaires occupants, aux propriétaires bailleurs, syndicats de copropriété, locataires, occupants à titre gratuit et sociétés civiles immobilières.

 

Quels sont les travaux concernés ?

 

Le gouvernement a mis en place une liste des équipements et des interventions éligibles que voici.

  • Les chaudières à condensation
  • Les chaudières à micro-cogénération gaz d'une puissance de production électrique inférieure ou égale à 3 kilovolt-ampères par logement
  • Les matériaux d'isolation thermique des parois opaques ou vitrées, de volets isolants ou de portes d'entrée donnant sur l'extérieur
  • Les matériaux de calorifugeage d'une installation de production ou de distribution de chaleur ou d'eau chaude sanitaire
  • Les appareils de régulation de chauffage
  • Les équipements de production d'énergie utilisant une source d'énergie renouvelable, à l’exception des équipements de production d’électricité utilisant l’énergie radiative du soleil, ou des pompes à chaleur, autres que air / air, dont la finalité essentielle est la production de chaleur ou d'eau chaude sanitaire
  • L'échangeur de chaleur souterrain des pompes à chaleur géothermiques
  • Les équipements de raccordement à un réseau de chaleur, alimenté majoritairement par des énergies renouvelables ou par une installation de cogénération

 

Si vos travaux de rénovations concernent un ou plusieurs des éléments notés ci-dessus, vous pourrez bénéficier d’un taux réduit de 5,5%. Une subtilité importante s’y ajoute. Ce taux réduit s’applique également aux travaux induits et donc indissociablement liés aux travaux d’amélioration énergétique. 

 

Prenons un exemple: pour l’installation d’une fenêtre double vitrage, qui serait posée dans une salle de bain. Les travaux de peinture et de plâtrerie liés à la pose de la fenêtre double vitrage sont eux aussi soumis au taux de 5,5 %. 

 

Autre exemple. Une chaudière à micro-cogénération gaz est installée en sous-sol d’une maison. Le système d’évacuation de l’habitation doit être adapté pour assurer le bon fonctionnement de la chaudière. Quand bien même cette installation traverse d’autres pièces, les travaux seront soumis au taux réduit de 5,5 %.

 

Important, il est impératif que vos travaux et équipements vous soient facturés par un artisan. Au cas où vous souhaiteriez acheter vous-mêmes vos matériaux, le taux habituel de TVA de 20 % sera appliqué. Seule la prestation de pose effectuée par l'entreprise pourra relever d'un taux réduit.

 

Travaux non éligibles

 

Tous les travaux ne sont cependant pas éligibles. Les taux réduits de TVA ne s’appliquent donc pas à ceux qui :

  • Portent sur des locaux autres que d’habitation
  • Qui concernent des habitations achevées depuis moins de deux ans
  • Conduisent à une surélévation du bâtiment ou à une addition de construction
  • Qui augmentent la surface de plancher de la construction existante de plus de 10 %
  • Qui concourent à la production d’un immeuble neuf

 

Comment en profiter ?

Maintenant que vous et votre artisan connaissez les interventions qui relèvent d’un taux réduit de 5,5%, il lui faudra l’appliquer sur votre facture.

Cependant, pour tous travaux d'un montant supérieur à 300 €, vous devrez lui remettre une attestation spécifique, confirmant le respect des conditions d'application des taux réduits de TVA.

Deux modèles d'attestation existent qui correspondent aux différents types de travaux réalisés. Une simplifiée et une autre dite « normale ». 

L'attestation simplifiée est réservée aux travaux n'affectant aucun des éléments de gros œuvre (poutres, murs, etc.) et pas plus de cinq des six éléments de second œuvre (installations électriques, système de chauffage, cloisons intérieures, installations sanitaires et plomberie, etc.).

Pour les travaux affectant le gros œuvre et tous les éléments de second œuvre, vous devrez télécharger l'attestation dite « normale ».

Vous pouvez télécharger ces attestations ici :

 

 

Les Français sont de plus en plus soucieux de mettre à jour leurs habitations, pour relever les défis de l’économie d'énergie et de l’écologie. Avec MaPrimeRenov’, la CEE et la TVA à 5,5%, c’est un éventail d'aides non négligeable que l’État met à notre disposition, pour encourager la transition écologique du pays. Une vraie opportunité à saisir pour réduire sa facture et préparer son habitat aux défis de demain.

 

Elsa Bourdot

Photo de une : Adobe Stock

Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Révision de la TVA réduite ? La Capeb s’y oppose fermement - Batiweb

Révision de la TVA réduite ? La Capeb s’y oppose fermement

Alors que le gouvernement se dit prêt à revoir les taux réduits de TVA dont bénéficient certains secteurs d’activité, la Capeb monte au créneau et alerte le ministre de l’Economie Bruno Lemaire, des conséquences « d’un tel retour en arrière » pour le bâtiment. La Capeb estime notamment que remettre en cause la TVA réduite, après avoir réformé le CITE, donnerait « un coup d’arrêt » au marché de la rénovation.
La TVA maintenue à 5,5% pour les travaux de rénovation en 2019 - Batiweb

La TVA maintenue à 5,5% pour les travaux de rénovation en 2019

Le Gouvernement l’assurait, c’est désormais acté. Dans une lettre adressée à Guillaume Garot, député de la Mayenne (53), le Premier ministre, Edouard Philippe, a indiqué que le taux réduit de TVA pour les travaux de rénovation énergétique dans le bâtiment serait maintenu en 2019. Une annonce qui devrait rassurer les acteurs du secteur qui craignaient déjà les « effets dévastateurs » d’une révision de ce dispositif.