Un guide pour faire le point sur la réglementation relative à la qualité de l’air intérieur Vie pratique | 13.12.17

Partager sur :
Un guide pour faire le point sur la réglementation relative à la qualité de l’air intérieur
Alors que la qualité de l’air intérieur tient une importance grandissante dans la manière de concevoir les bâtiments, le réseau Socoda, dédié à la distribution professionnelle pour les secteurs du BTP et de l’industrie en France, a récemment publié un nouveau guide portant sur cette thématique. L’ouvrage en profite pour revenir sur la règlementation en vigueur dans les établissements recevant du public.
« Tout savoir sur la qualité de l’air intérieur dans les établissements recevant du public », c’est le titre du dernier guide publié par le réseau Socoda. Un ouvrage plus que jamais dans l’air du temps, cette thématique étant étroitement liée au bien-être dans l’habitat.

« Une mauvaise qualité de l’air intérieur peut favoriser l’émergence de différents symptômes tels que maux de tête, vertiges, fatigue, irritation des yeux, du nez, de la gorge et de la peau… ainsi que des manifestations allergiques ou encore de l’asthme », rappelle le réseau.

D’après le guide, 13% des enfants de 11 à 14 ans auraient déjà été sujets à des crises d’asthmes, de même que 4 millions de personnes en France et 334 millions dans le monde. Au total, la mauvaise qualité de l’air intérieur entraînerait une dépense de 19 milliards d’euros par an en France.

De nombreux établissements déjà obligés

Pourtant, la réglementation en vigueur vise clairement à lutter contre ce phénomène. En effet, les matériaux de construction et de décoration et les produits dédiés à leur incorporation doivent être munis d’une étiquette indiquant leur niveau d’émission de polluants volatils (COV), d’après le décret du 23 mars 2011.

Dans ce sens, c'est aux propriétaires d’établissements recevant du public (ERP) de faire mesurer certains polluants par un organisme agréé et de réaliser les investigations nécessaires en cas de dépassement des valeurs limites.

« Dans le cadre de l’auto-évaluation, le propriétaire fait réaliser par un organisme certifié, le titulaire d’un agrément, un bureau d’études ou ses services techniques, au moyen d’un guide publié par l’État, une évaluation des moyens d’aération et de ventilation », ajoutent les auteurs du document.

« Un plan d’action est alors mis en place pour améliorer la qualité de l’air dans l’établissement et une affiche informant les usagers de la démarche engagée par l’établissement est apposée », poursuivent-ils.

Pour rappel, l’ensemble de ce dispositif devra être effectué dans tous les établissements d’accueil collectif d’enfants de moins de 6 ans ou d’enseignement et de formation professionnelle du premier degré à partir du 1er janvier 2018. En 2020, cette mesure concernera également les centres de loisirs et les collèges et lycées, puis les établissements d’activités physiques et sportives couverts réservés à la natation ou la baignade, et les établissements sanitaires et sociaux dès 2023.

F.C
Photo de Une : ©Capture d’écran « Tout savoir sur la qualité de l’air intérieur dans les établissements recevant du public »
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Qualité de l'air intérieur : un nouveau label voit le jour

Qualité de l'air intérieur : un nouveau label voit le jour

Pouvant avoir des répercussions directes sur la santé, la qualité de l'air intérieur intéresse de plus en plus les professionnels de l'habitat. Dans ce registre, l'Association pour la qualité de l'air intérieur (APQAI) a récemment lancé le label IntAIRieur, qui offre un référentiel simple visant à engager les constructeurs sur les questions relatives au bien-être des habitants. Décryptage.
Mal-logement : des risques sur la santé pour les occupants d’habitats insalubres

Mal-logement : des risques sur la santé pour les occupants d’habitats insalubres

Il y a quelques semaines, le Groupe Velux profitait des 3e Rencontres sur les bâtiments sains pour publier l’édition 2017 de son Baromètre de l’habitat sain. L’année dernière déjà, la qualité de l’air et la luminosité apparaissaient comme des facteurs-clés du bien-être. Allant plus loin dans l’analyse, le fabricant de fenêtres de toits a constaté des « corrélations saisissantes » entre santé et conditions de logement. Les résultats de l’étude.
La Capeb soucieuse du bien-être des chefs d’entreprise du bâtiment

La Capeb soucieuse du bien-être des chefs d’entreprise du bâtiment

Alors que les questions relatives à la Santé et la sécurité au travail (SST) tiennent une importance grandissante, la Capeb a annoncé ce 19 janvier le renforcement de son partenariat avec Garance et IRIS-ST. Le but : mettre en place un dispositif « afin de renforcer la prévention du risque de stress au travail des chefs d’entreprise et conjoints du bâtiment ». Les détails.
Le Club de l’amélioration de l’habitat présente ses « Cahiers de l’innovation » lors de ses Premières Assises

Le Club de l’amélioration de l’habitat présente ses « Cahiers de l’innovation » lors de ses Premières Assises

Le Club de l’amélioration de l’habitat organisait le 7 février dernier ses 1ères Assises, qui ont été l’occasion de revenir sur différentes thématiques liées au confort de vie pour tous à travers une succession de tables rondes. L’organisme en a également profité pour présenter ses « cahiers de l’innovation », qui centralisent les réflexions menées par son Think Tank.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter