Bouygues fait le choix du béton cellulaire pour le dernier étage d'une tour lyonnaise Architecture | 16.04.18

Partager sur :
Conçue par Chaix et Morel et l'agence d'architecture AFAA, la tour Sky 56 offre un nouveau visage au quartier de la Part-Dieu, à Lyon. Avec ses 56 mètres de hauteur, l'édifice a été un véritable défi pour Bouygues Bâtiment, qui souhaitait habiller le dernier étage d'un matériau léger et isolant. C'est finalement le béton cellulaire Ytong qui a retenu l'attention du constructeur français.
« Un signal fort à l'entrée de Part-Dieu Sud » : c'est ainsi qu'est présentée la tour Sky 56 par la ville de Lyon, qui ne tarit pas d'éloges sur ce bâtiment imaginé par les architectes d'AFAA et Chaix et Morel.

Pas moins de 14 étages réservés à des bureaux modulables composent l'édifice, à raison de 2 200 m2 à chaque niveau. Ce sont ainsi 30 700 m2 de surface utile qui sont accessibles, dont les 3 000 m2 de socle actif pouvant accueillir des commerces et services en tous genres.

Le 14e et dernier étage, au centre de la tour.

Le chantier n'a cependant pas été une mince affaire pour le maître d'oeuvre Bouygues Bâtiment, qui a porté une attention particulière au dernier étage de la tour. Positionné au centre du bâtiment, il s'élève à près de 56 mètres de haut pour une surface de 800 m2. Pourtant, contrairement au reste du projet, ce 14e niveau disposait d'un cahier des charges plus exigeant.

« Nous étions lancés dans un mode constructif en béton armé, mais nous avons opté pour le béton cellulaire qui est moins lourd et plus isolant », indique Benjamin Gathier, responsable gros œuvre chez Bouygues Bâtiment.

Un matériau léger doté d'une grande résistance

« S'il avait fallu construire ce niveau en béton, il aurait fallu le consolider, ce qui aurait apporté de la complexité en ingénierie-structure. Le béton cellulaire est jusqu'à 4 fois moins lourd et a facilité la conception. Sans parler des qualités intrinsèques du matériau... », poursuit-il.

C'est donc vers les produits du spécialiste de la construction en béton cellulaire Ytong que s'est tourné le maître d'oeuvre. En plus de sa légèreté, le matériau a également su convaincre Bouygues par sa haute résistance thermique. En effet, le Ytong Verti 25, sélectionné dans le cadre de ce projet, présente un indice R = 2,00 m2.K/W, tout en étant « 8 fois plus isolant qu'un bloc traditionnel », d'après l'industriel.

Plutôt que de sous-traiter, Bouygues Bâtiment a finalement décidé de confier la pose du béton cellulaire à ses propres équipes, accompagnées par Ytong. Les murs, installés sur des planchers plutôt que sur des éléments porteurs supplémentaires, n'ont ainsi nécessité qu'un mois d'intervention. De quoi contribuer au succès de ce chantier d'envergure.

« Nous sommes entièrement satisfaits », témoigne Benjamin Gathier. « Ce choix nous a permis d'aller au bout du projet en répondant à toutes les problématiques rencontrées. Et elles étaient nombreuses vu la configuration de l'ensemble ! ».

F.C
Photos : ©Ytong/Bouygues Bâtiment
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Vinci offre une nouvelle tour à Lyon

Vinci offre une nouvelle tour à Lyon

L'emblématique quartier d'affaires lyonnais de la Part-Dieu s'apprête à accueillir une nouvelle tour. Vinci vient en effet de déposer une demande de permis de construire pour cet édifice de 170 mètres de haut signé Dominique Perrault. À l'origine de la Bibliothèque nationale de France à Paris, ce dernier fera ainsi ses premiers pas à Lyon. Les détails de ce projet.
(Vidéo) Des gratte-ciel qui ne feront plus d'ombre à leurs voisins

(Vidéo) Des gratte-ciel qui ne feront plus d'ombre à leurs voisins

Une agence d'architecture américaine vient d'imaginer et de dessiner deux tours, capables de réduire significativement leurs ombres au sol grâce à un système ingénieux de miroir. L'objectif est de permettre aux centres-villes de poursuivre la construction de gratte-ciel pour répondre à la problématique du manque de logements, sans nuire à la qualité de vie de ses habitants. Zoom sur le concept de « No Shadow Tower ».
La nouvelle tour de Vienne à la façade « liquide », imaginée par un Français

La nouvelle tour de Vienne à la façade « liquide », imaginée par un Français

Une tour de 250 mètres de haut vient d'être inaugurée ce mercredi à Vienne. Imaginée par l'architecte français Dominique Perrault, la DC Tower, à la façade « liquide », est désormais le bâtiment le plus haut de la ville. Cette tour est la première étape d'un vaste projet d'aménagement urbain, lauréat du concours lancée en 2002 pour la restructuration de ce quartier du nord-est de la ville, surplombant le Danube.
Paris : les conseillers municipaux écologistes lancent une pétition contre la construction de nouvelles tours

Paris : les conseillers municipaux écologistes lancent une pétition contre la construction de nouvelles tours

Les tours parisiennes ne font toujours pas l’unanimité ! Les conseillers municipaux Europe Écologie Les Verts, soutenus par une dizaine d’associations, ont lancé jeudi 15 février une pétition au titre évocateur : « Stop aux tours à Paris ». Par cette initiative, les élus espèrent que les parisiens seront davantage consultés en amont de la construction de nouvelles tours dans la capitale.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter