Derniers préparatifs pour la Cité du Vin avant son inauguration le 31 mai Architecture | 18.05.16

Partager sur :
A J-15 de son ouverture au public, la Cité du Vin à Bordeaux dévoile ses espaces intérieurs et sa scénographie à quelques privilégiés. Dédié à l'histoire du vin, sous l'angle culturel, le lieu devrait attirer 450 000 visiteurs par an, dont une majorité d'Américains et de Chinois. Immersion en avant-première dans cette architecture singulière, en compagnie de l'agence XTU Architects.
Les ouvriers sont à pied d’œuvre pour terminer dans les temps la Cité du Vin, un musée très attendu à Bordeaux, dont l'inauguration par François Hollande est prévue le 31 mai prochain. Ce mardi, la presse était conviée à découvrir en avant-première l'architecture du bâtiment, les espaces intérieurs et la scénographie, « qui ont été pensés de concert pour assurer la cohérence entre le contenant et le contenu» rappelle Anouk Legendre, de l'agence XTU Architects.

L'édifice est visible depuis l'arrêt de tram B « Bassins à flot » rebaptisé pour l'occasion « Cité du Vin ». Ses belles courbes « évoquent le tracé du fleuve à proximité », tandis que son écriture architecturale est empreinte de références autour de l'univers du vin : vin qui tourne dans le verre, carafe, élément liquide, rondeur...

Sa façade constituée de panneaux en verre sérigraphié plans et cintrés de teintes variables, et de panneaux d’aluminium laqué irisé de teinte unie, permet de jouer sur les transparences et les reflets dorés. Elle matérialise dès lors « la robe changeante d'un vin, que l'on perçoit différemment selon la lumière ».

Une attention particulière a été portée à l'environnement lors de la phase conception de ce projet. «Le bâtiment présente une isolation en laine de roche, conforme à la RT 2012 pour les 10 000 m2 de bureaux situés dans le belvédère et à la RT 2005 - 31 % pour la partie musée située dans le tore », détaille Michel Le Sommer, directeur général du bureau d'études Le Sommer Environnement. Le bâtiment sera alimenté par les énergies renouvelables via le réseau de chaleur urbain Mixener et des pompes à chaleur géothermiques, et éclairé au moyen de LED. L'eau de pluie sera également récupérée pour l'arrosage et le nettoyage des espaces extérieurs.

 

Les reflets dorés et les courbes délicates de la cité du Vin

Ces courbes et cette rondeur si caractéristiques de la Cité du Vin sont retranscrites et visibles à l'intérieur même de l'édifice, dans ses volumes et par ses matériaux. En effet, le bâtiment est constitué d'une charpente en bois, composée de 574 arches cintrées en lamellé collé, réalisées sur mesure. « Elles ne sont plus seulement un élément architectural, elles font partie intégrante de la scénographie du lieu », imaginée en partenariat avec les équipes de Casson Mann Limited, assure Anouk Legendre.

Le patio, puits de lumière et point central de l'édifice

Dès l'entrée, « les visiteurs sont plongés dans l'atmosphère d'une cave, avec un travail au plafond et aux murs sur les reflets et les couleurs du vin », précise Anouk Legendre. Le regard est ensuite immanquablement attiré vers le patio, point central de l'édifice et puits de lumière autour duquel s'enroule tout le parcours de visite.
 

   

Le patio et l'auditorium

Au rez-de-chaussée se trouve également l'espace commercial, dont une cave qui offrira à la vente plus de 14 000 bouteilles, dont 200 références françaises et 600 vins de 80 pays. A proximité, un auditorium baptisé Thomas Jefferson, pourra accueillir 450 visiteurs, qui ne manqueront pas d'être intrigués par son plafond en tubes de carton suspendus.

« La programmation culturelle a une vocation internationale et s'appuie sur quatre grands axes : le parcours permanent, les expositions temporaires (3 par an), des spectacles vivants et des conférences dans l'auditorium et la médiation culturelle c'est-à-dire les visites guidées et les ateliers dégustations avec une dimension culturelle »
, résume Pauline Versace, responsable des relations publiques de la Cité du Vin.

Au premier étage du tore, l'espace se compose d'une bibliothèque toute en courbes, et de trois espaces de dégustations  avec leurs parois en verre cintré, sérigraphiées de motifs pixellisés évoquant les molécules du vin. L'un sera polysensoriel et immersif afin d'expérimenter l'influence du contexte environnemental dans l'appréciation du vin. 
 

 

L'une des trois salles pour les ateliers pratiques et ses détails des parois sérigraphiées

Le parcours permanent « cœur de l'offre de la Cité du Vin » selon Pauline Versace, prend place au deuxième étage, sur 2 900 m2. Il comprend vingt espaces thématiques pour découvrir les civilisations du vin grâce à des expériences interactives variées : survol en hélicoptère des vignobles du monde entier, dégustation olfactive, modules audiovisuels, découverte à table de l'importance du vin avec des experts en format numérique, parcours thématiques sur le vin et la religion ou le vin et l'amour...

« Nous avons beaucoup travaillé sur la scénographie participative et dynamique de ce parcours pour plaire aux visiteurs asiatiques, qui trouvent parfois nos musées français ennuyeux », lâche Anouk Legendre dont l'équipe s'est inspirée des pratiques de plusieurs musées européens, dont le British Museum.
 

   

Le belvédère et son point de vue panoramique sur la ville et son fleuve

Outre les espaces du parcours permanent, le bâtiment comprend un restaurant et un espace de dégustation de vin au dessus des bureaux, dans le bélvédère, avec vue panoramique sur le quartier des Bassins à flots et le pont Jacques-Chaban-Delmas.
 

   

4 000 bouteilles sont suspendues au plafond de l'espace dégustation dans le belvédère / Vue sur la Garonne et le Pont Jacques-Chaban-Delmas

Le coût global du projet s'élève à 81 millions d'euros, dont 55 millions d'euros consacrés à la construction et à l'aménagement scénographique. « 19 % du financement provient du mécénat grâce à la contribution de 85 mécènes dont des groupes viticoles de Bordeaux et d'ailleurs », précise Pauline Versace.

450 000 visiteurs, dont «une majorité d'Américains et de Chinois », sont attendus chaque année à la Cité du Vin. Son ouverture au public est prévue le 1er juin.

Claire Thibault
© C.T

Client : Ville de Bordeaux
Exploitant : Fondation de la Cité du Vin
Architectes : XTU Anouk Legendre Nicolas Demazières
Chef de projet étude : Mathias Lukacs
Chef de projet chantier : Dominique Zentelin
Equipe chantier : Delphine Isar, Claire Leroux, Thibault Le Poncin
Equipe études : Joan Tarragon, Gaëlle Le Borgne, Sylvain Raillard, Maylis Fabre, Heiner Babon, Kathryn Frost

Partenaires :

Casson Mann Scénographe
SNC- Lavalin – BET généraliste économie
RFR – BET Façades complexes
Le Sommer Environnement – BET Environnement
8'18 - Eclairagiste
Peutz – Acousticien
Autobus Imperial – Signalétique
Rolland Cahen – Designer olfactif
Casso1 Cie – designer sonore
Camille Jullien - Paysage
Anthony Hamon – scénographie auditorium

Entreprises :
GTM Bâtiment Aquitaine – Mandataire Lot clos couvert
Coveris - Vêture
SMAC – Vêture métallique et étanchéité
Arbonis – Charpente bois

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La Cité des civilisations du vin coûtera plus cher que prévu à Bordeaux

La Cité des civilisations du vin coûtera plus cher que prévu à Bordeaux

Alors que s'achève la phase de gros oeuvre pour la Cité des civilisation du vin de Bordeaux, la ville a annoncé que le chantier entraînerait un surcoût de 18 millions d'euros par rapport au coût initial du projet. Ce bâtiment, dont l'inauguration est prévue en 2016, servira de vitrine au vignoble bordelais auprès d'un public international.
La cité du Vin de Bordeaux est arrivée à maturité

La cité du Vin de Bordeaux est arrivée à maturité

Après trois ans de travaux et le concours de près de 50 entreprises pour la réaliser, la Cité du Vin de Bordeaux sera inaugurée le 31 mai prochain. Alain Juppé, maire de la Ville, était présent ce jeudi à Paris pour présenter ce projet « majeur » pour Bordeaux, en présence des architectes de l'agence X-TU. Découverte de leur « partition architecturale », pleine de poésie.
En cours de restauration, le phare de Cordouan rouvre au public

En cours de restauration, le phare de Cordouan rouvre au public

Construit en 1611, le phare de Cordouan en Gironde fait l'objet d'une rénovation engagée depuis 2013. Rouvert au public ce samedi, le monument historique a retrouvé de sa superbe, notamment grâce à des travaux d'étanchéité de la toiture du bâtiment qui entoure le phare, et de la restauration de plusieurs éléments décoratifs. Détails de cette campagne de travaux de grande ampleur, qui se poursuivra jusqu'en 2021.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter