ConnexionS'abonner
Fermer

Un nouveau souffle pour les halles d’Auray (56)

Publié le 17 juillet 2023

Partager : 

Alexandre Lahyani et Angel Menendez, les fondateurs de l’atelier LÂME établi à Paris, viennent de terminer la réhabilitation des anciennes halles de la commune d’Auray située dans la baie de Quiberon. Il s’agit d’une réalisation empreinte d’une grande sensibilité.
Un nouveau souffle pour les halles d’Auray (56) - Batiweb

En Bretagne, à Auray, l’atelier LÂME ressuscite les halles historiques de la cité médiévale. Situées au cœur de la ville, entre deux bâtiments classés monuments historiques - soit la mairie et le théâtre -, les halles ont été construites au 17ème siècle, détruites et rebâties plusieurs fois. Elles restent, aujourd’hui, l’emblème de la commune. 

Les architectes de l’atelier LÂME, ont une multitude de réalisations notables dont la réhabilitation de plusieurs halles de marché. Le dernier en date est le projet d’Auray où le duo propose, un projet audacieux en ossature métallique, en mémoire aux halles datant du siècle dernier. Malgré son aplomb, le projet entame un subtil dialogue, avec la pierre des édifices contigus d’une part, et s’inscrit d’autre part dans la continuité de l’écriture industrielle des halles détruites en 1960. 

Le projet comporte une série de poteaux débordants qui prennent place dans l’alignement du théâtre et supportent un auvent, dont le but est de protéger du soleil, en limitant l’apport direct sur les étals du marché mais aussi d’offrir une venelle couverte à tous. Les architectes ont gardé les bureaux administratifs qui se trouvaient à l’étage, au-dessus des halles. 

 

Bureaux administratifs des halles d'Auray - Crédit : Atelier LÂME - Michalena Malec-Dorfin
Étals des halles d'Auray - Crédit : Atelier LÂME - Michalena Malec-Dorfin

Garder l’esprit du lieu

 

Le souhait des architectes était avant tout de garder l’esprit du lieu tout en repensant la circulation intérieure, le tout avec des matériaux de bonne facture.

En effet, le duo souligne : « Pour nous, le plus grand défi était de réussir à concevoir une halle qui s’inscrit dans son contexte, c’est-à-dire en conservant les bureaux de la mairie au 1er étage, tout en se glissant au milieu de deux édifices à caractère patrimoniaux ». 

De ce fait, grâce à la présence des façades vitrées, l’ensemble présente une grande transparence, qui unit visuellement mais aussi fonctionnellement l’intérieur et l'extérieur. Un large accès central et des étals ouvert à la fois sur l’intérieur et l’extérieur caractérisent le lieu. Les étals qui se trouvent côté sud, non seulement disposent d’un comptoir et de fenêtres accordéons donnant sur la rue, mais ils sont dotés également de terrasses couvertes où peuvent s’installer des tables et des chaises.

Étals des halles d'Auray - Crédit : Atelier LÂME - Michalena Malec-Dorfin
Étals des halles d'Auray - Crédit : Atelier LÂME - Michalena Malec-Dorfin

Un délicat remaniement

 

Les architectes ont remanié l’ensemble avec un grand tact. Ainsi, l’accès existant qui se trouvait côté nord, a été remplacé par un large escalier extérieur avec une rampe intégrée.

De même pour permettre aux habitants de retirer leurs commandes en dehors des heures d’ouverture du marché, les concepteurs ont installé un local conciergerie, accessible depuis l’extérieur et de l’intérieur. Par ailleurs, toutes les surfaces techniques mais aussi les sanitaires réservés aux commerçants et le local ménage, ont été intégrés de part et d’autre des halles, ce qui dégage l’espace.

Les personnes à mobilité réduite n’ont pas été oubliées, bien au contraire, les architectes ont prévu pour eux, un ascenseur reliant le marché, le petit théâtre et le 1er étage. Un large escalier assure l’accès vers le petit théâtre depuis les halles.

Bref, tout a été étudié avec une grande minutie pour que la ville d'Auray retrouve ses halles d’autrefois. Ces dernières, réhabilitées avec soin, remaniées et complètement revigorées sont prêtes et invitent les utilisateurs à s’approprier le lieu. 

Sipane Hoh

Photo de Une :  Atelier LÂME-Michalena Malec-Dorfin

Sur le même sujet

Un havre de paix appelé maison L

ALTA Architectes – Urbanistes (Maxime Le Trionnaire et Gwenaël Le Chapelin), l’agence d’architecture établie à Rennes et aux projets variés, vient de terminer la réalisation d’une maison située au cœur...

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.