À Paris, la vente des HLM à leurs occupants fait débat Collectivités territoriales | 02.05.18

Partager sur :
Vendre 1% du parc social de la Ville de Paris tous les ans : c’est l’une des propositions du projet de loi Elan. Si elle est, sans surprise, soutenue par les élus LREM, les soutiens de la maire Anne Hidalgo, eux, redoutent un effet néfaste, notamment sur les prix de ces biens censés accueillir des ménages modestes. Tour d’horizon des arguments avancés par les deux camps.
Présenté le 4 mars dernier, le projet de loi Elan consacrait un large panel de propositions au logement social. Parmi ces dernières, l’une d’elles recommande, dans le cadre d’un plan quinquennal, de vendre chaque année 1% du parc social à ses occupants.

Afin d’expérimenter cette initiative, les élus macronistes de la Ville de Paris ont proposé de l'appliquer à la capitale, au grand dam de l’exécutif d’Anne Hidalgo, estampillé PS. Cette proposition fera ainsi l’objet d’un débat dès cette semaine en Conseil municipal.

Un projet qui a peu de chance de se concrétiser

Du côté des défenseurs, un argument est largement repris. La vente d’un logement social permettrait en effet de construire trois biens supplémentaires. « Toutes les communes s’y mettent, on ne voit pas pourquoi Paris resterait à l’écart », ajoute Jérôme Dubus, porte-parole du groupe PPCI pro-Macron.

Si la politique d’Anne Hidalgo est critiquée pour sa « position idéologique », l’exécutif en place s’en défend. Pour Ian Brossat, adjoint PCF au logement, les estimations de l’opposition relèvent d’une « aberration totale ». « Un logement social qu’on vend est un logement que l’on livre à la spéculation », estime-t-il.

À cet effet s’ajouteraient, toujours d’après Ian Brossat, des risques de dégradation du fait du manque de moyens nécessaires au bon entretien du logement par les nouveaux propriétaires, généralement de condition modeste dans le parc social. « C’est la politique des années 1960 consistant à construire des ghettos », s’offusque-t-il.

Au moins la proposition ouvre-t-elle un « vrai débat qui renvoie à deux conceptions », souligne Ian Brossat.

F.C (avec AFP)
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Logements à Paris : la parole est aux citoyens - Batiweb

Logements à Paris : la parole est aux citoyens

Faisant suite à une initiative lancée en 2014, l'avis citoyen relatif au logement des classes moyennes a été présenté ce jeudi 3 mai au Conseil de Paris. Le document, qui résulte de trois sessions d'échanges ayant rassemblé 23 résidents, apporte avec lui son lot de nouvelles propositions, parmi lesquelles un durcissement du réexamen des situations des locataires du parc social. Tous les détails.
Lancement du Grand Prix ESSEC pour une ville solidaire et responsable - Batiweb

Lancement du Grand Prix ESSEC pour une ville solidaire et responsable

L’ESSEC Business School annonce le lancement d’un Grand Prix visant la mise en lumière d’initiatives qui répondent aux problématiques actuelles de transition énergétique, de préservation de l’environnement et de lutte contre les exclusions. Acteurs privés et publics, collectivités territoriales, associations ou encore bailleurs sociaux sont invités à candidater jusqu’au 3 mars 2019. La remise des prix se tiendra en juin prochain à l’Hôtel de Ville de Paris.
Paris : des logements sociaux toujours accessibles aux handicapés - Batiweb

Paris : des logements sociaux toujours accessibles aux handicapés

L’Assemblée nationale a adopté ce mardi 12 juin le projet de loi Elan, qui prévoit notamment de réduire de 100% à 10% la part de logements neufs accessibles aux personnes handicapées. Pour contrer cette mesure controversée, la maire de Paris Anne Hidalgo a récemment adressé un courrier aux bailleurs sociaux de la Ville, les engageant à maintenir un objectif de 100% de biens neufs accessibles.
Renouvellement urbain : l’ANRU valide de nombreux projets en juillet - Batiweb

Renouvellement urbain : l’ANRU valide de nombreux projets en juillet

Le Ministère de la Cohésion des territoires annonce que le mois de juillet a été marqué par une forte activité pour l’Agence nationale pour la Rénovation urbaine (ANRU), qui a validé les projets de 20 quartiers, mobilisant près de 820 millions d’euros. Depuis le lancement du Nouveau Programme National de Renouvellement urbain (NPNRU), de nombreux projets ont été validés dans plus de 290 quartiers à travers la France.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter