A Roubaix, des maisons à réhabiliter vendues un euro Collectivités territoriales | 09.10.17

Partager sur :
Acheter une maison à un euro contre réhabilitation, c’est ce que propose la mairie de Roubaix. Le dispositif sera lancé dès 2018 pour un démarrage des travaux à partir du mois de juin. Un premier panel de 18 biens sera proposé. L’expérimentation vise à lutter contre les logements fantômes et à répondre à une forte demande de logements sociaux dans la ville.
Le dispositif s’inspire d’une opération réalisée à Liverpool : en 2018, Roubaix deviendra la première ville de France à proposer des maisons à un euro contre réhabilitation. L’expérimentation a pour but de « lutter contre les problématiques d'adéquation entre logements vacants et demandes de logements », indique la mairie dans un communiqué.

L’appel à candidatures débutera ainsi l’an prochain, avec attribution des logements pour un démarrage des travaux à partir de juin qui devront durer un an. Un premier panel de 18 biens localisés « dans les différents quartiers de la ville », avec des tailles de logement « hétérogènes » sera proposé.

Ce projet constitue « un nouveau modèle de valorisation du patrimoine: là où on aurait tout simplement rasé certaines maisons pour reconstruire du neuf, on se laisse l'opportunité de conserver et de rénover », déclare le maire Guillaume Delbar (LR) dans le communiqué.

Quelles sont les conditions à remplir pour les candidats ?

Pour être éligible à cette accession, il faut être primo-accédant, travailler et vivre à Roubaix ou sur le territoire métropolitain et avoir une composition familiale adaptée au logement, précise la municipalité.

L’acquéreur devra s’engager sur un budget de réhabilitation conforme aux estimations, occuper le logement pendant 6 ans, réaliser les travaux de rénovation et de reverser une quote-part à la plus value également pendant six années.

Le coût de la concession est estimé à plus de 750 000 euros financés en partie par l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru), la région des Hauts-de-France, la ville de Roubaix et la Métropole européenne de Lille (MEL).

« Il est important de redonner une dynamisation à ces quartiers, c'est pour cela que nous avons ces politiques de maisons à un euro, pour éviter d'avoir ces maisons abandonnées et murées », a expliqué à l'AFP Damien Castelain, président de la MEL.

La MEL indique qu’il existe près de 40 000 logements vacants sur son territoire, alors que plus de 40 000 ménages sont en demande de logement social.

R.C (Avec AFP)
Photo de une : @Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

« Le logement ne coûte pas à l’État, il lui rapporte »

« Le logement ne coûte pas à l’État, il lui rapporte »

Dans le cadre du Grand débat national, l’Union Sociale pour l’Habitat présente « Les Hlm, une chance pour la France ». Le document revient sur le rôle des organismes de logements sociaux et démêle le vrai du faux. Le logement social est « le patrimoine de ceux qui n’en ont pas ». Le défendre, c’est penser « à son avenir », estime le mouvement Hlm.
Rénovation : le Conseil d’Etat annule définitivement le décret « tertiaire »

Rénovation : le Conseil d’Etat annule définitivement le décret « tertiaire »

Le Conseil d’Etat a annulé lundi le décret du 9 mai 2017 relatif aux obligations d’amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments tertiaires. Le texte, qui remonte à la fin du quinquennat Hollande, imposait des travaux avant le 1er janvier 2020 aux propriétaires de bâtiments à usage de bureaux, d’hôtels ou encore de commerces. Le ministère de la transition écologique et solidaire a justifié la décision expliquant que le projet de loi Elan couvrirait l’ensemble des objectifs du décret.
Les attentes des Français sur le logement ne se résument plus à l'accession

Les attentes des Français sur le logement ne se résument plus à l'accession

Selon une étude du Crédoc réalisée pour le Ministère du Logement, les Français n'attendent plus seulement des pouvoirs publics qu'ils favorisent l'accession à la propriété. D'autres préoccupations viennent en tête : développer le logement social, aider les jeunes actifs, mobiliser les logements vacants et aider à la rénovation des logements anciens... Analyse des résultats de cette enquête.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter