Bientôt un parc entre le Trocadéro et la tour Eiffel Collectivités territoriales | 22.05.19

Partager sur :
L’appel à projet international lancé en 2018 a été remporté par l’architecte paysagiste Kathryn Gustafson. Avec son projet « One », c’est la création d’un grand parc situé entre le Trocadéro et la tour Eiffel qui est prévu d’ici les Jeux Olympiques de 2024. L’objectif : remettre le végétal à l’honneur et privilégier la piétonisation de cet endroit très touristique de la capitale, qui accueille chaque année 20 millions de visiteurs.

Anne Hidalgo, maire de Paris, a présenté ce mardi 21 mai le futur réaménagement du passage entre le Trocadéro et la tour Eiffel. Le projet retenu est celui de l’architecte paysagiste américaine Kathryn Gustafson, qui prévoit de créer une ligne droite d’1,6 km piétonne et verte entre la place du Trocadéro et l’Ecole militaire. Dans cet espace, un parc verdoyant sera créé avec des gradins de 12 000 places offrant une vue sur la tour Eiffel. Autre aménagements prévus : des jeux d’eau le long du bassin des jardins de Chaillot, une promenade continue jusqu’à Bir-Hakeim, et le réaménagement de la place Joffre.

Les futurs jeux d'eau. ©Kathryn Gustafson 


Alors que 20 millions de visiteurs circulent chaque année dans cet endroit très touristique de la capitale, la lauréate de l’appel à projet s’est dite « horrifiée par l’état des lieux qui ne sont pas adaptés aux flux de promeneurs et de visiteurs ». « On peut arriver à créer le plus grand espace de jardin de Paris », avec « beaucoup plus de biodiversité, beaucoup plus d'écologie », a expliqué l’architecte paysagiste.
 

Objectif : piétonisation et végétalisation


Pour Anne Hidalgo, il ne s’agit pas seulement d’assurer l’attractivité touristique, mais aussi de proposer aux habitants un grand espace de respiration « pour se promener en famille ». « Demain, ils pourront lâcher la main de leurs enfants et entendre les chants des oiseaux, de la place du Trocadéro à l’École Militaire », a-t-elle annoncé dans Le Parisien.

« La Tour va pouvoir se retrouver au centre de ce vaste parc et redonner aux Parisiennes et aux Parisiens l'envie de venir s'y promener », s’est quant à lui félicité Jean-Louis Missika, adjoint à la mairie de Paris en charge de l'urbanisme.

« On est vraiment sur un objectif de très grande piétonisation », a souligné Anne Hidalgo lors de la présentation du projet de réaménagement. Le pont d’Iéna deviendra ainsi piéton, avec un accès pour les transports en commun et doux, et le nombre de voies pour les voitures passera de quatre à deux Quai Branly, avec une zone limité à 20km/h et une priorité pour les piétons.

Le pont d'Iéna piétonisé et végétalisé. ©Kathryn Gustafson

Le réaménagement de 54 hectares en 2 étapes


D’autres projets seront ensuite lancés après les Jeux Olympiques de 2024, avec une piétonisation qui s’étendra au Champs de Mars, à la place Jacques Rueff et à l'Ecole militaire. Le but : un tout cohérent qui devienne « un espace de promenade, de déambulation et de respiration », explique la maire de Paris.

Les premiers travaux commenceront fin 2020 et s’arrêteront en 2023 « une fois la partie Trocadéro jusqu'à la place Jacques Rueff délivrée ». Après une pause lors des Jeux Olympiques, ils reprendront fin 2024 pour une livraison finale en 2030.

Le coût total des travaux - qui concernent 54 hectares - s’élèvera à 72 millions d’euros, entièrement financés par la redevance que verse la société qui gère l’exploitation de la tour Eiffel à la Ville de Paris.

C.L (avec AFP)

Photo de une : ©Kathryn Gustafson

 

 

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Réaménager l’avenue des Champs-Elysées pour la rendre plus agréable

Réaménager l’avenue des Champs-Elysées pour la rendre plus agréable

Alors que celle que l’on surnomme « la plus belle avenue du monde » est de plus en plus traversée par des véhicules, polluée, et désertée par les promeneurs, des professionnels plaident auprès des élus pour qu’elle soit réaménagée dans l’optique des Jeux Olympiques de 2024. Parmi les propositions : réduire le nombre de voies de circulation, multiplier les terrasses, réaménager la place de l’Etoile, ou encore proposer une patinoire en hiver et une plage en été.
La filière bois française à l’honneur pour les Jeux Olympiques de 2024

La filière bois française à l’honneur pour les Jeux Olympiques de 2024

Les contours du chantier des Jeux Olympiques de 2024 se précisent, et le moins que l’on puisse dire, c’est que les constructions feront la part belle au bois. Le village olympique et paralympique ainsi que le cluster des médias seront en effet réalisés dans ce matériau biosourcé et renouvelable. L’organisation France Bois 2024 s’est ainsi formée pour accompagner les entreprises dans ce challenge qui constitue une véritable opportunité pour la filière bois française.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter