Coronavirus : la trêve hivernale prolongée de 2 mois Collectivités territoriales | 13.03.20

Partager sur :
Coronavirus : la trêve hivernale prolongée de 2 mois Batiweb
Alors que les Français sont appelés à limiter leurs déplacements et à rester autant que possible chez eux, le Président de la République a annoncé une mesure forte lors de son allocution de ce jeudi 12 mars. Pour la première fois, la trêve hivernale sera exceptionnellement prolongée de deux mois, jusqu’au 31 mai 2020, afin de ne pas remettre des personnes à la rue dans le contexte de l’épidémie de coronavirus.

La Fédération des acteurs de la solidarité (FAS), regroupant 800 associations, adressait dès le lundi 9 mars une lettre au ministre du Logement, lui demandant de prolonger la trêve hivernale afin de ne pas remettre à la rue des personnes déjà particulièrement vulnérables.

 

« Le problème est que le public SDF fait partie des plus à risques face aux virus, car souvent atteint de maladies chroniques et parfois vieillissant », soulignait alors Florent Gueguen, directeur général de la FAS.

 

La prolongation de la trêve hivernale est désormais chose faite. La mesure a en effet été actée par Emmanuel Macron lors de son allocution de ce jeudi 12 mars.

 

Ne pas remettre à la rue les plus vulnérables

 

De fait, les 14 000 places d’hébergement d’urgence qui ont été ouvertes pendant l’hiver seront bien maintenues, et les expulsions locatives ne seront pas exécutées lique jusqu’au 31 mai, a confirmé Julien Denormandie, ministre du Logement, ce vendredi 13 mars au micro de RTL : « Concrètement, il n’y aura pas d’expulsion locative jusqu’à la fin du mois de mai. Il n’y aura aucune utilisation de la force publique ». « Ce sont 4 000 à 5 000 familles qui seront protégées », a-t-il précisé, ajoutant qu’en cas de décision de justice, l’Etat s’engerait à indemniser le propriétaires.

 

Interrogé sur les cas de coronavirus parmi les sans-abris, le ministre a par ailleurs indiqué être informé d’une vingtaine de cas « sur un site assez problématique » à Paris. « On prend les mesures avec l’ensemble des associations pour à la fois accompagner et aussi mettre en place des centres dédiés […] qui seront opérationnels dans toute la France dans les tous prochains jours », a-t-il ajouté.

 

Si des instructions ont déjà été données aux centres d’hébergement par la Direction générale de la Cohésion sociale (DGCS), les associations rappellent par exemple que quasiment aucune structure ne dispose par exemple de chambre individuelle pour appliquer les mesures de confinement en cas de contamination.

 

C.L.

Photo de une : ©RTL

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Coronavirus : la Capeb appelle à cesser les chantiers non urgents Batiweb

Coronavirus : la Capeb appelle à cesser les chantiers non urgents

Dans son allocution aux Français de ce lundi 16 mars, le chef de l’État a annoncé de nouvelles mesures pour lutter contre l’épidémie de Covid-19. Contre toutes attentes, les mesures de confinement sont révélées moins drastiques que prévu, notamment en termes de télétravail. Les salariés ne pouvant télétravailler pourront, jusqu’à nouvel ordre, continuer de se rendre sur leur lieu de travail, à condition d’être munis d’une attestation de déplacement obligatoire. Étant donné cette souplesse, le maintien des chantiers peut pour le moment être décidé au cas par cas.
60 millions d’euros supplémentaires alloués au plan « Logement d’abord » Batiweb

60 millions d’euros supplémentaires alloués au plan « Logement d’abord »

Depuis 2017, le plan quinquennal pour le « Logement d’Abord et la lutte contre le sans-abrisme » vise à aider les personnes sans-domicile fixe à trouver un logement, à les accompagner de façon adéquate pour leur réinsertion, et à produire des logements abordables. Pour mener à bien ce programme, le ministre du Logement a annoncé qu’une somme de 60 millions d’euros supplémentaires allait lui être allouée.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter