Création de logements sociaux : moins de communes exemptées de la loi SRU Collectivités territoriales | 13.01.20

Partager sur :
Création de logements sociaux : moins de communes exemptées de la loi SRU Batiweb
Un nouveau décret publié au Journal Officiel le 31 décembre 2019 réduit le nombre de communes exemptes des obligations de la loi Solidarité et Renouvellement Urbain (SRU) en termes de création de logements sociaux. Le plan triennal 2020-2022 dispense ainsi 232 communes, soit 42 de moins que sur la dernière période de 2017 à 2019.

Le ministère de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les collectivités territoriales annonce réduire la liste des communes exemptes de la loi Solidarité et Renouvellement Urbain (SRU) pour maintenir l’effort de production de logements sociaux. Dans le plan triennal 2020-2022, seules 232 communes seront dispensées des obligations prévues par la loi SRU, soit 42 communes de moins que dans le dernier plan 2017-2019.

 

Le Gouvernement indique s’être appuyé sur les recommandations de la commission nationale SRU pour déterminer la liste des communes exemptées. En métropole, les communes des Pays de la Loire, de Bretagne, et de Nouvelle-Aquitaine figurent parmi les plus nombreuses. La plupart d’entre elles présentent une faible tension, des problèmes de desserte de transports communs, voire de constructibilité.

 

« Cette décision de limiter encore plus fortement le nombre d’exemptions montre l’attachement de ce Gouvernement au logement social et à la loi SRU. Le logement social est indispensable pour beaucoup de français. Il faut donc poursuivre l’effort de production en lien avec élus locaux et bailleurs sociaux », a réagit le ministre du Logement, Julien Denormandie.

 

Les exigences de la loi SRU revus à la hausse

 

Pour rappel, depuis le 13 décembre 2000, la loi SRU vise à répondre à la pénurie de logements sociaux, et à introduire plus de mixité sociale. Son article 55 oblige certaines communes à disposer d’un nombre minimum de logements sociaux, proportionnellement à leur parc résidentiel. Les communes concernées sont celles de plus de 3 500 habitants – et 1 500 habitants dans l’agglomération parisienne – appartenant à des agglomérations de plus de 50 000 habitants et comprenant au moins une commune de plus de 15 000 habitants.

 

Le quota, jusqu’ici fixé à 20 % de logements sociaux créés, a été revu à la hausse en 2013, avec un nouveau seuil de 25 % d’ici 2025. Pour certaines communes dont la situation locale ne justifie pas un renforcement de production de logements sociaux, le pourcentage reste toutefois à 20 %.

 

Le Ministère de la Cohésion des Territoires rappelle que cette loi SRU porte aujourd’hui plus de la moitié de la production de logements sociaux en France.

 

C.L.

Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Logement social en PACA : des efforts inégaux ? Batiweb

Logement social en PACA : des efforts inégaux ?

Lors de ses vœux à la presse, Pierre Dartout, préfet de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, a déploré l’inégalité des efforts des communes concernant la production de logements sociaux, avec 24 communes qui auraient une carence dans les Bouches-du-Rhône. S’il a estimé qu’il y avait une amélioration à Nice, M. Dartout a en revanche regretté l’absence d’outil programmant la politique de l’habitat à Marseille.
Logement social : Valls reste ferme face aux communes carencées Batiweb

Logement social : Valls reste ferme face aux communes carencées

Le Premier ministre Manuel Valls a profité d’un déplacement dans les Bouches-du-Rhône pour faire le point sur les actions menées par le gouvernement en faveur de la loi SRU, qui oblige les communes à disposer d’un certain quota de logements sociaux. 16 ans après son adoption sous Lionel Jospin, 1 115 collectivités sont encore en retard en matière de logement social.
La RE2020 devrait finalement entrer en vigueur pour l’été 2021 Batiweb

La RE2020 devrait finalement entrer en vigueur pour l’été 2021

Avec la crise liée au Covid-19, les ministères de la Cohésion des Territoires et de la Transition écologique ont annoncé ce jeudi 7 mai le décalage du calendrier concernant l’adoption de la Réglementation Environnementale 2020 (RE2020). Étant donné l’impact de la crise sur la phase de concertations, l’entrée en vigueur de la RE2020, initialement prévue en janvier prochain, est finalement repoussée à l’été 2021.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter