La Guyane se dote d’un Organisme Foncier Solidaire Collectivités territoriales | 27.10.17

Partager sur :
Jeudi 26 octobre, l’EPFA Guyane et la Caisse des Dépôts ont signé un partenariat pour la création d’un Organisme Foncier Solidaire (OFS). Le but : permettre aux ménages à faible revenu d’accéder au logement. Un projet d’auto-construction encadrée devrait en outre être mené à Saint-Laurent du Maroni. 12 ménages seront invités à réfléchir ensemble à la construction de leur logement. Ils compteront sur l’aide de l’OFS et d’un architecte.
Si la Guyane compte actuellement 250 000 habitants, l’Insee estime que ce chiffre pourrait atteindre les 574 000 en 2040. La question du logement sur le territoire est donc centrale d’autant plus que le surpeuplement touche plus particulièrement les familles en situation de précarité.

C’est dans ce contexte que s’est créé, en janvier 2017, un Etablissement public foncier et d’aménagement (EPFA) en Guyane chargé d’acquérir des terrains pour y construire des logements et des équipements publics.

L’EPFA Guyane annonce aujourd’hui avoir signé une convention d’intention générale avec la Caisse des Dépôts, un partenariat qui pose les bases de la création d’un OFS. Destiné à favoriser l’accession sociale, il permettra de réduire le coût du foncier pour les acquéreurs et d’éviter la spéculation immobilière.

Faciliter l’accession à la propriété

L'organisme jouera également un rôle de bailleur social en sélectionnant les ménages sur des critères de ressources et en percevant le loyer social foncier. Dans le cadre d’un bail réel solidaire, les ménages louent un terrain à l’OFS, contre une « redevance modique, et sont propriétaires des murs de leur logement », explique un communiqué.

L’EPFA s’engage à mettre à disposition de l’OFS des terrains sur lesquels seront bâtis des logements en coproduction avec les habitants, dans le cadre d’opérations conventionnées avec la Caisse des dépôts.

« Les besoins de logements en Guyane sont considérables et la faiblesse de l’offre a favorisé l’habitat insalubre et illicite. La situation nous oblige, en tant qu’aménageur, à sortir du cadre. Notre statut particulier, à la fois établissement public d’aménagement et établissement public foncier, nous donne des moyens d’intervention étoffés », souligne explique Patrice Pierre, directeur général par intérim de l’EPFA Guyane.

Pour Marc Abadie, directeur du réseau et des territoires de la Caisse des Dépôts : « En évacuant l'un des freins principaux à la baisse des prix de l’immobilier (le coût du terrain), le système de l’OFS permet de produire des logements abordables, et qui le resteront, concourant ainsi à la transition démographique et sociale du territoire ».

Expérimenter l’auto-construction

Le but de l’OFS est également de viabiliser des terrains à destination de ménages à très faibles revenus qui pourraient y construire leur logement. En effet, une première expérimentation d’auto-construction pourrait être menée sur des parcelles appartenant à l’EPFA Guyane, situées à Saint-Laurent du Maroni.

Le lotissement concerné est celui dit du Village des Malgaches d’une superficie d’environ 1,2 hectare. L’expérimentation serait le coût d’envoi d’un projet collaboratif : 12 ménages seraient invités à définir ensemble et avec l’aide d’un architecte, un module de base qui constituerait un point de départ commun pour chacune des constructions et qui inclurait l’essentiel des raccordements. Chaque famille pourra ensuite choisir des modules complémentaires qui permettront d’adapter le logement à ses besoins. Le projet envisage une programmation mixte de 26 logements combinant locatif social et auto-construction.

L’auto-construction permet aux ménages de réduire drastiquement les coûts. Une fois les autorisations d’urbanisme obtenues, le porteur du projet est libre de construire lui-même sa maison ou de recourir à des professionnels.

R.C
Photo de une : ©EPFA Guyane (Village des Malgaches)
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Aménagement urbain : Paris et la SNCF signent un protocole foncier - Batiweb

Aménagement urbain : Paris et la SNCF signent un protocole foncier

La Ville de Paris et le Groupe SNCF ont signé, lundi 28 novembre, un protocole foncier pour la transformation de terrains ferroviaires en nouveaux quartiers urbains dans le nord et le sud-est de la capitale. Au total, 7 sites, pour un total de 50 ha, sont concernés par cet accord, qui permettra de créer à terme de nouveaux parcs, des équipements publics et près de 8 000 logements.
Bientôt un Organisme foncier solidaire pour Paris ? - Batiweb

Bientôt un Organisme foncier solidaire pour Paris ?

Plus que jamais engagée en faveur de l’accession à la propriété pour les classes moyennes, la Ville de Paris étudie actuellement la possibilité de créer un Organisme foncier solidaire, comme il en existe déjà un à Lille. En outre, ce dispositif sépare la propriété du sol et celle du bâti, ce qui permet finalement de proposer des logements à moindre coût. Une bonne nouvelle pour la capitale, qui fait partie des villes françaises où il est le plus difficile de se loger.
La cession du foncier public, une mauvaise affaire pour l'Etat ? - Batiweb

La cession du foncier public, une mauvaise affaire pour l'Etat ?

Dans le cadre du plan de relance de la construction, le gouvernement a lancé une grande campagne en faveur de la mobilisation du foncier public. Mais à quel prix ? La Cour des comptes estime dans un nouveau rapport que les recettes de l'Etat, découlant de la gestion de son foncier, vont souffrir de ce choix gouvernemental.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter