Les élus franciliens s’insurgent contre le Charles-de-Gaulle Express Collectivités territoriales | 28.01.19

Partager sur :
Les élus franciliens s’insurgent contre le Charles-de-Gaulle Express
« Abandonner au plus vite le Charles-de-Gaulle Express » : telle est la revendication d’une centaine d’élus franciliens, qui ont adressé un courrier au préfet de région Michel Cadot afin que soit annulé le projet de liaison reliant la capitale à l’aéroport de Roissy. Entre autres, les signataires du document redoutent des dégradations directes sur les autres transports, déjà affectés par de multiples dysfonctionnements. Les détails.
Déjà jugé très coûteux pour SNCF Réseau, le CDG Express pourrait également avoir des répercussions sur le quotidien des usagers des transports parisiens. C’est en tout cas ce que redoutent près de 100 élus franciliens, parmi lesquels les sénateurs Eliane Assassi et Pierre Laurent (PCF), les députés Julien Bayou (EELV) et Clémentine Autain (LFI), ou encore l’adjoint à la maire de Paris en charge du logement Ian Brossat (PCF).

Tous ont en effet signé un courrier remis au préfet de région Michel Cadot, qui avait été chargé par Elisabeth Borne, ministre des Transports, d’ouvrir une concertation relative au projet de liaison entre Paris et l’aéroport de Roissy, le Charles-de-Gaulle Express. Une ligne de transport qu’il faut « abandonner au plus vite », selon les signataires.

« Depuis la réactivation de ce projet, nombre de rapports (…) ont alerté sur les impacts négatifs qu’allait générer le CDG Express sur, entre autres, les transports du quotidien, déjà trop souvent affectés par des dysfonctionnements », écrivent les élus. « Croyez-vous que les 900 000 usagers quotidiens du RER B et les autres peuvent accepter de voir en plus dégrader leurs conditions de transport par le fait que l’on veuille coûte que coûte créer une nouvelle relation ferroviaire ? ».

Un projet coûteux et trop contraignant

Dans ce contexte, le groupement demande à ce que les 2,5 milliards d’euros consacrés au projet soient réorientés pour contribuer « à l’amélioration des conditions de transport du quotidien ». Une revendication qui n’a pas lieu d’être pour Augustin de Romanet, PDG du groupe Aéroport de Paris.

« Si le CDG Express ne se fait pas, non seulement il n’y aura pas un euro de plus pour le RER B mais il y aura 500 millions d’euros de moins pour l’écosystème du RER B », a-t-il rappelé lors de la présentation de ses vœux ce lundi 21, précisant que le projet n’était « pas financé par l’État ».

Quoiqu’il en soit, ce n’est pas la première fois que la ligne de transport envisagée fait polémique. Le prix du trajet (24 euros) avait tout d’abord rendu les Parisiens dubitatifs. Valérie Pécresse, présidente d’Île-de-France Mobilités, la maire Anne Hidalgo et le président du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis, Stéphane Troussel, avaient également réclamé l’arrêt des travaux en décembre dernier.

L’avenir du CDG Express est donc plus incertain que jamais. Dans une vaine tentative d’apaiser les tensions, la ministre Elisabeth Borne a rappelé qu’il fallait, avant toute prise de décision, « s’assurer qu’on ne va pas imposer des conditions intenables et dégradées aux usagers du RER B ». Le débat reste ouvert !

F.C (avec AFP)
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

CDG Express : le contrat de concession est signé !

CDG Express : le contrat de concession est signé !

La ministre des Transports, Elizabeth Borne, a signé, lundi 11 février, le contrat de concession du CDG Express, étape indispensable pour la création de la société de projet et le lancement des travaux. Contesté par de nombreux habitants et élus d’Ile-de-France, le CGD Express devrait relier la Gare de l’Est à l’aéroport de Roissy à partir du 1er janvier 2024. Coût de l’investissement, 1,8 milliard d’euros.
Le financement de la CDG-Express remis en cause

Le financement de la CDG-Express remis en cause

La liaison ferroviaire CDG-Express, entre l'aéroport Charles-de-Gaulle et la gare de l'Est à Paris devrait être financé par l'Etat et non la SNCF, selon l'Arafer, l'autorité de régulation des activités ferroviaires. En cause, la réforme ferroviaire de 2014 qui introduit un strict encadrement des investissements de SNCF Réseaux. Explications.
Des artistes de renom pour habiller les gares du Grand Paris Express

Des artistes de renom pour habiller les gares du Grand Paris Express

Alors que la ligne 18 du Grand Paris Express vient tout juste d’être déclarée d’utilité publique, Philippe Yvin, président du directoire du Grand Paris, a rappelé ce mardi « la volonté d’avoir un projet artistique qui accompagne la création architecturale ». 37 équipes d’architectes internationaux auront ainsi la lourde tâche d’aménager les 68 gares du réseau. Le designer Patrick Jouin, quant à lui, sera en charge de la conception du mobilier.
La déclaration d’utilité publique du Charles-de-Gaulle Express modifiée et confirmée

La déclaration d’utilité publique du Charles-de-Gaulle Express modifiée et confirmée

Après le futur métro du Grand Paris Express, c’est aujourd’hui au tour du « CDG Express » de faire parler de lui ! La liaison ferroviaire directe entre Paris et l’aéroport Charles-de-Gaulle vient en effet de faire l’objet d’une déclaration d’utilité publique modificative, validant ainsi « l’évolution du montage juridique de l’opération et les conditions de son financement ». Le point sur la situation.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter