Les inégalités hommes-femmes encore trop présentes dans le BTP Collectivités territoriales | 06.10.16

Partager sur :
S’il est un secteur d’activité qui a encore des efforts à fournir en termes de mixité hommes-femmes, c’est bien celui du bâtiment ! En 2015, la FFB indiquait que les femmes ne représentaient que 11,7% des effectifs du secteur en France. Bien que la situation semble s’améliorer selon l’Insee, Laurence Rossignol, ministre des Droits des femmes, a décidé de donner un coup de boost à la tendance en lançant un vaste plan d’actions et de mobilisation contre le sexisme. Explications.
Rarement assumé, toujours mal considéré, le sexisme est pourtant un phénomène qui touche directement le secteur du bâtiment.

Discrimination à l’embauche (4,07% moins de chances en moyenne d’accéder à un entretien post-candidature que les hommes*), sous-représentation dans les effectifs (seulement 11,7% de femmes**), difficultés d’accès aux postes à responsabilité (17,4% de femmes parmi les cadres**), commentaires déplacés (une femme sur cinq victime de harcèlement sexuel au travail***)… Le BTP, réputé machiste, a bien du mal à changer son image !

Dans ce contexte particulier, Laurence Rossignol, ministre de la Famille, de l’enfance et des droits des femmes, a profité de la 4e semaine de l’Égalité professionnelle pour lancer un nouveau plan ministériel. Grâce à cette démarche globale, elle espère donner un nouvel élan au plan mixité 2014, qui vise à augmenter de 12 à 33% les métiers mixtes dans plusieurs secteurs - dont le BTP - d’ici à 2025.

Mener des actions utiles en un temps record

« Ce n’est pas une campagne de communication, ce n’est pas un nouveau plan gouvernemental constitué de projets et de mesures. Non, c’est un appel à initiatives qui met les citoyennes et les citoyens au cœur de l’action », s’exprimait la ministre au lancement de ce nouveau plan d’actions, dont le message est plutôt explicite : « Sexisme, pas notre genre ! ».

Plusieurs initiatives seront ainsi menées jusqu’à la prochaine journée internationale des femmes, le 8 mars 2017. Le mouvement est d’ailleurs déjà en marche, avec la création d’un nouveau label, « Sexisme, pas notre genre ! ». Remis par des associations soutenant le plan d’actions (Femmes solidaires, Mouvement H/F, Cercle InterElles, etc.), il vise à récompenser toute initiative permettant de faire reculer le sexisme.

Prise de parole…et prise de conscience ?

Laurence Rossignol compte également sur le soutien et la force des réseaux sociaux pour promouvoir au maximum sa campagne de mobilisation. Cette dernière pourra notamment être relayée sur Twitter, grâce au #SexismePasNotreGenre.

Chacun(e) pourra également accéder librement à la plateforme dédiée, www.sexismepasnotregenre.gouv.fr, afin d’y partager son témoignage. L’objectif n’étant pas, pour la ministre, de contribuer à la victimisation des femmes, mais de montrer qu’il est possible de lutter contre ce phénomène. « Par leur travail, leurs projets, leurs créations, [les femmes] font preuve que le sexisme n’est pas une fatalité, et contribuent utilement, concrètement, à la bataille de l’émancipation », explique Laurence Rossignol.

Reste à savoir si ces initiatives seront suffisantes pour lutter contre le sexisme, ou si, comme l’estimait le Forum économique mondial en 2015, les inégalités entre les hommes et les femmes ne disparaitront pas avant plus d’un siècle.

*TEPP (Travail, emploi et politiques publiques), Discrimination à l’embauche à l’encontre des femmes dans le secteur du bâtiment : les résultats d’un testing en Île-de-France, mars 2016.
**Fédération française du bâtiment, mars 2016.
***Enquête IFOP pour le Défenseur des droits, mars 2014.


F.C
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Légère inflexion du climat des affaires pour l’industrie du bâtiment

Légère inflexion du climat des affaires pour l’industrie du bâtiment

Début d’année mitigé pour le marché du bâtiment ! D’après l’Insee, le climat des affaires en France, tous secteur confondus, a affiché un léger recul en février, parvenant malgré tout à se maintenir à un niveau élevé. Le BTP ne fait malheureusement pas exception, avec un indicateur synthétique en baisse pour le deuxième mois consécutif.
Les poussières et le risque chimique au cœur de la Journée de la Prévention

Les poussières et le risque chimique au cœur de la Journée de la Prévention

Le 28 mars prochain sera une journée consacrée à la prévention dans le BTP. Cet événement, organisé par divers organismes du secteur, vise à sensibiliser tous les professionnels et à leur transmettre des conseils grâce auxquels ils pourront exercer leurs métiers sans risque. Cette année, une attention particulière sera portée sur les poussières et le risque chimique, dont les dangers, bien qu’invisibles, peuvent avoir de graves répercussions.
Bruno Le Maire rassure la Fédération Française du Bâtiment

Bruno Le Maire rassure la Fédération Française du Bâtiment

La Fédération Française du Bâtiment organisait les 14 et 15 juin derniers son Congrès national à La Baule, qui a réuni quelque 400 chefs d’entreprise du BTP. L’événement, qui était l’occasion de faire le point sur la conjoncture du secteur, a surtout été marqué par la venue du ministre de l’Économie Bruno Le Maire, qui a formulé plusieurs « annonces positives » saluées par l’organisme.
La FFB et la Capeb prêtes à travailler avec Emmanuel Macron

La FFB et la Capeb prêtes à travailler avec Emmanuel Macron

La FFB et la Capeb, deux syndicats majeurs du monde du BTP, ont publié deux communiqués les 10 et 11 mai. Dans ces derniers, signés par Jacques Chanut et Patrick Liébus, les organismes interpellent le nouveau président de la république, Emmanuel Macron, sur les nombreux gestes attendus par le monde du BTP, et signalent être prêts à travailler avec lui pour le bénéfice du secteur.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter