Logement indigne : le Gouvernement et des communes accusés d’inaction Collectivités territoriales | 28.03.19

Partager sur :
Quatre mois après l’effondrement mortel de deux immeubles à Marseille, le Haut comité pour le logement des personnes défavorisées, qui rendra son rapport annuel à l’automne prochain, a tiré la sonnette d’alarme ce mercredi 27 concernant le manque de mesures de la part du Gouvernement et de nombreuses communes pourtant concernées par l’habitat indigne.

Le 5 novembre dernier, deux immeubles de la rue d’Aubagne à Marseille s’effondraient, faisant huit morts et nécessitant l’évacuation de 250 immeubles. Le Haut comité pour le logement des personnes défavorisées, qui prépare son rapport annuel, a tiré la sonnette d’alarme en appelant le Gouvernement à se préoccuper davantage de cette urgence sociale en répondant par des mesures concrètes, et a déploré le manque de réaction de nombreuses communes.
 

Un million de personnes touchées par l’habitat indigne en France


Marie-Arlette Carlotti, présidente du Haut comité pour le logement des personnes défavorisées, reconnaît que « c'est à Marseille que le zoom s'est porté sur le logement insalubre, qui tue en s'effondrant, et tue par la maladie ». Egalement membre de ce comité et délégué général à la Fondation Abbé Pierre, Christophe Robert a quant à lui rappelé que l’habitat indigne concernait 450 000 à 650 000 logements en France, soit environ « un million de personnes touchées par ce fléau ».

Ce dernier a notamment estimé que « la réponse n'avait pas été à la hauteur de l'enjeu de l'urgence sociale » après la catastrophe de Marseille et déploré qu’il ne se passe encore rien dans de nombreuses communes. « Si on met la volonté politique, on est capable de mettre fin au mal-logement. Il faut des mesures extraordinaires de la part de l'Etat, de la ville et de la métropole », a-t-il ajouté, en évoquant la possibilité d'un moratoire sur les expulsions à la fin de la trêve hivernale.

Alors que cette dernière s’achève le 31 mars, Julien Denormandie, ministre du Logement, s’est parallèlement félicité ce mercredi 27 mars de la pérennisation de 6 000 nouvelles places d’hébergement pour les sans-abri, portant à 145 000 le nombre total de places : « C'est un effort sans précédent. Jamais aucun gouvernement de gauche ni de droite n'a autant pérennisé. Nous continuons avec humilité et détermination à gérer l'urgence et l'après avec le plan Logement d'abord », a-t-il ainsi déclaré.
 

A Marseille, la mairie accusée de se défausser sur les associations


Pour Christian Nicol, également membre du Haut comité pour le logement des personnes défavorisées, et qui doit remettre au Gouvernement un rapport sur l'habitat insalubre en France à l'automne prochain, « la boîte à outils est suffisante pour traiter le problème » à Marseille. Or, après le drame, « la ville s'est défaussée sur les associations », a affirmé celui qui avait rédigé dès 2015 un rapport alarmiste sur l'habitat insalubre à Marseille, regrettant que les logements sociaux soient construits en nombre insuffisant car « la loi SRU n'est pas appliquée ».

Kaouther Ben Mohamed, membre du Collectif du 5 novembre, créé après le drame de la rue d'Aubagne, a quant à elle accusé les mairies de secteur de ne pas mettre à disposition des bailleurs sociaux suffisamment d'appartements pour y reloger les familles expulsées. Selon elle, « 1 400 personnes sont encore logées dans des hôtels depuis l'évacuation de leurs immeubles ».

C.L (avec AFP)

Photo de Une : ©Adobe Stock

 

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La Cour d’Etat rejette le recours contre un décret de 2017 sur le logement décent

La Cour d’Etat rejette le recours contre un décret de 2017 sur le logement décent

Depuis la catastrophe de Marseille, la qualité de l'habitat est au centre de l’attention. Indécent, insalubre, indigne... tout est question de définition. C’est celle du logement « décent », contenue dans un décret datant de début 2017, que 4 associations avaient jugé « imprécise » et décidé de contester à travers un recours déposé fin 2017. La Cour d’Etat a fait savoir jeudi 20 décembre qu’elle avait rejeté ce recours. Retour sur une polémique.
Le gouvernement et le monde HLM trouvent un accord

Le gouvernement et le monde HLM trouvent un accord

Les bailleurs sociaux et le gouvernement ont trouvé un accord hier, mercredi 25 avril, concernant les économies à réaliser pour le monde HLM. Le gouvernement a accepté de réduire les économies de 1,5 milliards d’euros à 950 millions pendant trois ans. Des économies en partie prises en charge par Action Logement – à hauteur de 300 millions d’euros par an – et par la Caisse des dépôts – à hauteur de 50 millions d’euros par an.
L'État lance une grande concertation sur le logement en Outre-mer

L'État lance une grande concertation sur le logement en Outre-mer

Ayant déjà annoncé un dispositif en faveur de la rénovation dans les Départements et régions d'outre-mer en octobre, le gouvernement a lancé ce 31 janvier une conférence portant plus largement sur le logement dans ces territoires. Cette initiative, à laquelle tous les acteurs du secteur peuvent prendre part, doit aboutir à l'élaboration d'un Plan Logement Outre-mer 2019-2022 qui sera mis en oeuvre dès juin prochain.
Baisse du nombre de logements sociaux financés par le gouvernement en 2018

Baisse du nombre de logements sociaux financés par le gouvernement en 2018

Nouveau coup dur pour le monde HLM ! Alors que le secteur fait l'objet d'une importante réforme, le ministre Julien Denormandie a indiqué le 1er février sur Franceinfo que le nombre de biens sociaux financés par l'État était en baisse l'année passée. De fait, 109 000 logements seront produits en 2019, contre 113 000 l'an dernier. Seule catégorie en hausse : celle des Prêts locatifs aides d'intégration (PLAI), destinés aux ménages les plus démunis. Précisions.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter