Nouveau Plan Climat pour la Ville de Paris Collectivités territoriales | 07.11.17

Partager sur :
La mairie de Paris a présenté ce mardi, son nouveau Plan Climat. Le document répertorie plus de 500 mesures dans plusieurs domaines d’actions, dont le bâtiment et l’énergie, et vise à accompagner la ville vers la neutralité carbone. Il sera présenté une première fois au Conseil de Paris les 20, 21 et 22 novembre prochains, puis fera l’objet d’une consultation publique de décembre à février. Son adoption finale est prévue pour mars 2018.
En 2007, la ville de Paris adoptait à l’unanimité un Plan Climat « ambitieux » avec des objectifs forts : réduire de 25% les émissions de gaz à effet de serre et les consommations d’énergie, et porter à 25% la part des énergies renouvelables et de récupération entre 2004 et 2020.

Pour aller encore plus loin dans ses objectifs, la mairie a présenté ce mardi, son deuxième Plan Climat qui a pour ambition de faire de la capitale « une ville neutre en carbone et 100% d’énergies renouvelables en 2050 ». Riche de 500 mesures dans plusieurs domaines d’actions, il trace « pour la première fois en France » la trajectoire vers la neutralité carbone pour une collectivité.

Que prévoit ce Plan Climat ?

Le Plan dessine une ville en transition vers la neutralité carbone, une ville « plus juste, équitable, inclusive et résiliente ». Il répond à l’objectif de limiter l’élévation de la température moyenne mondial à + 1,5°C d’ici 2100. Cela implique, d’ici 2050, de diminuer de 100% les émissions locales intra-muros, et de favoriser la réduction de 80% de l’empreinte carbone globale du territoire.

Le Plan Climat prévoit également de diviser par deux la consommation énergétique de Paris d’ici 2050. « Le défi majeur des trente prochaines années est la rénovation énergétique de 110 000 immeubles parisiens, soit 1 million de logements à rénover d’ici 2050 », précise un communiqué.

L’idée est d’éco-rénover 1 million de logements parisiens et plus de 50 millions de m2 de commerces, bureaux, hôtels, équipements publics d’ici 2050, de rénover les équipements publics les plus énergivores et de créer des éco-quartiers neutres en carbone et résilients.

La Ville continuera à financer la rénovation de 4 500 logements par an dès 2018 ; et dès 2020, elle accélèrera le rythme de rénovation de logements sociaux pour atteindre 5 000 logements par an et un gain d’énergie moyen de 60%.

100% d’énergies renouvelables

La Ville cherchera à s’approvisionner à 100% en énergies renouvelables d’ici 2050 et défend « l’idée d’un droit à l’énergie propre pour tous. En multipliant les panneaux solaires sur les toits, la géothermie, la récupération d’énergie, et en valorisant mieux les déchets, la part de production locale d’énergies renouvelables visée est 20% en 2050 », poursuit le communiqué. Des nouvelles coopérations entre territoires seront mises en place et la précarité énergétique sera réduite de 20% via un Pacte territorial.

Afin d’améliorer la qualité de l’air, Paris souhaite atteindre le zéro véhicule diesel dès 2024 et essence en 2030. Une Zone de Circulation Restreinte à l’échelle de la Métropole pourrait être créée ainsi qu’un fonds Air/bois à destination des particuliers pour accélérer la rénovation des systèmes de chauffage au bois.

La Ville de Paris souhaite répondre aux engagements pris par la France lors de la COP21. Financer la transition énergétique sera l’une de ses priorités. Pour cela, la mairie compte réorienter massivement les investissements vers la transition écologique, ce qui suppose « de se doter rapidement des outils d’analyse et opérationnels, non seulement en interne à la Ville mais aussi à l’attention des autres acteurs pour soutenir les initiatives et mobiliser les financements externes ».

« C’est d’ailleurs une formidable opportunité pour la création d’emplois locaux et non délocalisables estimés entre 20 000 à 35 000 dans toutes les filières confondus », précise la Ville.

Ce nouveau Plan climat air énergie territorial sera présenté au Conseil de Paris les 20, 21 et 22 novembre prochains. Il fera ensuite l’objet d’une consultation publique de décembre à février pour « recueillir l’avis des habitats de la Métropole, de la Région et de l’Etat ». Il sera ensuite présenté une seconde fois en Conseil de Paris en mars 2018 pour son adoption finale.

R.C
©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Accenta démocratise le bâtiment bas carbone

Accenta démocratise le bâtiment bas carbone

Née en 2016, la startup Accenta a développé un système énergétique capable de réduire l’empreinte carbone d’un bâtiment. La technologie s’appuie sur deux outils : le logiciel accenta.design qui permet de concevoir la chaufferie la plus efficace tout en limitant les coûts d’investissements ; et la plateforme accenta.ai qui établit un plan de production et de stockage de l’énergie en fonction des besoins du bâtiment. Pierre Trémolières, fondateur d’Accenta, nous en dit plus sur cette innovation.
Récylum recycle l’éclairage des écoles parisiennes

Récylum recycle l’éclairage des écoles parisiennes

Dans le cadre de son second contrat de performance énergétique pour 140 écoles, la Ville de Paris a confié le recyclage de 50 tonnes de matériels à l’éco-organisme Récylum. 9 000 luminaires et leurs 30 000 tubes fluorescents seront ainsi dépollués et recyclés à plus de 80% de leur poids. Ces travaux de rénovation énergétique répondent aux ambitions fixées par le Plan Climat Energie de Paris.
La performance énergétique est un atout pour la durabilité d'un bâtiment et pour ses usagers

La performance énergétique est un atout pour la durabilité d'un bâtiment et pour ses usagers

Le 11 septembre dernier, l’Aorif et l’Unafo ont organisé, en partenariat avec Ekopolis, une journée professionnelle autour de la performance énergétique des résidences sociales. A cette occasion, les entités ont proposé des pistes pour mieux maîtriser et réduire les consommations énergétiques des bâtiments. Une approche transversale et intégrée de la performance énergétique est notamment préconisée.
La PPE, « chronique d’un rendez-vous manqué avec les territoires », selon Coénove

La PPE, « chronique d’un rendez-vous manqué avec les territoires », selon Coénove

Le projet de Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE) n’aura guère convaincu Coénove, bien au contraire ! L’association reproche au texte de laisser sur la touche l’énergie gaz « au mépris même de son avenir renouvelable ». Bien que déçu, son président, Bernard Aulagne, va continuer de « porter haut et fort » les atouts du gaz, « pierre angulaire » pour la transition écologique et solidaire française, notamment dans le bâtiment.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter