Rapprochement surprenant entre Century 21 et Airbnb pour simplifier la sous-location Collectivités territoriales | 26.06.18

Partager sur :
L’accord inédit signé entre Century 21 et Airbnb arrive à point nommé ! À l’approche de l’été, période propice aux voyages et aux besoins en logements qui les accompagnent, les deux sociétés ont décidé d’expérimenter un nouveau « Bail Century21 Airbnb-compatible » en faveur de la sous-location à Paris. De quoi légaliser une pratique qui existe depuis bien longtemps.
Mis en œuvre à Paris depuis décembre dernier, le décret ‘’Airbnb’’ oblige désormais les propriétaires de biens meublés loués pour une courte durée à enregistrer leurs logements, permettant à la Ville de vérifier que « la durée maximale de 120 jours par an de mise en location » est bien respectée.

Depuis peu, la capitale française fait l’objet d’une nouvelle expérimentation suite à un « accord historique » passé entre Century 21, filiale de Nexity, et la fameuse plateforme de location. Les deux acteurs ont en effet mis en place un « Bail Century21 Airbnb-compatible » qui sera proposé dès la rentrée prochaine.

« À Paris, plus de 60% des ménages sont locataires, et leur logement est leur premier poste de dépense ! Avec ce nouveau bail, ils pourront augmenter leur pouvoir d’achat et construire leur vie à Paris, tout en voyageant davantage », avance Emmanuel Marill, directeur France et Belgique Airbnb.

Visant à faciliter la sous-location, le principe de ce bail inédit est simple : sitôt que le propriétaire donne son accord, une agence immobilière du réseau Century 21 est en charge d’assurer la gestion de son bien. C’est à elle de publier l’annonce relative au logement concerné sur la plateforme Airbnb. Elle est également en charge de toutes les démarches administratives applicables.

Le locataire occupant l’habitation peut ensuite enrichir l’annonce, apporter des informations supplémentaires et, surtout, renseigner les disponibilités du bien et son prix. Il devra par ailleurs accueillir les éventuels voyageurs à qui le logement serait sous-loué.

Finalement, le bail prévoit une répartition des revenus « de façon automatique » : 23% des gains vont au propriétaire, 70% pour le locataire, et 7% pour Century 21. De quoi assurer des revenus complémentaires pour l’ensemble des acteurs, et tout particulièrement les habitants dans le besoin (étudiants, jeunes travailleurs, ménages modestes, etc.).

« Ce ‘’bail aribnb’’ est novateur dans la réponse sociale qu’il apporte avec un complément de revenu important pour le locataire. Il est également gagnant pour le propriétaire », souligne Laurent Vimont, président de Century 21 France. « [Ce dispositif] est vertueux car il n’assèche pas l’offre de logements notamment dans les zones tendues mais encourage la sous-location de biens occupés. Il permettra également de simplifier et d’encadrer la pratique de la sous-location », conclut-il.       
                 
La Ville de Paris d’accord sur le principe

« La Mairie de Paris n’a pas d’hostilité de principe à ce bail », a fait savoir Ian Brossat, adjoint à la maire de Paris Anne Hidalgo en charge du logement. Pour lui, il est cependant indispensable que la limite maximale des 120 jours de location par an soit bien respectée. « J’y serai extrêmement vigilant », a-t-il prévenu. « Il ne faudrait pas que ce bail conduise à une augmentation des loyers », note-t-il par ailleurs. « C’est un risque ».

(Avec AFP)


F.C

Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La filière bois française à l’honneur pour les Jeux Olympiques de 2024

La filière bois française à l’honneur pour les Jeux Olympiques de 2024

Les contours du chantier des Jeux Olympiques de 2024 se précisent, et le moins que l’on puisse dire, c’est que les constructions feront la part belle au bois. Le village olympique et paralympique ainsi que le cluster des médias seront en effet réalisés dans ce matériau biosourcé et renouvelable. L’organisation France Bois 2024 s’est ainsi formée pour accompagner les entreprises dans ce challenge qui constitue une véritable opportunité pour la filière bois française.
L’immobilier parisien dépasse les 10 000 €/m² : un record selon Century 21

L’immobilier parisien dépasse les 10 000 €/m² : un record selon Century 21

A Paris, le prix de l’immobilier ancien vient de franchir la barre des 10 000 €/m², rapporte Century 21, selon ses propres données. Si la surface moyenne des logements baisse, la part des acquisitions pour investissement locatif, elle, représente maintenant plus d’un quart des transactions. Le nombre de ventes recule dans la capitale alors que celui-ci progresse dans le reste du pays.
Locations touristiques illégales : les amendes pleuvent à Paris

Locations touristiques illégales : les amendes pleuvent à Paris

Plus de 1,3 millions d’euros : c’est la somme totale que représentent les amendes infligées depuis le début de l’année aux propriétaires parisiens qui se risqueraient à louer illégalement leurs biens à des fins touristiques. Sans surprise, la pateforme Airbnb est largement responsable de ces abus – preuve, s’il en est, de la nécessité pour la Ville de Paris d’appliquer le décret éponyme afin de renforcer le contrôle du dispositif de location touristique. Explications.
« Décret Airbnb » : les villes en mesure de contrôler les abus

« Décret Airbnb » : les villes en mesure de contrôler les abus

Offrir aux grandes villes touristiques un meilleur contrôle des plateformes de locations : tel est l’objectif d’un nouveau décret, publié le 30 avril au Journal officiel. Grâce à cette nouvelle disposition, les municipalités devraient être en mesure de lutter contre les abus liés à la location d’un bien, ce qui inclut notamment les dépassements de la durée maximale fixée à 120 jours par an. De quoi satisfaire également aux exigences des hôteliers, qui se plaignaient de concurrence déloyale.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter