Revitalisation des centres-villes : les Français partagent leurs inquiétudes (enquête) Collectivités territoriales | 06.06.18

Partager sur :
À l’approche des 13èmes Assises nationales du centre-ville, qui se dérouleront ces 7 et 8 juin, l’association d’élus locaux « Centre-Ville en Mouvement » a présenté ce mardi 5 la nouvelle édition du baromètre « Centre-ville et commerces : attentes et usages des Français ». Résultant d’une enquête menée par l’institut CSA, ce document met en évidence les inquiétudes des citoyens, de plus en plus nombreux à se plaindre de la désertion des centres-villes après 19h. Le point.
Après la publication du fameux rapport Borloo et la présentation, par Emmanuel Macron, d’un plan d’action pour la politique de la Ville, l’association « Centre-Ville en Mouvement » a publié ce 5 juin son dernier baromètre relatif aux « attentes et usages des Français » vis-à-vis des centres-villes et commerces.

Réalisé par l’institut de sondage CSA et soutenu par le ministère de la Cohésion des territoires, ce document inédit fait notamment état du fort attachement des citoyens à leurs centres-villes. Pour preuve, ils sont 68% à se dire préoccupés par cette thématique. Cependant, « la situation est très diverse selon les territoires », comme l’indique le ministre Jacques Mézard.

Une nécessaire modernisation des centres-villes

En outre, les Français sont particulièrement nombreux (42%) à pointer le manque de dynamisme des centres-villes, qui ont tendance à être désertés dès 19h. L’absence de logements et de commerces, l’insécurité ou encore la délocalisation de certains services administratifs sont également pointés du doigt. Surtout, 95% des répondants considèrent que la modernisation des centres-villes « doit constituer un objectif important pour les maires ».

Cependant, l’écart se creuse dans les attentes de chacun en fonction de la tranche d’âge des répondants. Si les 18-24 ans souhaitent avant tout un centre-ville connecté et lieu de loisirs, les personnes âgées de plus de 65 ans préféreraient voir se développer des commerces et de nouveaux services. Finalement, « 68% des Français aspirent à plus de wifi dans leur centre-ville », d’après le rapport.

Les réponses des sondés reflètent également de nouvelles aspirations en matière d’aménagement. En effet, 21% des Français réclament une piétonisation des rues, 18% des commerces alimentaires, et 14% le développement des transports en commun. Des perspectives auxquelles l’initiative Action cœur de ville pourrait répondre prochainement, comme l’a réaffirmé Jacques Mézard.

F.C (avec AFP)
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Quartiers prioritaires de la politique de la ville : un rapport jette un pavé dans la mare

Quartiers prioritaires de la politique de la ville : un rapport jette un pavé dans la mare

L'Observatoire national de la politique de la ville (ONPV) a publié jeudi 20 septembre son rapport annuel 2017, dans lequel il présente le bilan de ses « travaux évaluatifs » relatifs aux quartiers prioritaires. De la cohésion sociale au cadre de vie, en passant notamment par l'emploi, ce sont cinq thématiques qui ont été finement analysées par l'organisme, qui fait état d'un triste constat : dans ces territoires défavorisés, les ménages aisés s'en sortent, et les plus pauvres restent.
Les maires favorables aux recommandations du rapport Borloo

Les maires favorables aux recommandations du rapport Borloo

Le 26 avril dernier, Jean-Louis Borloo présentait au Premier ministre son rapport relatif à la politique de la Ville, dans lequel il préconisait la création d'un fonds de 5 milliards d'euros. Loin de faire l'unanimité, le document semble pourtant avoir trouvé grâce aux yeux des maires, qui se sont déclarés favorables aux principales mesures du texte. Explications.
Les habitants des petites communes sont les plus satisfaits de leur logement

Les habitants des petites communes sont les plus satisfaits de leur logement

Ce mardi 8 octobre avait lieu la présentation du troisième baromètre Qualitel/Ipsos. Cette année, le thème de la qualité du logement dans l’attractivité des territoires a été retenu. 80 questions ont été posées à 4850 personnes âgées de plus de 18 ans. Elles ont évaluées leur logement en fonction de nombreux critères et ont été interrogées sur leurs aspirations. Il en ressort que les habitants des communes de moins de 2000 habitants sont bien plus satisfaits et attachés à leur logement que les franciliens.
Logement social : 615 communes sanctionnées par la loi SRU

Logement social : 615 communes sanctionnées par la loi SRU

Adoptée en 2000, la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (dite « loi SRU ») impose aux communes de plus de 3 500 habitants (ou 1 500 pour l’ïle-de-France) de disposer d’au moins 25% de logements sociaux. Or, cette année, 615 communes devront s’acquitter de pénalités pour non-respect de la loi, telles que Le Cannet, Antibes, Aix-en-Provence, Saint-Maur-des-Fossés ou encore Nogent-sur-Marne.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter