Fermer

Des objectifs ambitieux en matière d'énergies renouvelables pour la région Île-de-France

La présidente de la Région Île-de-France Valérie Pécresse a fait part ce 7 juin de sa volonté de développer considérablement les énergies renouvelables au sein du territoire. 40% de la consommation francilienne pourrait ainsi provenir des EnR à horizon 2030. D'ici à 2050, ce taux pourrait même s'élever à 100%. Dans ce sens, une conférence régionale devrait être organisée chaque année afin de rassembler l'ensemble des acteurs de la transition écologique. Explications.
Publié le 08 juin 2018

Partager : 

Des objectifs ambitieux en matière d'énergies renouvelables pour la région Île-de-France - Batiweb
La Région Île-de-France a présenté ce jeudi 7 juin une stratégie énergie-climat particulièrement ambitieuse avec un objectif clairement affiché : « passer de dernier de la classe des régions françaises, avec 90% d'énergie importée, à une région qui soit exemplaire », selon les termes de Jean-Philippe Dugoin-Clément, vice-président en charge de l'écologie et du développement durable.

Dans ce sens, Valérie Pécresse, présidente de la Région, a d'ores et déjà pris ses engagements pour que « les énergies renouvelables en 2030 représentent 40% de la consommation francilienne », et même 100% en 2050. Aujourd'hui, ce taux avoisine plutôt les 11%, alors que l'Île-de-France est une « région qui consomme énormément ».

Les renouvelables en force, le nucléaire banni

Pour y remédier, l'élue a avancé un « scénario de rupture » qui permettrait « de tendre vers une région zéro carbone ». « [En 2050, ndlr] on sera à 100% d'énergie renouvelable, on sera sortis du nucléaire et on sera à 50% d'énergie importée », a-t-elle promis.

Une attention particulière sera ainsi portée sur le développement de l'énergie éolienne, la géothermie, les énergies de récupération des déchets et la méthanisation, notamment en Seine-et-Marne. Valérie Pécresse compte également « pousser de manière extrêmement forte sur le solaire et le photovoltaïque ».

A l'inverse, la présidente a fait savoir qu'elle s'opposerait désormais à « la construction de toute centrale nucléaire sur le territoire francilien ». Par ailleurs, si de nouvelles « mesures d'accompagnement social du type prime à la casse, aide à la transition énergétique » venaient à voir le jour, Valérie Pécresse envisagerait également une sortie « du diesel d'ici 2030 pour l'ensemble de la région ».

Enfin, prenant modèle sur les fameuses Conférences des parties (COP), l'Île-de-France se verra elle aussi dotée d'un événement régional visant à réunir, chaque année, les acteurs de la transition énergétique autour des thématiques liées à l'énergie et au climat. Un investissement de 150 millions d'euros sera réalisé dans ce sens d'ici à 2021, et de 500 millions à horizon 2030.

F.C (avec AFP)

Photo de Une : ©Fotolia
Par Redacteur

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.