Solaire : N. Hulot annonce un « quasi » doublement des appels d’offres Collectivités territoriales | 08.01.18

Partager sur :
Lors d’une visite du parc éolien à Juillé (Sarthe), Nicolas Hulot a annoncé un « changement d’échelle » de la transition énergétique, avec un « quasi » doublement des appels d’offres sur le solaire. Le ministre souhaite également faire « de la pédagogie » pour que les Français « voient les bénéfices » des énergies renouvelables, notamment « en développant l’autoconsommation ».
Ce lundi, Nicolas Hulot s’est rendu dans la Sarthe pour visiter le parc éolien de Juillé. Composé de 6 éoliennes, ce parc, financé par la coopérative agricole des Fermiers de Loué, est censé produire assez d’énergie pour couvrir la consommation d’électricité des 1 100 éleveurs de la filière en Sarthe et Mayenne.

« L'agriculture doit être partie prenante de la transition énergétique », a relevé M. Hulot. « L'agriculture a pu être, en matière climatique, un problème. Elle peut aussi être une solution » en permettant « la diversification de notre mix énergétique », a-t-il ajouté.

Accélérer le déploiement du solaire

Lors de sa visite, Nicolas Hulot a fait une série de déclarations parmi lesquelles la préparation avec Bruno Le Maire (ministre de l’Economie) d’« un accélérateur de la transition écologique, notamment de la transition énergétique, pour changer d’échelle ».

« On va changer d'échelle dans les appels d'offres, que l'on va quasiment multiplier par deux sur le solaire. On va changer d'échelle en essayant de rendre acceptable tous ces projets et de sortir d'une position conflictuelle », a-t-il ajouté.

Faire de la pédagogie

Le ministre a également indiqué vouloir faire « de la pédagogie » pour que les Français « voient les bénéfices » des énergies renouvelables, notamment « en développant l'autoconsommation », « pour qu'à terme chaque territoire, chaque citoyen, s'il le décide, puisse produire sa propre énergie pour sa propre consommation ».

Interrogé sur le nucléaire, il a affirmé qu'il y aurait « évidemment une baisse précise » de la part de l'atome dans la feuille de route énergétique de la France d'ici à 2023. « Cela fait partie des quatre piliers de la transition énergétique. Qu'on soit pour ou contre le nucléaire, il y a un consensus: il faut en réduire la part ».

« La grande différence, c'est que je mets en oeuvre la réduction du nucléaire. Jusqu'ici, il n'y a pas un pas qui avait été fait », a ajouté le ministre. « Chemin faisant, on verra jusqu'où on doit aller. Mais les 50% (de part du nucléaire) restent un des quatre piliers de la transition énergétique », a-t-il conclu.

R.C (avec AFP)
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La CRE recommande une révision des mécanismes de soutien aux EnR

La CRE recommande une révision des mécanismes de soutien aux EnR

La Commission de régulation de l'énergie (CRE) a publié un rapport le 15 avril dernier sur les coûts et la rentabilité des énergies renouvelables en France métropolitaine. Ce rapport dresse le bilan des filières de l'éolien terrestre, du solaire photovoltaïque, de la biomasse et de la cogénération. La CRE recommande de généraliser les appels d'offres plutôt que de soutenir le tarif d'achat. En réponse, le SER a publié ses propres recommandations pour la filière éolienne.
Transition énergétique : 100 000 emplois créés sur 3 ans

Transition énergétique : 100 000 emplois créés sur 3 ans

Lors de sa première conférence de presse, Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie, a maintenu le cap de la transition énergétique. Grâce à la croissance verte, elle espère créer 100 000 emplois sur trois ans. Autres annonces : le développement des filières des énergies renouvelables et l'accélération de la rénovation énergétique des bâtiments, avec la signature mercredi 30 avril de la convention Feebat.
Un appel d’offres multi-énergies bientôt lancé en France

Un appel d’offres multi-énergies bientôt lancé en France

A l’occasion des Assises de l’éolien terrestre organisées par le Syndicat des énergies renouvelables (SER), Virginie Schwarz, directrice de l’énergie à la direction générale de l’énergie et du climat, a annoncé le lancement d’un appel d’offres qui mettra en concurrence le solaire et l’éolien. L’initiative répond à la volonté de la Commission européenne de favoriser ce type de procédures.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter