Des passoires thermiques plus nombreuses parmi les petites surfaces (étude)

Développement durable | 22.01.21
Partager sur :
Des passoires thermiques plus nombreuses parmi les petites surfaces (étude) - Batiweb
Dans un contexte où le gouvernement annonce une lutte pour éradiquer les 4,8 millions de passoires énergétiques présentes en France, la start-up Flatlooker a mené son enquête pour identifier les caractéristiques des logements les plus énergivores. Il en ressort que les petites surfaces situées en bas étages seraient plus susceptibles de présenter une étiquette énergétique supérieure à E.

Alors qu'il ne sera plus possible de louer un logement présentant une étiquette énergétique classée G à compter du 1er janvier 2023, le gouvernement a décidé d'étendre le dispositif MaPrimeRénov' aux propriétaires bailleurs afin de les inciter à réaliser des travaux de rénovation énergétique.

 

L'agence de location Flatlooker, proposant un parcours de location 100 % en ligne, a de son côté décidé de mener une étude pour identifier les caractéristiques des logements les plus énergivores. Pour cela, l'agence s'est intéressée aux 1 718 derniers logements parisiens référencés sur sa plateforme.

 

Il ressort de cette étude que les petites surfaces sont plus susceptibles de présenter un diagnostic de performances énergétiques supérieur à E. Ainsi, 35,2 % des studios étudiés présentaient une étiquette supérieure à E, contre 22,3 % pour les 2 pièces, 6,1 % pour les 3 pièces, et 8,3 % pour les 4 pièces et plus.

 

Source : étude Flatlooker

 

Moins surprenant, l'enquête révèle que 40,5 % des logements en rez-de-chaussée présentent une étiquette supérieure à E. Le pourcentage étant dégressif à mesure que les étages augmentent : 29,4 % pour les premiers étages, 26,2 % pour les deuxièmes étages, 20 % pour les troisièmes étages, et seulement 17,9 % pour les quatrièmes étage. Il faut dire que les appartements en étages bénéficient de l'apport de chaleur du logement du dessous et du dessus, faisant ainsi diminuer les factures de chauffage.

 

Autre critère étudié : l'année de construction. On retrouve ainsi plus de passoires thermiques parmi les logements construits entre 1970 et 1990, à hauteur de 31,7 %. Ils ont moins bien vieilli que les logements bâtis avant, puisque par comparaison on dénombre 25,5 % de passoires thermiques parmi les logements d'avant 1930, et 22,9 % parmi ceux bâtis entre 1930 et 1970. Fait notable : les passoires thermiques sont quasi-inexistantes parmi les logements construits après 1990. 

 

« Les logements d'après 1990 intègrent des enjeux de performances énergétiques dès leur construction, ce qui n'était pas le cas auparavant », souligne à juste titre Nicolas Goyet, CEO de Flatlooker.

 

Source : étude Flatlooker

 

Du côté de la fourniture d'énergie, on retrouve également bien plus de passoires thermiques parmi les logements chauffés à l'électricité, à hauteur de 36,7 %, contre seulement 10,7 % des biens chauffés au gaz et 16,7 % de ceux alimentés en fioul.

 

Source : étude Flatlooker

 

Là où cela devient plus étonnant, c'est que le type de vitrage ne semble pas influencer les performances énergétiques d'un bien. Ainsi, 26,5 % des logements à simple vitrage dépassaient l'étiquette énergétique E, mais 25 % des habitations présentant un double vitrage également.

 

« On s'attendait à une bien meilleure performance énergétique des logements avec double vitrage. Cependant, les fenêtres ne représentent en moyenne que 15 % de la déperdition thermique totale d'un logement : leur influence est donc limitée au global », précise Nicolat Goyet.

 

Si l'on devait résumer, le portrait-type de la passoire énergétique parisienne serait donc un studio en rez-de-chaussée, construit entre 1970 et 1990, et chauffé à l'électricité.

 

Claire Lemonnier

Photo de une : Adobe Stock

 

Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

71 % des Français connaissent mal les aides à la rénovation énergétique - Batiweb

71 % des Français connaissent mal les aides à la rénovation énergétique

Ce jeudi 5 novembre, Mon Expert Rénovation Energie présentait les résultats de son sixième baromètre réalisé avec OpinionWay concernant « Les Français et la rénovation énergétique ». Pour cette nouvelle édition, 2 116 personnes ont été interrogées via un questionnaire auto-administré en ligne, envoyé entre le 7 et le 11 octobre dernier. Le point sur les principaux résultats de cette enquête.
Les PAC, grandes gagnantes de la RE2020 ? (étude) - Batiweb

Les PAC, grandes gagnantes de la RE2020 ? (étude)

La future Réglementation Environnementale 2020 (RE2020) devrait privilégier l'électricité au détriment du gaz et du fioul. Dans ce contexte, Delta-EE anticipe une montée en puissance des pompes à chaleur (PAC) qu'elles soient air/air, air/eau, ou hybrides, qui viendront progressivement remplacer les chaudières au gaz et au fioul, que ce soit dans le neuf ou la rénovation.
Adoption définitive de la loi Climat : les mesures qui concernent le logement - Batiweb

Adoption définitive de la loi Climat : les mesures qui concernent le logement

A la suite d'une commission mixte paritaire conclusive, l'Assemblée Nationale et le Sénat ont définitivement adopté la loi Climat et Résilience ce mardi 20 juillet. Le volet IV « Se Loger » incite notamment les propriétaires bailleurs à rénover leurs biens considérés comme des passoires thermiques, via le gel des loyers et l'interdication progressive de location des logements les plus énergivores.
DPE : « On passe de l'incitation à la phase de contrainte » (OptimHome) - Batiweb

DPE : « On passe de l'incitation à la phase de contrainte » (OptimHome)

Il y a une semaine, le gouvernement précisait les mesures concernant le nouveau DPE. Dans une interview accordée à Batiweb, Olivier Colcombet, président du réseau OptimHome, revient sur les avancées, mais aussi sur les limites de cette politique de rénovation énergétique, qui pourrait augmenter le nombre de logements vacants et causer une hausse des prix.