Fermer

Energies marines : Edouard Philippe reconnaît un certain « retard » en France

La semaine dernière, le Syndicat des énergies renouvelables (SER) réclamait la mise en place d’un calendrier « lisible » des appels d’offres liés aux énergies marines, profitant ainsi du fort potentiel dont dispose la France. Le 21 novembre, le Premier ministre Edouard Philippe a profité des Assises de la mer au Havre pour annoncer des initiatives censées combler une partie du retard de la France en matière d’énergies marines.
Publié le 22 novembre 2017

Partager : 

Energies marines : Edouard Philippe reconnaît un certain « retard » en France - Batiweb
Il y a quelques jours, les filières des énergies marines renouvelables publiaient un communiqué commun adressé au gouvernement afin de demander un calendrier « stable et lisible » des appels d’offres commerciaux. Une manière, pour le Syndicat des énergies renouvelables, de tirer profit du fort potentiel de développement dont dispose la France.

Des réclamations qui ont semble-t-il été entendues. En effet, Edouard Philippe a reconnu ce mardi 21, lors des Assises de la mer au Havre, que l’hexagone était en retard en matière d’énergies marines. « Je crains que si nous voulons rattraper ce retard, il ne nous faille souquer très ferme », a-t-il déclaré.

Des efforts annoncés, mais…

Souhaitant visiblement combler ce retard, le gouvernement a annoncé plusieurs changements pour 2018. « Les études préalables en vue de l’engagement des futurs appels d’offres dans l’éolien flottant en Bretagne et en Méditerranée » seront ainsi lancées dans les mois à venir, de même que « les études environnementales sur le projet de parc éolien posé au large d’Oléron ».

Si Edouard Philippe a demandé à ce qu’« un travail de simplification radicale des procédures » soit fourni, l’ensemble de ces mesures est apparu insuffisant pour bon nombre d’acteurs des énergies marines renouvelables.

C’est notamment le cas du Syndicat des énergies renouvelables, dont le président Jean-Louis Bal a considéré que le discours du Premier ministre était « assez décevant ». « Il n’y pas un mot sur l’hydrolien (qui utilise la force des marées pour produire de l’énergie) », a-t-il déploré. 

Invité à tenir le discours de clôture des Assises, le ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot a soutenu Edouard Philippe et fait part de sa volonté de réduire à « moins de sept ans » le délai nécessaire à la création d’un parc éolien en mer. « Nous allons simplifier les procédures », a-t-il promis. À quand le passage à l’acte ?

F.C (avec AFP)
Photo de Une : @EPhilippePM (Twitter)
Par Redacteur

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.