Fermer

La Commission européenne promet un plan d’action en faveur de la finance verte

Toujours plus soucieuse des thématiques liées à l’environnement, l’Europe a annoncé mercredi 31 le lancement, en mars prochain, d’un plan d’action visant à accélérer le développement de la finance verte. Grâce à cette initiative, les États membres espèrent bien contribuer au succès de l’accord de Paris sur le climat. Les détails.
Publié le 01 février 2018

Partager : 

La Commission européenne promet un plan d’action en faveur de la finance verte - Batiweb
L’Europe, qui a récemment fait part de ses ambitions concernant le développement des énergies renouvelables, présentera dès mars prochain « un large plan d’action » en faveur de la finance verte, comme l’a fait savoir la Commission ce mercredi 31.

Cette dernière s’était d’ailleurs engagée sur ce sujet en décembre dernier, à l’occasion d’un sommet consacré au financement de la lutte contre le réchauffement climatique organisé à Paris.

« Nous devons encourager la finance verte dans toute la chaîne d’investissement et changer l’état d’esprit de ceux qui gèrent notre argent », avait alors déclaré Valdis Dombrovskis, vice-président de la Commission européenne en charge de l’euro.

En outre, le futur plan d’action sera basé sur un rapport élaboré par un groupe de vingt experts présidé par Christian Thimann, conseiller spécial auprès du président du groupe d’assurance Axa.

Un rapport complet pour une efficacité optimale

Le document, qui comprend pas moins de 24 recommandations, vise avant tout à doter l’Europe d’« un marché capable de financer une économie plus optimisée sur le plan climatique », comme l’a indiqué l’un des rédacteurs, Pascal Canfin, directeur général de WWF France.

« Même si les Etats-Unis ne le font pas, c’est notre intérêt de locomotive de fixer de nouvelles règles du jeu qui tirent tout le monde vers le haut, de fixer des standards européens tels que ceux pour les obligations vertes », estime-t-il.

Parmi les recommandations formulées, les rédacteurs proposent notamment qu’une définition claire de ce qui peut être considéré comme « vert » soit adoptée. « Si l’Europe veut mobiliser des capitaux pour le développement durable, elle a besoin d’un système de classification techniquement solide », stipule le rapport.

La sensibilisation des gestionnaires de fonds et des épargnants est également encouragée. Ces derniers pourraient ainsi privilégier les investissements dans des entreprises respectueuses de l’environnement. L’impact sur le climat des différentes sociétés cotées pourrait d’ailleurs être rendu public, valorisant par là même les démarches effectuées par les structures les plus engagées.

F.C (avec AFP)
Photo de Une : ©Fotolia
Par Redacteur

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.