La RE2020 devrait finalement entrer en vigueur pour l’été 2021 Développement durable | 11.05.20

Partager sur :
Avec la crise liée au Covid-19, les ministères de la Cohésion des Territoires et de la Transition écologique ont annoncé ce jeudi 7 mai le décalage du calendrier concernant l’adoption de la Réglementation Environnementale 2020 (RE2020). Étant donné l’impact de la crise sur la phase de concertations, l’entrée en vigueur de la RE2020, initialement prévue en janvier prochain, est finalement repoussée à l’été 2021.

Dans le contexte de la crise sanitaire actuelle, le gouvernement a annoncé ce jeudi 7 mai le décalage du calendrier concernant l’adoption de la future Réglementation Environnementale 2020 (RE2020), qui doit venir remplacer l’actuelle Réglementation Thermique 2012 (RT2012). Pour rappel, cette future réglementation doit notamment mettre en place de nouvelles exigences environnementales pour construire des bâtiments plus écologiques et mieux adaptés au changement climatique.

 

Décalage du calendrier

 

Dans un communiqué commun, les ministères de la Cohésion des Territoires et de la Transition écologique ont précisé les nouvelles modalités du calendrier, mais aussi réaffirmé l’ambition de mettre en place le plus rapidement possible cette future réglementation. Ainsi, les concertations reprendront durant l’été 2020, avant la publication des textes réglementaires (décrets et arrêtés) prévue d’ici début 2021, et une entrée en vigueur attendue pour l’été 2021.

 

« La crise sanitaire a rendu l’organisation des concertations et consultations plus complexe.  Or ce travail de concertation est indispensable pour fixer collectivement une ambition environnementale à la fois exigeante et soutenable dans un contexte de reprise. Dans la continuité de l’expérimentation E+C- qui préfigure la réglementation depuis 2017, l’ensemble des acteurs devra également bénéficier d’une période de plusieurs mois pour poursuivre l’appropriation des règles, entre leur officialisation et leur entrée en vigueur », explique ainsi le communiqué pour justifier le report du calendrier.

 

Une phase de simulations qui devrait s’achever d’ici fin mai

 

A plus court terme, les deux ministères annoncent que la phase de simulations lancée en janvier dernier s’achèvera fin mai, et que l’outil et ses résultats seront dévoilés dans la foulée. Cette phase de simulations vise notamment à définir les indicateurs et niveaux de performance qui seront retenus. Les résultats donneront ensuite lieu à une nouvelle étape de concertations jusqu’à l’été 2020 - pour la RE2020, mais aussi pour la création d’un nouveau label « facultatif », qui doit permettre de « préfigurer les bâtiments exemplaires de demain ».

 

Selon le gouvernement, la future RE2020 est plus que jamais d’actualité, alors que les Français sont restés confinés chez eux pendant près de deux mois, et devraient pour une grande partie le rester encore un moment.

 

Le communiqué souligne notamment l’importance d’une bonne qualité de l’air intérieur (QAI), mais aussi d’une isolation efficace, pour assurer un confort thermique notamment durant l’hiver et lors des épisodes de canicules, et pour limiter les consommations énergétiques et émissions de gaz à effet de serre.

 

C.L.

Photo de une : Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Une phase de simulations pour définir les contours de la RE2020 - Batiweb

Une phase de simulations pour définir les contours de la RE2020

Alors que la Réglementation Environnementale 2020 (RE2020) devrait être mise en place au 1er janvier 2021, le Gouvernement annonce lancer une phase de simulations pour déterminer les niveaux de performances et seuils qui s’appliqueront pour toute construction neuve l’année prochaine. Parmi les objectifs de cette RE2020 : réduire les émissions de CO2 des bâtiments, privilégier les matériaux biosourcés, encourager la consommation d’énergies décarbonées, ou encore améliorer le confort d’été.
L'énorme potentiel des toitures végétalisées - Batiweb

L'énorme potentiel des toitures végétalisées

De plus en plus d'habitants - et notamment d'urbains - sont séduits par les toitures végétalisées. Il faut dire qu'elles présentent de nombreux atouts, que ce soit pour le confort thermique, l'amélioration de la qualité de l'air et pour l'environnement. Elles permettent par ailleurs de créer une extension de l'habitat - sans exploiter de l'espace foncier supplémentaire, mais en optimisant simplement une surface déjà existante. Or, les toitures plates représentent un potentiel de plus en plus important.
Le Pôle Fibres-Energivie alerte sur les conséquences d’une mauvaise isolation thermique - Batiweb

Le Pôle Fibres-Energivie alerte sur les conséquences d’une mauvaise isolation thermique

Alors que 7 millions de logements sont mal isolés en France, le groupe de travail initié par le Pôle Fibres-Energivie, pôle de compétitivité dédié au bâtiment durable, publie un Livre blanc intitulé « Réussir la transition énergétique : une enveloppe performante pour un bâtiment sain et durable » en collaboration avec ses 8 partenaires. Un guide qui est le fruit de 18 mois de travail autour de la problématique de l’isolation thermique. Précisions sur les répercussions d'une mauvaise isolation.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter