Le potentiel grandissant du Chili en matière d’énergies renouvelables Développement durable | 01.03.18

Partager sur :
Je ne pouvais partir au Chili passer quelques semaines de vacances sans vous parler de deux sujets qui font du pays une référence : les énergies renouvelables et les constructions parasismiques. Dans ce premier article, je vous propose de faire le point sur les ambitions chiliennes en matière d’EnR. Le Chili a la chance de compter sur le désert d’Atacama qui profite d’un ensoleillement unique. Il est un véritable eldorado du solaire, avance même EDF Energies Nouvelles !

Depuis quelques années déjà, le Chili investit massivement dans les énergies renouvelables, dont la part est passée de 7 à 17% en quatre ans. Il faut dire que le pays s’est fixé comme objectif de générer 70% de son électricité à partir d’Enr d’ici 2050 et de réduire de 30% ses émissions de CO2 à l’horizon 2030.

La Moneda, le palais présidentiel, est déjà équipé d‘une mini-centrale solaire en toiture, qui couvre près de 20% des besoins annuels du bâtiment en électricité. Et le métro chilien devrait devenir le premier au monde à s’alimenter majoritairement (à 60%) de l’énergie éolienne et solaire.

L’énergie solaire à pleine puissance

Quand on se réfère au développement des énergies renouvelables au Chili, on est obligatoirement amené à évoquer le désert d’Atacama qui bénéficie d’un taux d’ensoleillement exceptionnel. D’une superficie de 105 000 km2, le désert pourrait alimenter en électricité 98% de la population nationale.

Pour profiter de toute sa capacité, le gouvernement a mis en place un programme solaire qui trace la feuille de route du pays jusqu’en 2025. 50 initiatives y sont détaillées pour développer une industrie solaire capable de répondre aux défis nationaux et s’imposer à l’international. Budget alloué : 800 millions de dollars.

Des initiatives sont également menées pour promouvoir le photovoltaïque à l’image du « Jour de l’Innovation solaire » organisé par le Corfo (organisme étatique chilien chargé du développement et d’aide à la création de l’industrie nationale). Il permet de présenter les projets mis en place par de jeunes entrepreneurs et de faire le point sur l’industrie.

Cette capacité d’innovation et le potentiel solaire chilien devraient prochainement être promus au niveau mondial. En effet, le comité solaire de Corfo et la société « Imagen de Chile » ont signé une convention de partenariat pour vendre les capacités de développement de l’industrie photovoltaïque du pays.

Le Chili possède l’irradiation la plus importante au monde. Son industrie participe pleinement à la lutte contre le réchauffement climatique. « Nous avons les meilleures conditions pour le développement de l’industrie solaire et le monde le sait. Nous avons maintenant besoin de réaffirmer notre engagement », déclare Rodrigo Mancilla, directeur exécutif du Comité Solaire de Corfo.

Devenir leader 

Vous l’aurez compris, l’énergie solaire est en plein boom au Chili. Cette capacité attire de nombreuses entreprises étrangères à l’instar de EDF qui a déployé, sur près de 550 hectares, un champ de 475 000 panneaux photovoltaïques. D’une puissance de 146 mégawatts (MW), le parc produira l’équivalent de la consommation annuelle de 190 000 foyers (source Le Monde).

Pour le Chili, pas question de ne pas profiter pleinement de ses ressources naturelles. Fin janvier, l’agence EFE a rapporté que des membres de l’Université Catholique avaient mené des recherches sur l’usage de modules photovoltaïques bifaces qui permettraient de générer 25% d’énergie de plus que les dispositifs traditionnels. Cette technologie se présente ainsi comme « une alternative innovante pour l’industrie locale et mondiale », ont estimé les auteurs de l’étude.

Des étudiants ont également mis en place un robot qui permet d’automatiser le nettoyage des plaques photovoltaïques. Il se place sur la base des panneaux et peut-être programmé. Reste à vérifier combien de temps est nécessaire pour réaliser le nettoyage.

Rose Colombel
Photo de une : R.C (Désert d'Atacama)

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Chili : soleil et vent vont alimenter le métro de Santiago en 2018  - Batiweb

Chili : soleil et vent vont alimenter le métro de Santiago en 2018

La présidente du Chili, Michelle Bachelet, a annoncé ce lundi que le métro de Santiago deviendra, en 2018, le premier au monde à s’alimenter majoritairement avec de l’énergie éolienne et solaire. Pour ce faire, les autorités chiliennes ont prévu la construction de deux nouvelles installations dans le désert d’Atacama, une centrale photovoltaïque et un parc éolien, pour un investissement total de 500 millions de dollars.
L’Europe doit être plus ambitieuse en matière d’énergies renouvelables (Etude) - Batiweb

L’Europe doit être plus ambitieuse en matière d’énergies renouvelables (Etude)

Une étude de l’Agence internationale des énergies renouvelables (Irena) estime que l’Union Européenne devrait être en mesure de porter à 34% la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique d’ici à 2030, contre un objectif actuellement fixé à 27%. Principal élément d’explication, la baisse des coûts du photovoltaïque et de l’éolien. L’Irena appelle ainsi les Etats membres de l’UE à être plus ambitieux en matière d’énergies vertes.
Transition énergétique : les conditions de la filière des énergies renouvelables - Batiweb

Transition énergétique : les conditions de la filière des énergies renouvelables

Suite à la consultation ouverte par le Ministère de l'Ecologie sur l'évolution des mécanismes de soutien aux énergies renouvelables électriques, le syndicat des professionnels de l'énergie solaire et le syndicat de énergies renouvelables ont posé leurs conditions. Parmi celles-ci, la nécessité de conserver le mécanisme des tarifs d'achat avec obligation, la mise en oeuvre d'un cadre réglementaire simplifié et stabilisé et d'un plan de relance.
Et maintenant, « Place au soleil » - Batiweb

Et maintenant, « Place au soleil »

Le Gouvernement a présenté, jeudi 28 juin, une série de mesures visant à promouvoir l’énergie photovoltaïque et le solaire thermique. Baptisé « Place au soleil », ce plan s’adresse aux acteurs pouvant contribuer à l’atteinte des objectifs en matière de développement d’EnR. Autoconsommation, simplification des procédures, création d’un label… Découvrez les leviers d’action.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter