Les Français plébiscitent la méthode de travail du Grenelle

Développement durable | 03.11.10
Partager sur :
Les Français plébiscitent la méthode de travail du Grenelle - Batiweb
Quelques 92% des Français jugent bonne la méthode de travail du Grenelle Environnement, selon un sondage Ifop rendu publique mardi par le Ministère de l'Écologie. 84% estiment que la mise en oeuvre des mesures devraient être évaluées par un organisme indépendant.
Une étude intitulée "Les Français et le Grenelle de l’environnement" a été publiée mardi 2 novembre par le Ministère de l'Ecologie. Elle avait été commandée à l'Ifop (Institut français d'opinion publique) qui l'a réalisée les 21 et 22 octobre sur un échantillon de 956 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas).

Première question : "Connaissez-vous, ne serait-ce que de nom, chacune des mesures suivantes issues du Grenelle de l’environnement ?". Sur le développement des énergies renouvelables (solaire et éolien), 93% ont répondu par l'affirmative ; 89% sur l’incitation à la réduction et au tri des déchets ménagers, 79% sur les mesures pour économiser l’énergie, comme l’écoprêt à taux zéro et 73% sur le projet d’implanter des éoliennes en mer. Ils sont moins nombreux (40%) à avoir entendu parler de la mise aux normes de 146 stations d’épuration des eaux usées.

Bonnes mesures ?

Deuxième question : "Pour chacune de ces mesures, diriez-vous qu’il s’agit d’une bonne mesure ou d’une mauvaise mesure ?". La mise aux normes de 146 stations d’épuration des eaux usées est une bonne mesure pour 97% des sondés. L’incitation à la réduction et au tri des déchets ménagers récolte 95% de voix favorables ; les mesures pour économiser l’énergie, comme l’éco-prêt à taux zéro 93% ; le développement des énergies renouvelables 90% et le projet d’implanter des éoliennes en mer 73%.

Le Grenelle de l’environnement a réuni pour la première fois l’État, les collectivités locales et les représentants de la société civile (syndicats, entreprises, ONG) pour aboutir à un plan d’action et des mesures concrètes recueillant l’accord le plus large possible des participants. Quelques 92% des interrogés jugent cette méthode de travail bonne (dont 25% très bonne et 67% assez bonne). Seulement 7% la jugent mauvaise. Quant à savoir si cette méthode devrait être utilisée pour mener à bien des réformes sur d’autres enjeux, 88% des sondés répondent par l'affirmative.

Indépendance

Enfin, l'Ifop pose la question de l'évaluation par un organisme indépendant du gouvernement de l’état d’avancement et de mise en oeuvre des mesures issues du Grenelle. Cette mesure semble importante pour 84% des sondés, dont 50% très important et 34% assez important.

Laurent Perrin

Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Que prévoit le « Grenelle 2 » pour le logement et le secteur du bâtiment ? - Batiweb

Que prévoit le « Grenelle 2 » pour le logement et le secteur du bâtiment ?

Jean-Louis Borloo, ministre de l’Écologie, a présenté mardi les grands enjeux du projet de loi examiné par l'Assemblée nationale à partir du 4 mai portant engagement national pour l’environnement dit « Grenelle 2 ». Ce « monument législatif » vise surtout à mettre en place des « outils » permettant d'appliquer une série de mesures environnementales et écologiques
Muriel Pénicaud rend visite aux apprentis du BTP CFA Vienne - Batiweb

Muriel Pénicaud rend visite aux apprentis du BTP CFA Vienne

Le 1er août 2018, l’Assemblée nationale a adopté définitivement la loi pour la Liberté de choisir son avenir professionnel. Parmi les réformes prévues, celles de l’apprentissage et de la formation professionnelle. C’est dans ce cadre que Muriel Pénicaud, a visité, le 3 septembre dernier, le BTP CFA Vienne et le Campus des métiers (CMA 86) à Saint-Benoît. A cette occasion, la ministre du Travail est revenue sur les grands principes de la loi et a indiqué que sa mise en œuvre serait précisée par décrets avant la fin de l’année.
Miser sur l’efficacité énergétique pour réduire les émissions de gaz à effet de serre - Batiweb

Miser sur l’efficacité énergétique pour réduire les émissions de gaz à effet de serre

Selon un rapport de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), divulgué ce vendredi 19 octobre, l’efficacité énergétique représente encore un potentiel énorme à travers le monde, mais il faudrait doubler les investissements, et que les gouvernements multiplient les mesures politiques, notamment concernant le bâtiment. Les émissions de gaz à effet de serre pourraient ainsi baisser, même si l’économie mondiale doublait d’ici 2040.