Matériau 100 % adapté à la RT 2012 : le monomur Développement durable | 20.09.11

Partager sur :
L’utilisation du monomur ne cesse de croître dans les constructions ces dernières années, au rythme de 2 % par an, surfant sur le Grenelle de l’environnement et la RT 2012. Le monomur se présente sous de multiples aspects, à commencer par la brique, le béton cellulaire et la pouzzolane (roche volcanique). Pour Pascal Deffaugt, maçon et président de la CAPEB Haute-Savoie, « le type de monomur est variable suivant le lieu de construction. Dans le Nord ou en Alsace, les réalisations se font en briques de façon séculaire tandis qu’en montagne, le bois est majoritaire ».
Les avantages du monomur

S'il n'est guère écologique lors de sa fabrication du fait de l'énergie utilisée pour sa cuisson, le monomur s'avère en revanche très sain. En effet, il est conçu sans aucun apport chimique. De même, tout au long de sa vie, ses résidus sont employés pour les opérations de terrassement.

Sa forme alvéolaire, tout comme sa forte inertie, sont sources de performances thermiques remarquables ce qui le rend très intéressant pour répondre aux exigences de la RT 2012. Il est également possible de poser une isolation supplémentaire en intérieur pour obtenir une meilleure protection. Celle-ci permet notamment d'éliminer les rainurages des briques, qui peuvent provoquer des ponts thermiques (consultez notre fiche pour savoir identifier les ponts thermiques) dus au passage des câbles et des conduits. Accusée de provoquer ces derniers, la mise en place de structures en monomur emploie désormais de nouvelles solutions techniques pour les supprimer. C'est le cas avec la maçonnerie à rouler à joints minces.




Une existence déjà ancienne pour le monomur

Pascal Deffaugt en explique d'ailleurs les différentes techniques de pose : « Dans certains cas, quand les surfaces vitrées sont nombreuses, il est fait l'emploi de solutions techniques particulières comprenant des joints pelliculaires pour supprimer les ponts thermiques. Le monomur doit également être mis en place avec précision pour permettre de bénéficier de tous ses atouts. Comme toutes les techniques de construction adaptées, notamment en cas de risque sismique, le soubassement, le sous-sol et le vide sanitaire doivent être réalisés en béton avec une semelle plane au micron ».

Parmi les matériaux utilisés pour le monomur, le béton cellulaire, réalisé suivant un procédé spécifique, a fait son apparition à la fin du 19e siècle. La brique, quant à elle, affiche un passé encore plus ancien. En conclusion : « Construire en monomur revient à réaliser un travail d'horloger adapté à la construction. Le procédé, moins cher que l'ossature bois, est l'une des explications de sa croissance importante ces dernières années. Seule contrainte, ce type de construction ne peut dépasser le R+5 ».


D'après ETI Construction - Le monomur pour un matériau adapté à la RT 2012


Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Le bambou entre désormais dans les constructions - Batiweb

Le bambou entre désormais dans les constructions

Matériau naturel, le bambou a su faire ses preuves dans le bâtiment, du moins sur le continent asiatique. Ces dernières années l’ont vu progressivement arriver en Europe. Longtemps réservé à l’aménagement intérieur avec la conception de parquets ou de mobilier, il est désormais apprécié pour sa résistance reconnue supérieure au béton ou même au bois.
Une solution écologique : le bois rétifié - Batiweb

Une solution écologique : le bois rétifié

Très présent dans le secteur de la construction, le bois en est aujourd’hui l’un des éléments primordiaux. L’idée émergente est désormais de le rendre toujours plus performant. Les recherches se multiplient depuis ces dernières années avec, parmi elles, la mise au point du bois rétifié. Celui-ci présente une plus grande résistance, parfaitement adapté pour une utilisation dans les pièces humides et en extérieur.
Un développement à poursuivre pour la géothermie - Batiweb

Un développement à poursuivre pour la géothermie

Décembre 2011 a permis la tenue des 1ères journées nationales de la géothermie. Cet événement a notamment été l’occasion de réfléchir sur cette technique et son développement en France. L’intérêt porté à la géothermie pour en retenir l’énergie s’est en effet multiplié ces dernières années, que ce soit auprès des professionnels comme des particuliers. Cet effort d’évolution reste cependant à poursuivre pour s’assurer d’être en conformité par rapport aux règles pré-édictées dans le Grenelle de l’environnement, en vue de 2020.
Le retour à l’idée d’éco-habitat - Batiweb

Le retour à l’idée d’éco-habitat

La vie communautaire reste une idée à concrétiser pour beaucoup de foyers. Ce type de construction a été imaginé dans les années 1970, sous le nom d’éco-habitat. La vie dans ces logements repose tout autant sur un état d’esprit reléguant au dernier plan l’individualisme, que sur la qualité et le choix des matériaux de construction.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter