Fermer

Recyclage dans le BTP : tout ce qu'il faut savoir

Le recyclage permet de préserver les ressources naturelles de la planète en réutilisant les matières existantes. Il permet également de réduire le gaspillage et ainsi les émissions de gaz à effet de serres dues au traitement des déchets et l’extraction de nouvelles ressources. Si cette pratique fait aujourd’hui partie du quotidien de nombreux particuliers et entreprises, qu’en est-il du secteur du BTP ?
Publié le 29 août 2022

Partager : 

Recyclage dans le BTP : tout ce qu'il faut savoir - Batiweb

A mesure que le réchauffement climatique s'intensifie, les enjeux environnementaux prennent une place de plus en plus importante dans nos modes de vie. Que ce soit au niveau des particuliers ou des industries, des mesures sont prises afin de réduire l’impact de la société sur l’environnement. Le recyclage, qui fait aujourd’hui partie de notre quotidien, est l'une de ces solutions. La construction joue un rôle essentiel dans le développement durable et les professionnels du BTP sont donc eux aussi concernés. Ainsi, il est important de comprendre l’impact du BTP sur l’environnement et comment y remédier en rendant ce secteur plus écologique, notamment grâce au recyclage. 

 

recyclage dans le BTP

 

Quel est l'impact des travaux du BTP sur l’environnement ? 


Le secteur du BTP et notamment les travaux de construction et de démolition génèrent une grande quantité de déchets. En effet, en 2017, la production totale de déchets en France représentait 326 millions de tonnes, dont 224 millions de tonnes pour le secteur du BTP. Il s’agit ainsi du secteur qui produit leplus de déchets en France. En comparaison, les ménages représentaient 31,7 millions de tonnes de déchets. Le BTP est également le secteur qui consomme le plusde ressources. En effet, d’après une étude du ministère de la transition écologique réalisée en 2020, le secteur du bâtiment représentait 43% des consommations énergétiques annuelles françaises et 23% des émissions de gaz à effet de serre en France. De ces déchets, 49% proviennent de la démolition, 38% de la réhabilitation et 13% de la construction neuve. La mauvaise gestion de ces déchets et les comportements non respectueux et/ou illégaux comme le stockage dans des déchetteries sauvages ou l’enfouissement sur chantier, provoquent des risques aussi bien pour l’environnement, que pour la santé publique

  • Au niveau de l’air : dégagements toxiques, risques d’incendies, etc.
  • Au niveau du sol : contamination par des métaux lourds ou hydrocarbures, 
  • Au niveau de l’eau : ruissellements des eaux de pluie, infiltrations dans les nappes phréatiques, etc. 

Ces activités sont pourtant essentielles à la société, c’est pourquoi il est important de trouver des solutions pour réduire et mieux gérer les déchets du BTP

 

Quels sont les enjeux environnementaux du secteur du bâtiment ? 


La situation actuelle pousse l’Etat, mais également les professionnels du BTP à mettre en place des mesures et à accélérer la recherche pour trouver des solutions afin de réduire l’impact environnemental du secteur. Aujourd’hui, en moyenne 48 à 64% des déchets du bâtiment sont déjà valorisés. De plus, depuis 2020, la directive cadre européenne de 2008 impose la valorisation de 70% en poids des déchets de construction et de déconstruction du BTP. Par ailleurs, la gestion des déchets doit désormais apparaitre sur les devis du bâtiment. D’autres mesures comme la réglementation environnementale RE2020 réglementent la réduction de l’impact environnemental du secteur. 

Des actions et pratiques peuvent également être mises en place par les professionnels du BTP comme communiquer à leur client sur le choix de matériaux biosourcés durables et moins polluants, se former sur les nouvelles techniques en lien avec le développement durable ou encore mettre en valeur les possibilités de prévention et de valorisation des déchets. 

 

Comment trier les déchets de chantier ? 


Les déchets de chantier peuvent être divisés en trois grandes catégories en fonction de leur typologie et de la manière dont ils sont traités : 

  • Les déchets inertes (DI) : pierres, béton, briques, ardoises, etc. ces déchets minéraux ne subissent aucune modification pendant leur stockage susceptible de nuire à la santé ou à l’environnement. Ils représentent environ 70% des déchets générés par le secteur du bâtiment. 
  • Les déchets non dangereux (DnD) : métaux, emballages, textiles, plastiques, etc. il s’agit de déchets non dangereux, non toxiques et non inertes aussi appelés déchets industriels banals. La plupart de ces déchets sont valorisables mais il est important de bien différencier leur tri. Ils représentent environ 25% des déchets du secteur. 
  • Les déchets dangereux (DD) : amiante, huiles, hydrocarbures, goudron, etc. ces déchets contiennent des substances toxiques et/ou nocives qui nécessitent un traitement particulier. Ils représentent environ 5% des déchets du bâtiment. 

Les déchets du BTP peuvent également être regroupés en 7 flux, qui représentent des types de déchets : 

  • Fractions minérales (gravats, béton, brique, tuile, ardoise, céramiques…), 
  • Plastiques, 
  • Métal, 
  • Verre, 
  • Papier/carton, 
  • Bois, 
  • Plâtre.

Trier les déchets du BTP de manière différenciée et poussée permet de réduire les risques sur l’environnement et le coût du tri, mais également d’augmenter les possibilités de valorisation.   

 

Tri pour le recyclage des déchets du BTP

 

Comment valoriser les déchets de construction ? 


En fonction de leur catégorie et de leur typologie, il existe différentes façons de traiter les déchets du BTP à privilégier. Elles sont classées en fonction de leur ordre de priorité : 

  1. La prévention ou réduction à la source : pour mieux gérer les déchets, le mieux est d’en produire le moins possible,
  2. Le réemploi,
  3. Le recyclage
  4. Les autres formes de valorisation matière (remblais de carrière, compostage, etc.), 
  5. L’incinération avec valorisation énergétique en priorité, 
  6. L’enfouissement (stockage définitif) en dernier recours.

La valorisation englobe le réemploi, la réutilisation et le recyclage. Elle désigne toute opération qui consiste à rendre utile des déchets en les transformant en produits matériels ou énergétiques. Les déchets inertes, par exemple, peuvent être réutilisés directement sur site ou sur d’autres chantiers, mais ils peuvent également être recyclés afin d’être utilisés dans des travaux routiers.

 

Où mettre les déchets de construction ? 


Les entreprises du BTP doivent envoyer leurs déchets dans des installations appropriées. Afin de préserver les ressources naturelles et les matières premières, la valorisation et notamment le recyclage des déchets doivent être privilégiés. Ainsi, il est possible de faire appel à des plateformes de recyclage pour le tri des déchets.

Le stockage des déchets du BTP est limité aux déchets ultimes. Il s’agit de déchets dont la part valorisable a été extraite et qui ne sont plus susceptibles d’être traités. En fonction de leur catégorie, les déchets qui ne peuvent pas être recyclés doivent être stockés dans différentes structures : 

  • Les déchets inertes : ces déchets doivent stockés dans des déchetteries spécialisées appelées installations de stockage des déchets inertes (ISDI)
  • Les déchets non dangereux : lorsque le recyclage n’est pas envisageable, ces déchets ne pouvant pas être stockés mélangés à des déchets inertes, ils doivent être envoyés vers des installations de stockage des déchets non dangereux (ISDND)
  • Les déchets dangereux : ils doivent être transportés vers des installations de stockage des déchets dangereux (ISDD)

Il est recommandé de privilégier les sites locaux de traitement et de stockage pour limiter le transport des déchets. Pour trouver un site d’accueil en fonction des types de déchets, il est possible de consulter la base de données de l’ADEME

 

Le recyclage est donc essentiel à la réduction de l’impact environnemental du secteur du BTP. Il est également bon à savoir que le recyclage et le stockage des déchets du BTP sont très réglementés. Des sanctions sont notamment prévues en cas de non-respect de ces règles. En effet, toute personne qui brule ou enfouie directement des déchets sur site ou qui dépose des déchets sauvagement s’expose à des sanctions administratives allant jusqu’à 150 000€ d’amende, ainsi qu’à des sanctions pénales allant jusqu’à 75 000€ d’amende et 2 ans de prison

Par Mariane Albrieux

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.