Fermer

Surchauffe des bâtiments : la protection solaire comme première solution ?

Dans les conclusions de sa nouvelle étude, l’ES-SO, organisation européenne pour la protection solaire, affirme que pour lutter contre la surchauffe des bâtiments, la protection solaire doit être envisagée comme « la première solution ». Son recours pourrait notamment réduire la consommation d'énergie pour le refroidissement des locaux dans le bâti européen jusqu'à 60 % d'ici 2050.
Publié le 17 mars 2022

Partager : 

Surchauffe des bâtiments : la protection solaire comme première solution ? - Batiweb

De nos jours, les bâtiments sont les plus gros consommateurs d'énergie en Europe. Ils consomment 40 % de l’énergie et sont responsables de 36 % des émissions de gaz à effet de serre. 

Partant de ce constat, l’ES-SO, organisation regroupant les associations professionnelles de protection solaire au sein des membres de l’UE, a mené une étude scientifique, en collaboration avec Guidehouse, afin de comparer l'impact de la protection solaire avec l'utilisation de la climatisation dans les bâtiments. L’objectif ? Alerter la directive européenne sur la performance énergétique des bâtiments (EPBD).

 

Éviter l'émission de 100 millions de tonnes de CO2

 

Convaincue que la protection solaire automatisée est la meilleure défense contre le changement climatique, l’ES-SO va encore plus loin et affirme que cette utilisation doit « faire partie de la solution structurelle ». « Il existe un besoin urgent de protection solaire automatisée pour rendre les bâtiments plus résilients face au climat et plus efficaces sur le plan énergétique », note l’étude. 

Selon le rapport, l’utilisation de protections solaires permettrait d’éviter l'émission de 100 millions de tonnes de CO2, une réduction équivalente aux émissions annuelles de CO2 de 22 millions de voitures. Une stratégie rentable puisqu’elle portait permettre d'économiser 285 milliards d’euros, d’ici à 2050.

Les résultats de l'étude Guidehouse montrent que la protection solaire automatisée a également un impact positif sur la société, car dans le scénario privilégié, elle peut réduire de 60 % l'énergie utilisée dans le parc immobilier de l'UE pour le refroidissement des locaux.

« Cette étude montre qu'il ne faut plus attendre et que la protection solaire doit être la première solution pour lutter contre la surchauffe des bâtiments. Nous nous projetons déjà dans un futur dans lequel les bâtiments devront être moins gourmands en énergie », souligne Anders Hall, président de l’organisation. Une conviction que partage également Shady Attia, professeur en architecture durable et en technologie du bâtiment, qui affirme que la protection solaire pourrait « potentiellement apporter une énorme contribution au Green Deal européen ».

 

Marie Gérald 

Photo de Une : ©AdobeStock

 

Par Redacteur

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.