100 milliards d’euros investis chaque année dans les renouvelables à l’échelle européenne ? Eco-construction | 30.08.18

Partager sur :
« Investir massivement dans la transition énergétique » : c’est ce que propose l’eurodéputé Yannick Jadot, qui réclamait le 20 août dernier un investissement annuel de 100 milliards d’euros à l’échelle européenne pour accélérer le développement des énergies renouvelables. Une nécessité qui, selon lui, répond à des enjeux multiples. Précisions.
L'eurodéputé écologiste Yannick Jadot a proposé lundi 20 un investissement de "100 milliards d'euros" par an à l'échelle européenne dans les énergies renouvelables, pour dépendre "du vent du soleil et de l'eau" plutôt que "de Poutine et des pétromonarchies du Golfe".

"Nous proposons d'investir massivement dans la transition énergétique", a défendu sur Europe 1 la tête de liste EELV pour les prochaines européennes en 2019, plaidant pour une injection de "100 milliards d'euros au niveau européen", dans la transition écologique et les énergies renouvelables.

"C'est quand même plus sympa de dépendre du vent, du soleil, de l'eau, que de Poutine ou des pétromonarchies du Golfe. C'est un enjeu de sécurité, un enjeu politique, de lutte contre le dérèglement climatique, et puis surtout c'est un enjeu d'emploi local", a argumenté l'ancien candidat à la présidentielle, estimant que ces investissements "créent de l'emploi à l'échelle locale".

D'où viendront les 100 milliards d'euros ? "La Banque centrale européenne sort tous les mois 30 milliards d'euros (...) pour essayer de maintenir les taux d'intérêt bas, pour éviter la récession", a-t-il remarqué. "Cette création monétaire, elle existe déjà (...) Je veux que cet argent-là aille dans l'économie réelle", a-t-il poursuivi.

"Ça va essentiellement dans les banques, tous les experts disent que ça n'alimente plus la machine économique; je veux que cet argent aille investir sur les trams dans les villes, les petites lignes ferroviaires", a-t-il appelé.

Les écologistes se réuniront de jeudi à samedi à Strasbourg pour leurs universités d'été, largement consacrées aux questions européennes.

AFP

Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

L’Europe, nouveau modèle pour la transition vers l’énergie propre ?

L’Europe, nouveau modèle pour la transition vers l’énergie propre ?

La Commission européenne a présenté le 30 novembre dernier un ensemble de mesures répondant à un objectif précis : assurer la compétitivité et l’exemplarité de l’Union européenne en termes de transition vers l’énergie propre. La révision de l’économie de l’UE, la création d’emplois en faveur de la croissance verte, ou encore la réduction des émissions de CO2 sont autant de propositions avancées par la Commission pour atteindre son but.
32% d’énergies renouvelables pour l’Union Européenne à horizon 2030

32% d’énergies renouvelables pour l’Union Européenne à horizon 2030

Les négociateurs du Parlement Européen et du Conseil ont adopté mercredi dernier de nouveaux objectifs en matière d’énergies renouvelables pour l’UE, à hauteur de 32% la consommation finale brute d’ici 2030. Pour y parvenir, le principe de ‘’l’efficacité énergétique d’abord’’ sera désormais mis en œuvre dans les différentes décisions de planification énergétique, de politique et d’investissement.
Énergies renouvelables : baisse des investissements en 2016

Énergies renouvelables : baisse des investissements en 2016

Alors que 2015 avait été une année record en matière d’investissements dans les énergies renouvelables à l’échelle mondiale, la tendance semble s’être malheureusement inversée en 2016. En effet, selon un rapport publié par Bloomberg New Energy Finance (BNEF), 287,5 milliards de dollars ont été investis dans les énergies verts l’année dernière, soit une baisse de 18%. Les chiffres en détails.
Réunion sur les choix stratégiques pour la transition énergétique à l’Elysée

Réunion sur les choix stratégiques pour la transition énergétique à l’Elysée

Le Président Emmanuel Macron a réuni hier après-midi, mercredi 24 octobre, une trentaine de dirigeants d’entreprises, parmi lesquels les dirigeants d’EDF, Engie, Total, Orano, Vinci, Saint-Gobain ou Veolia, mais aussi des organismes de recherche comme le CNRS ou l’INRA, pour une « séance de travail » en prévision de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), qui devrait être annoncée à la mi-novembre.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter