Eolien en mer : la Commission européenne approuve l’aide d’Etat renégociée par la France Eco-construction | 30.07.19

Partager sur :
En 2018, le gouvernement français proposait de revaloriser le tarif de soutien public pour les six premiers projets d’éolien en mer au vu des progrès technologiques et des économies permises par la filière. La Commission européenne a rendu sa décision et annoncé ce vendredi 26 juillet avoir approuvé l’aide d’Etat renégociée par la France. Une décision saluée par Elisabeth Borne, nouvelle Ministre de la Transition Ecologique et Solidaire.

Déjà revalorisé dans le cadre du projet de loi Energie-Climat, l’éolien en mer français est une filière qui a de beaux jours devant elle. La Commission européenne vient en effet d’accepter le tarif de soutien public renégocié par le gouvernement français en 2018.

 

L’Etat avait attribué, en 2012 et 2014, les six premiers parcs éoliens en mer de Saint-Nazaire, Fécamp et Courseulles-sur-Mer à un consortium mené par EDF EN, de Saint-Brieuc à un consortium mené par Iberdrola, et de Dieppe Le Tréport et Yeu-Noirmoutier à un consortium mené par Engie.

 

Un verdict décisif pour l’avenir du parc éolien français

 

Deux fois plus productives que les terrestres grâce aux vents marins, les éoliennes en mer peuvent également être installées en plus grand nombre, sans problématique d’espace. Un parc éolien en mer peut ainsi produire l’équivalent de la moitié d’un réacteur nucléaire en énergie.

 

En 2018, le Gouvernement avait réussi à renégocier le tarif de soutien public à ces projets, afin de tenir compte des économies permises par les progrès technologiques de la filière.

 

La Commission européenne a donc étudié la question et rendu sa décision ce vendredi 26 juillet, approuvant ce tarif renégocié.

 

 « L’éolien en mer est une énergie majeure pour la transition écologique : avec cette décision, la Commission Européenne approuve le soutien public accordé aux six premiers parcs éoliens en mer et valide les résultats de la renégociation par l’Etat des tarifs. Cette décision était la dernière attendue pour le lancement effectif du parc éolien en mer de Saint-Nazaire et consolide ainsi la filière française » a salué Elisabeth Borne, récemment nommée Ministre de la Transition Ecologie et Solidaire, dans un communiqué.

 

Projet de Saint-Brieuc : le Conseil d'Etat condamne l'Etat à verser 2,5 millions d'euros à une entreprise « irrégulièrement évincée » de l'appel d'offre

 

Le Conseil d’Etat a par ailleurs rejeté deux recours déposés contre le projet de parc éolien en baie de Saint-Brieuc ce mercredi, mais tout de même condamné l’Etat à indemniser à hauteur de 2,5 millions d’euros une entreprise « irrégulièrement évincée » de l’appel d’offre. Il s’agit de Nass § Wind, une PME basée à Lorient et spécialisée dans les énergies renouvelables : « Le Conseil d'Etat a jugé que la procédure de sélection avait été irrégulière, dans la mesure où le choix de l'opérateur pour ce parc éolien avait été fondé sur un critère tenant à ce que la réalisation des cinq parcs éoliens, alors simultanément envisagés sur la Manche et l'Atlantique, ne soit attribués à la même entreprise et que ce critère n'était pas prévu dans l'appel d'offres », a-t-il expliqué dans un communiqué. L’appel d’offre avait alors été attribué à la société Ailes Marines.

 

C.L. (avec AFP)

Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Éolien flottant : la Commission européenne approuve les projets d’aides d’État

Éolien flottant : la Commission européenne approuve les projets d’aides d’État

Souhaitant poursuivre le développement de la filière éolienne flottante, le gouvernement français avait sélectionné quatre projets de fermes pilotes dans le cadre du programme « Démonstrateurs pour la transition écologique et énergétique » des Investissements d’avenir. Ce 25 février, la Commission européenne a, elle aussi, approuvé les projets d’aides d’État en faveur de ces différentes initiatives. Les détails.
Le Sénat modifie et adopte le projet de loi énergie et climat en première lecture

Le Sénat modifie et adopte le projet de loi énergie et climat en première lecture

Le Sénat a modifié et adopté en première lecture le projet de loi énergie et climat. Parmi les modifications apportées : des objectifs supplémentaires concernant l’hydroélectricité, l’éolien en mer et le biogaz, ainsi qu’un amendement plus contraignant pour les passoires thermiques. Une version commune aux sénateurs et députés doit encore être définie, avant l’adoption définitive du projet de loi, qui a par ailleurs été repoussée après l’été.
Les premiers projets d’éolien en mer finalement maintenus

Les premiers projets d’éolien en mer finalement maintenus

L’appel de Cherbourg, lancé la semaine dernière par des élus et industriels favorables au développement des énergies marines renouvelables, semble avoir finalement été entendu… du moins, en partie. Emmanuel Macron a en effet confirmé ce 20 juin que les six premiers projets de parcs éoliens en mer français verraient bien le jour, mais que le soutien public attribué par l’État serait réduit de 15 milliards d’euros. Précisions.
L'Etat français cède sa part du capital d'Engie

L'Etat français cède sa part du capital d'Engie

Visiblement, tous les moyens sont bons pour faire des économies ! Bien loin du scandale de la baisse des APL, qui lui permettrait d'épargner 97,5 millions d'euros par mois, l'Etat a annoncé ce mardi 5 septembre vouloir céder 99,9 millions d'actions détenues au sein du capital d'Engie. La séparation entre le groupe énergétique et le gouvernement se poursuit donc, après la cession par l'Etat de 4,1% du capital de la société en janvier dernier.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter