Éolien flottant : la Commission européenne approuve les projets d’aides d’État Eco-construction | 28.02.19

Partager sur :
Souhaitant poursuivre le développement de la filière éolienne flottante, le gouvernement français avait sélectionné quatre projets de fermes pilotes dans le cadre du programme « Démonstrateurs pour la transition écologique et énergétique » des Investissements d’avenir. Ce 25 février, la Commission européenne a, elle aussi, approuvé les projets d’aides d’État en faveur de ces différentes initiatives. Les détails.

Il y a plus de 3 ans, l’État et l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) lançaient un important appel à projets visant à développer l’éolien en mer, en adéquation avec le programme « Démonstrateurs pour la transition écologique et énergétique » des Investissements d’avenir.

Dans ce cadre, quatre projets de fermes pilotes d’éoliennes flottantes avaient été retenus, portés par Eolfi/CGN, Engie, EDF EN et Quadran. Trois d’entre eux se situeront en Méditerranée, tandis que le dernier prendra place dans l’océan Atlantique. Chaque ferme disposera de trois à quatre turbines, pour une puissance installée totale de 24 MW par ferme.
 

L’éolien en mer, une source d’énergie sur laquelle il faudra compter


Bien que les mises en service de ces projets ne devraient pas intervenir avant 2021, une nouvelle étape a été franchie ce 25 février, avec l’approbation de la Commission européenne.

Cette dernière a en effet considéré que l’aide accordée à ces différentes initiatives (1,2 milliard d’euros) « contribuait à la réalisation des objectifs énergétiques et climatiques de l’Union européenne, sans fausser indûment la concurrence sur le marché unique », d’après le ministère de la Transition écologique et solidaire.

« Je salue la décision de la Commission européenne qui va permettra à la France de développer l’éolien flottant, et de confirmer la France pour son positionnement de précurseur sur cette nouvelle filière dont le potentiel au niveau mondial est majeur et qui sera essentielle à l’atteinte de nos objectifs français en matière de développement des énergies renouvelables », a réagi le ministre François de Rugy.

La Commission a par ailleurs souligné la création, par la France, d’une nouvelle filière dédiée à l’éolien offshore, dont le potentiel est estimé à 200 GW à l’échelle mondiale, dont 30 GW pour l’Europe. Le gouvernement français a quant à lui annoncé que les premiers appels d’offres commerciaux d’éolien en mer seraient attribués dès 2021, conformément au projet de Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE).

F.C
Photo de Une : ©Adobe Stock

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

L’élaboration de la future Programmation pluriannuelle de l’énergie se précise

L’élaboration de la future Programmation pluriannuelle de l’énergie se précise

Le nouveau « cap sur la transition écologique » du territoire français sera annoncé mardi 27 par Emmanuel Macron, comme l’a fait savoir l’Elysée. Cette allocution sera l’occasion, pour le Président, de revenir sur ses choix en matière d’énergie. Le ministre François de Rugy précisera, par là même, les mesures gouvernementales envisagées dans le cadre de la future Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). Les détails.
La France en retard dans sa transition énergétique

La France en retard dans sa transition énergétique

Moyens « insuffisants » et objectifs « loin d’être atteints » : le Conseil économique, social et environnemental (Cese) ne mâche pas ses mots dans un avis récemment publié concernant la transition énergétique de la France. Dans ce contexte, l’organisme a formulé une série de propositions afin de combler le retard pris par l’hexagone. Les détails.
La stratégie énergétique de la France enfin dévoilée !

La stratégie énergétique de la France enfin dévoilée !

Abordée, il y a quelques jours, par l’Élysée, la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) et la Stratégie nationale bas-carbone (SNBC) de la France ont été présentées dans les détails ce 27 novembre par François de Rugy. Le ministre de la Transition écologique et solidaire a ainsi annoncé les objectifs fixés par le gouvernement afin d’atteindre la neutralité carbone à horizon 2050.

"Inaction climatique" : Emmanuel Macron déterminé à agir pour la planète

"L’Affaire du siècle", cette pétition aux plus de deux millions de signataires accusant l’État d’"inaction climatique", aura finalement fait réagir Emmanuel Macron. En déplacement au Kenya ce 14 mars, le Président de la République a fait part de sa volonté de « remettre au cœur de l’économie de marché la place de l’environnement et de la biodiversité », reconnaissant un certain retard dans la mise en œuvre d’actions de lutte contre le réchauffement climatique.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter