L’État accusé d’« inaction climatique » Eco-construction | 14.02.19

Partager sur :
L’État accusé d’« inaction climatique »
Après les influenceurs, ce sont aujourd’hui quatre ONG qui s’attaquent directement au gouvernement. La cause : l’État ferait preuve, selon les différentes entités, d’« inaction climatique ». Dans ce sens, une pétition, ‘’L’Affaire du siècle’’, a été lancée en décembre dernier, totalisant déjà 2,1 millions de signataires. L’initiative, qui réclame des réponses du Premier ministre, pourrait être couronnée de succès : Edouard Philippe a en effet promis, ce jeudi 14, de s’exprimer « dans les délais impartis à la demande ».
Lancée le 17 décembre, « L’Affaire du siècle » est une vaste campagne de justice climatique initiée par la fondation Ncolas-Hulot pour la nature et l’homme, Greenpeace France, Notre Affaire à Tous et Oxfam France.

Ayant bénéficié d’une large couverture médiatique, tant par son caractère inédit que par l’engagement de plusieurs personnalités, l’initiative a été accompagnée d’une pétition (2,1 millions de signataires) visant à avoir une réponse officielle du gouvernement quant à la lutte contre le changement climatique, sous peine d’un dépôt de recours en justice contre l’État.

Matignon sur la défensive

Si le ministre de la Transition écologique et solidaire François de Rugy avait salué l’engagement citoyen dès décembre 2018, il a fallu attendre ce jeudi 14 février pour que les quatre ONG soient enfin reçues par le Premier ministre Edouard Philippe, qui n’est pas parvenu à les rassurer.

« Nous récusons l’accusation ‘’d’inaction climatique’’ », écrit Matignon dans un communiqué de presse. « La France est parmi les pays les plus actifs pour lutter contre le dérèglement climatique, et l’un des moins émetteurs des pays développés », estime le gouvernement, rappelant diverses actions menées en ce sens : développement des énergies renouvelables, réduction des émissions de gaz à effet de serre et carbone, etc.

« Tout cela n’est néanmoins pas suffisant », reconnaît Matignon, qui souligne également « la mobilisation des Français ».

Une réponse ferme qui se fait toujours attendre

Il en faudra cependant davantage pour convaincre les ONG à l’origine du mouvement. « L’Affaire du siècle se règlera devant les tribunaux », ont-elles écrit dans un communiqué. « Nous sommes déterminées à mettre fin à l’inaction climatique de l’État ».

« Ce qui nous inquiète à ce stade (…), c’est qu’on n’a pas eu d’annonces de mesures supplémentaires pour lutter contre le dérèglement climatique ou d’engagements du gouvernement à faire plus. On a plutôt eu droit à une sorte de satisfecit », témoigne Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace. « On attend de voir leur réponse ».

De son côté, Cécile Ostria, directrice général de la Fondation Nicolas Hulot, a confirmé que le recours visant le gouvernement serait bien déposé « à la mi-mars » en cas d’absence de réponse du Premier ministre avant le 20 février. « Le dépôt du recours en justice contre l’État pour inaction climatique tiendra compte des éléments qui figureront dans cette réponse », concluent les ONG.

F.C (avec AFP)
Photo de Une : ©Adobe Stock
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

"Inaction climatique" : Emmanuel Macron déterminé à agir pour la planète

"L’Affaire du siècle", cette pétition aux plus de deux millions de signataires accusant l’État d’"inaction climatique", aura finalement fait réagir Emmanuel Macron. En déplacement au Kenya ce 14 mars, le Président de la République a fait part de sa volonté de « remettre au cœur de l’économie de marché la place de l’environnement et de la biodiversité », reconnaissant un certain retard dans la mise en œuvre d’actions de lutte contre le réchauffement climatique.
La France en retard dans sa transition énergétique

La France en retard dans sa transition énergétique

Moyens « insuffisants » et objectifs « loin d’être atteints » : le Conseil économique, social et environnemental (Cese) ne mâche pas ses mots dans un avis récemment publié concernant la transition énergétique de la France. Dans ce contexte, l’organisme a formulé une série de propositions afin de combler le retard pris par l’hexagone. Les détails.
Limiter le réchauffement climatique à 2°C, un objectif hors d'atteinte ?

Limiter le réchauffement climatique à 2°C, un objectif hors d'atteinte ?

Alors que l'humanité vient tout juste de consommer la totalité des ressources que la planète peut renouveler en un an, une étude publiée par Nature Climate Change révèle aujourd'hui qu'il n'y a que 5% de chances de limiter le réchauffement climatique à 2°C. Pour rappel, cet objectif (qui semble plus que jamais hors d'atteinte) avait été fixé par l'accord de Paris en 2015. Précisions.
Make our planet great again : déjà 250 chercheurs du climat mobilisés

Make our planet great again : déjà 250 chercheurs du climat mobilisés

En juin dernier, Emmanuel Macron, président de la République, invitait les chercheurs, enseignants, entrepreneurs, associations, ONG et étudiants à se mobiliser dans la lutte contre le réchauffement climatique. Une initiative qui a rencontré un franc succès, le CNRS recensant plus de 150 candidatures en juillet dernier. Aujourd’hui, 255 climatologues se sont déjà investis dans ce vaste projet.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter