Le Bois de Chartreuse labellisé AOC Eco-construction | 06.11.18

Partager sur :
Le bois de Chartreuse, reconnu pour sa robustesse, vient de recevoir le label « Appellation d’Origine Contrôlée » (AOC), une première pour la filière en France. Issu du Parc naturel régional de Chartreuse, un massif montagneux composé de plus de 42 000 hectares de forêts, ce bois est aujourd’hui principalement utilisé pour la réalisation de charpentes et de projets de construction, en neuf ou en rénovation.
Le bois de Chartreuse est désormais protégé par une Appellation d’Origine Contrôlée, « la concrétisation de plus de 10 ans de travail pour la filière », selon un communiqué. Cette AOC est la première pour la filière bois en France. « Elle représente un gage de qualité pour les professionnels de la construction et pour les particuliers ».

Le parc naturel régional de Chartreuse, entre Isère et Savoie, est composé à 60% de forêt. Le bois qui en est issu s’est toujours distingué de par sa robustesse. Au 17ème siècle, il est choisi par la Marine Royale pour les mâts de leurs bateaux.

« Ce bois est issu du massif forestier de Chartreuse situé sur des pentes fortes et très arrosées. Parce qu’il pousse lentement, en altitude, avec des conditions d’humidité particulières, le bois de Chartreuse se caractérise par une forte résistance à la rupture, ce qui en fait un bois d’exception pour la réalisation de structures très solides », explique le Comité interprofessionnel Bois de Chartreuse (CIBC).

Un bois résistant

En effet, les professionnels de Chartreuse, producteurs, propriétaires forestiers, exploitants et scieurs proposent des bois solides, avec d’impressionnantes longueurs (jusqu’à 10 mètres). Gestion forestière durable et raisonnée, sciage de qualité « à la découverte »… Un savoir-faire mis au service de la construction.

Le bois de Chartreuse offre aux architectes un large terrain d’expression tout en respectant les contraintes techniques et réglementaires de projets d’envergure quelque soit le domaine (bâtiments tertiaires, résidentiels ou collectifs – construction neuve ou rénovation). Il permet de réaliser des charpentes de maisons en bois massif ou à ossature bois, des structures poteaux-poutres, « durables et performantes ».

L’obtention de l’AOC représente, pour le bois de Chartreuse, un gage de qualité et d’authenticité :
« Démontrant la capacité de tous les métiers de la filière en Chartreuse à collaborer ensemble autour d’un projet commun, nous sommes fiers de l’obtention de l’AOC par le Bois de Chartreuse », souligne Jean-Claude Sarter, président du CIBC.

Elle vient également valoriser une filière qui a parfois du mal à faire le poids face aux bois importés et au bois lamellé-collé.

Faire le choix du bois

« On souhaite que les gens qui viennent se promener en forêt imaginent que leurs maisons puissent être fabriquées en bois de Chartreuse, un bois qui a du sens », explique à l'AFP Jeanne-Véronique Davesne, la coordinatrice du CIBC.

Ici pas de plantation, la forêt se régénère naturellement, notamment grâce à des coupes choisies qui permettent d'apporter de la lumière dans le massif. Les pentes ne sont également pas mécanisables, énumère la coordinatrice qui souhaite valoriser une filière « de l'arbre à la Construction » sur le modèle du « champ à l'assiette ».

Pour les particuliers, le Bois de Chartreuse permet la construction d’une maison répondant aux réglementations énergétiques actuelles et futures. Il offre du « confort » et préserve la qualité de l’air. Transformé localement, il garantit la traçabilité du matériau mais aussi la valorisation de l’habitat au travers d’un territoire.

Le CIBC a d’ores et déjà identifié les opérateurs de l’AOC afin de lancer la production des premiers sciages
« AOC Bois de Chartreuse » et offrir toutes les garanties à ses clients autour du produit. L’AOC assure en effet un « haut niveau de qualité environnementale et paysagère ».

L'AOC Bois de Chartreuse s'étend sur 134 communes des deux départements, avec des forêts situées à au moins 600 mètres d'altitude. Elle regroupe 407 acteurs (sylviculteurs, scieurs, communes et l'Office national des forêts).

R.C

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Le polyuréthane se récupère doucement mais sûrement de la crise du MDI

Le polyuréthane se récupère doucement mais sûrement de la crise du MDI

Lors d’une conférence de presse organisée ce mardi 5 février, le SNPU a révélé les chiffres du polyuréthane. S’il détient encore 10% de part du marché de l’isolation, le matériau a « fortement » souffert de la crise du méthyl-di-isocyanate (MDI). Conséquence, le secteur, qui connaissait jusqu’à alors une progression continue, a vu son activité se replier de – 10% en 2018. Le syndicat déclare cependant ne pas « être inquiet ». L’année 2019 devrait en effet permettre au polyuréthane de renouer avec la croissance.
Eurovia signe la première route recyclée au monde

Eurovia signe la première route recyclée au monde

La route de demain fera-t-elle la part belle à l’économie circulaire ? Les problématiques environnementales ayant de plus en plus d’importance, Eurovia, filiale du groupe Vinci, a conçu la première route (presque) totalement recyclée au monde. Cette dernière prend ainsi place sur une section de 1 km de l’autoroute A10, en Gironde. Les détails du projet.
La 16ème édition des Génies de la Construction est lancée !

La 16ème édition des Génies de la Construction est lancée !

Les inscriptions pour les Génies de la Construction sont ouvertes. Chaque année, le concours vise à faire connaître la diversité des métiers du bâtiment. Les candidats, du collège aux études supérieurs, travaillent en équipe sur un projet de construction ou d’aménagement en intégrant la question du développement durable, et de la transition numérique. Précisions.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter