Les projets d'EnR participatifs sont bénéfiques pour les collectivités et les citoyens Eco-construction | 12.12.19

Partager sur :
Les projets d'EnR participatifs sont bénéfiques pour les collectivités et les citoyens Batiweb
Dans un nouvel avis, l’Ademe revient sur les bénéfices des projets d’énergies renouvelables participatifs pour la transition énergétique et pour les citoyens. Pour les collectivités, participer au déploiement des EnR est un moyen de favoriser l’appropriation locale des projets et d’optimiser leur retombées socio-économiques sur les territoires. L’Ademe préconise ainsi aux pouvoirs publics de poursuivre leur accompagnement des projets en minimisant les risques financiers portés par les investisseurs.

A l’occasion des premières Assises nationales des énergies renouvelables citoyennes organisées à Montpellier, l’Ademe a vanté les opportunités offertes par les projets d’énergies renouvelables participatifs qu’ils soient à gouvernance locale ou financés via le crowdfunding.

 

Ces projets présentent des bénéfices pour les territoires et également pour les citoyens. Pour les collectivités, ils sont un moyen de « favoriser l’appropriation locale des projets et leur intégration, et d’optimiser leurs retombées socio-économiques ». Pour les citoyens, ils sont une façon d’agir « et de s’impliquer en faveur de la transition énergétique ».

 

Deux types de projets à forte valeur ajoutée

 

Les projets d’EnR participatifs sont de deux types. On retrouve les projets à gouvernance locale : les citoyens et/ou collectivités s’impliquent dans la gouvernance en étant actionnaires et donc décisionnaires, avec une rémunération sous la forme de dividendes et/ou de réinvestissements dans des projets locaux de maîtrise des consommation d’énergies, explique l’Ademe.

 

Ici, les collectivités jouent un grand rôle de par leurs connaissances des territoires. Elles sont également les mieux placées pour encourager les habitants à passer à l’action. Le tout se fait de manière transparente et concertée, de quoi convaincre le plus grand nombre.

 

Deuxième type de projet, les programmes financés via le crowdfunding. Une fois le développement du projet terminé, les citoyens prêtent leur argent et bénéficient d’une rémunération sous la forme d’intérêts. L’épargne des particuliers est allouée à des projets vertueux grâce à des produits financiers présentant des taux attractifs par rapport au marché et avec des risques maîtrisés, mais sans implication dans la gouvernance.

 

L’Ademe estime que les banques ont tout à gagner : la montée en puissance des projets EnR participatifs serait une « opportunité pour renforcer la transparence et l’impact des produits financiers proposés aux particuliers » en les dirigeant plus massivement vers les secteurs clés de la transition écologique et solidaire que sont les énergies renouvelables.

 

Soutenir les différentes initiatives

 

L’Ademe insiste ainsi sur l’importance de soutenir ces projets et appellent les pouvoirs publics à les accompagner en minimisant les risques financiers portés par les investisseurs citoyens ou publics. « Les incitations données par l’Etat doivent être soumises à des exigences plus fortes concernant la part de capital détenu par les citoyens et les collectivités pour conforter la cohérence territoriale et temporelle des financements citoyens avec les caractéristiques des projets EnR », souligne l’agence.

 

R.C

Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

L’ADEME propose un label pour les offres d’électricité verte Batiweb

L’ADEME propose un label pour les offres d’électricité verte

Alors que le nombre de Français ayant souscrit a une offre d’électricité verte a plus que doublé en trois ans pour atteindre 5% de la consommation totale d’électricité en France, l’Ademe souhaite clarifier les différentes offres disponibles grâce à un label, plus transparent pour le consommateur, et espère le développement de nouvelles installations EnR en France.
La transition énergétique en IDF passe par le chauffage urbain Batiweb

La transition énergétique en IDF passe par le chauffage urbain

A l'occasion de la 4ème édition des Assises des Énergies Renouvelables en Milieu Urbain, organisée par la DRIEE et la Direction régionale Île-de-France de l'Ademe, les collectivités et les professionnels ont pu échanger autour d’opérations valorisant la chaleur renouvelable et de récupération, un levier essentiel de la transition énergétique en Île-de-France.
Réduire le coût de l’électricité grâce aux énergie renouvelables, une solutions viable pour l’Ademe Batiweb

Réduire le coût de l’électricité grâce aux énergie renouvelables, une solutions viable pour l’Ademe

L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) a présenté ce lundi 10 décembre une étude faisant suite à la présentation de la feuille de route énergétique de la France dévoilée le 27 novembre. Entre autres, celle-ci estime que la réduction du coût de l’électricité nécessite une massification des énergies renouvelables à horizon 2050-2060. Les détails.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter