Nouvelles mesures pour renforcer « l’acceptabilité » de l’éolien Eco-construction | 07.01.20

Partager sur :
Nouvelles mesures pour renforcer « l’acceptabilité » de l’éolien Batiweb
Le 18 décembre dernier, Élisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, a annoncé des nouvelles mesures pour renforcer l’acceptabilité de l’énergie éolienne sur l’ensemble du territoire. Parmi les propositions, la maîtrise des risques et des nuisances ou encore une meilleure répartition territoriale des projets éoliens. L’objectif, travailler de manière « constructive » avec la filière.

Élisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, et Emmanuelle Wargon, secrétaire d’État, ont réuni, en décembre dernier, le groupe de travail « éolien ». Suite aux échanges, une série de mesures a été annoncée pour renforcer l’acceptabilité de l’énergie éolienne parmi lesquelles le lancement d’expérimentations de solutions innovantes pour réduire les nuisances lumineuses. Un protocole devrait également être élaboré pour mesurer les niveaux de bruits générés par les installations.

 

Sur les conseils des professionnels de la filière, le principe d’une excavation totale des fondations éoliennes lors de leur démantèlement sera généralisé. Le recyclage des matériaux constitutifs des éoliennes sera rendu obligatoire d’ici 2023 tel que prévu par la PPE. De nouvelles obligations seront introduites pour progresser sur le sujet du recyclage des pâles. Quant au bilan carbone, c’est un critère qui sera désormais intégré aux prochains dispositifs d’appels d’offres.

 

Les mesures annoncées prévoient aussi d’améliorer l’image de l’éolien, l’émergence d’une doctrine nationale en matière d’organisation ou encore la diffusion de bonnes pratiques auprès des collectivités et services de l’État pour objectiver plus précisément les décisions. Le ministère orientera en outre le volet « transition énergétique » de l’appel à projets « plans de paysages » plus spécifiquement sur l’éolien. 

 

Enfin, l’idée est de mieux répartir les projets sur le territoire. A cet effet, Élisabeth Borne lancera un groupe de travail, en partenariat avec les collectivités locales, les filières professionnelles et les associations pour que l’éolien se développe de manière plus équilibrée au niveau national, et éviter ainsi des risques de saturation. Les premières propositions sont attendues pour le printemps 2020.

 

« La filière éolienne est sur la bonne voie. Si la route est encore longue pour atteindre les objectifs fixés par la PPE, les mesures que nous présentons ont un double objectif : lever les verrous tout en préservant l’acceptabilité par les territoires. Je sais pouvoir compter sur le professionnalisme de la filière pour travailler de manière constructive à leur mise en œuvre », déclare la ministre. 

 

R.C
Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Le groupe de travail « chaleur et froid renouvelables » rend ses conclusions Batiweb

Le groupe de travail « chaleur et froid renouvelables » rend ses conclusions

Mis en place en mars 2019, le groupe de travail « chaleur et froid renouvelables » dévoile ses propositions pour accélérer le développement de la filière. 25 mesures d’action concrète ont été retenues par le Gouvernement. Elles visent à mobiliser les collectivités, informer les consommateurs, rendre les réseaux plus compétitifs, verdir l’énergie livrée par ces réseaux et favoriser la R&D.
La filière éolienne en attente d’une feuille de route « ambitieuse » Batiweb

La filière éolienne en attente d’une feuille de route « ambitieuse »

France Énergie Éolienne a publié les chiffres clé du secteur pour l’année 2018. Avec plus de 1 500 MW raccordés l’an dernier, le bilan se veut « positif ». La filière se dit néanmoins toujours dans l’attente d’une feuille de route « lisible et ambitieuse » et ce afin d’atteindre les objectifs fixés par la PPE. L’éolien, notamment offshore, représente un vecteur de croissance tant en termes d’emplois que de retombées économiques et sociales, insiste l’organisme.
Le SER appelle à développer la chaleur renouvelable et la géothermie Batiweb

Le SER appelle à développer la chaleur renouvelable et la géothermie

Alors que les énergies renouvelables ont couvert 21 % de la consommation électrique française sur un an, le Syndicat des énergies renouvelables (SER) s’est félicité ce mardi 15 octobre de l’essor de l’éolien, mais appelle désormais le gouvernement à développer d’autres méthodes encore sous-exploitées comme la chaleur renouvelable ou la géothermie électrique.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter