Le groupe de travail pour l’éolien dresse un bilan positif Eco-construction | 31.01.19

Partager sur :
Le Ministère de la Transition écologique et solidaire et le Ministère des Armées ont présenté, ce jeudi 31 janvier, le bilan de la mise en œuvre des dix propositions du groupe de travail sur le développement de la filière éolienne. Parmi les mesures importantes : la réduction du délai de traitement du contentieux éolien terrestre, ou encore la libération de zones dédiées à l’entraînement au vol à basse altitude pour l’éolien. Le point sur les propositions adoptées et celles qui devraient bientôt l’être.
L’éolien est plus que jamais d’actualité. Alors que le Gouvernement a annoncé la revalorisation de l’éolien lors de la publication de la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) vendredi 25 janvier, et que le parc éolien en mer prévu au large du Tréport a reçu un avis favorable de la commission d’enquête publique, c’est au tour du Ministère de la Transition écologique de dresser un bilan positif pour son groupe de travail sur l’éolien.

Un an après les dix propositions pour accélérer la concrétisation des projets éoliens, Emmanuelle Wargon, secrétaire d’Etat du Ministère de la Transition écologique et solidaire a jugé le bilan positif, s’inscrivant donc dans les ambitions du Gouvernement. Dans la PPE publiée vendredi 25 janvier, ce dernier a en effet réaffirmé sa volonté de développer l’éolien terrestre pour atteindre l’objectif de 24,6 gigawatts en 2023 et entre 34,1 et 35,6 gigawatts en 2028.

Des mesures favorables, mais qui ne font pas l’unanimité

Parmi les mesures positives de ce bilan : la révision de la répartition de l’imposition forfaitaire sur les entreprises de réseau (IFER) actée dans la loi de finances 2019, qui garantit désormais 20 % de retombées fiscales pour la commune d’implantation d’un parc éolien, ou encore l’instruction gouvernementale du 11 juillet 2018 qui vient clarifier les règles d’évaluation des projets de renouvellement des parcs en fin de vie, dont les premières retombées permettent dans certains cas de réduire le nombre de machines tout en augmentant les capacités de production.

Lors de ce bilan, le Ministère des Armées a également annoncé la libération supplémentaire de zones consacrées à l’entraînement au vol à basse altitude, permettant l’extension de plus de 9000km2 de zones à fort potentiel éolien.

Autre annonce : de futures règles de balisage qui devraient être appliquées au 1er février, pour diminuer les problèmes de gêne visuelle des habitants liés aux dispositifs lumineux nocturnes des éoliennes.

« L’ensemble des mesures est aujourd’hui concrétisé ou en passe de l’être, à l’image de la suppression d’un degré de juridiction introduite par le décret du 29 novembre 2018, permettant de réduire les délais de traitement du contentieux éolien terrestre », se félicitent les rapporteurs du groupe de travail dans un communiqué.

Ce décret, et un second visant à « expérimenter pendant une durée de trois ans la mise en place d'une participation du public par voie électronique en remplacement de l'enquête publique », a par ailleurs fait polémique auprès de cinq associations, qui ont posé un recours devant le Conseil d’Etat ce lundi 28 janvier.

C.L.
Photo de Une : ©Adobe Stock
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Ségolène Royal annonce une série de mesures en faveur des ENR

Ségolène Royal annonce une série de mesures en faveur des ENR

A l'occasion du colloque annuel du Syndicat des énergies renouvelables organisé ce jeudi à Paris, la ministre de l'Ecologie et du Développement Durable, Ségolène Royal, a annoncé un ensemble de mesures en faveur des énergies renouvelables. Pour la première fois en 2014, la production d'électricité issue des renouvelables a atteint 20 % de l'ensemble de la production de courant.
La justice donne raison au projet de Tours Hermitage Plaza à la Défense

La justice donne raison au projet de Tours Hermitage Plaza à la Défense

La justice vient de trancher une nouvelle fois en faveur du projet des tours jumelles du promoteur-investisseur Hermitage à la Défense. Le tribunal administratif de Cergy Pontoise a en effet rejeté le recours de l'association « Vivre à la Défense », validant ainsi les autorisations administratives concernant l'immeuble Damiers d'Anjou. Explications.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter