« Reconnaître les compétences des artisans de la rénovation énergétique », P. Million Eco-construction | 08.12.16

Partager sur :
Alors que l’UFC-Que Choisir publiait ce mercredi un rapport critiquant ouvertement les artisans de la rénovation énergétique, ces derniers ont fait part de leur mécontentement, défendant leur profession et leurs savoir-faire. L’un d’entre eux, Philippe Million, gérant d’Everest Isolation et lauréat national du prix de l’artisanat Stars & Métiers, revient aujourd’hui sur la certification RGE et livre son avis sur les observations menées par l’UFC.

Que pouvez-vous nous dire sur votre activité ?

Philippe Million : Everest Isolation est une société que j’ai créée en 1999, d’abord tout seul, puis qui a évolué au fil des années. Aujourd’hui, nous sommes spécialisés dans l’isolation, qui est un secteur en plein essor, nous assurant une croissance annuelle de près de 17%. La société emploie actuellement 33 personnes, et nous intervenons notamment dans l’isolation des combles et du plancher, le remplissage des contre-cloisons, ou encore les ventilations mécaniques. Dans ce sens, nous proposons un large panel de produits, aussi bien industriels que biosourcés : laine de verre, de roche, mouton, coton, etc. Nous intervenons d’abord auprès du client pour lui proposer un conseil, puis un devis. Notre but est avant tout de prioriser l’intérêt de nos clients pour leur permettre de vivre dans des maisons saines. Par ailleurs, nous avons été l’une des premières entreprises à être labélisée RGE. À tel point que nous avons déjà passé le premier audit l’année dernière, au terme duquel nous avons gardé la certification.

Que pensez-vous du rapport publié par l’UFC-Que Choisir ?

P. M : Je pense qu’il y a une part de vrai dans ce rapport, mais l’UFC-Que Choisir ne doit pas se focaliser uniquement sur certains éléments. Le dossier RGE n’est pas simple à monter, et la certification ne s’obtient pas facilement. En revanche, certaines entreprises RGE font appel à des sous-traitants, qui ne sont pas, eux-mêmes, certifiés. Il existe effectivement des sociétés qui font appel à des commerciaux qui démarchent les clients et leur proposent des prix plus élevés que le marché. Je pense que, lors de la formation RGE, le dossier qui va être monté devrait intégrer une fiche d’identification de l’entreprise qui démontre qu’elle a la capacité de réaliser par elle-même les travaux de rénovation énergétique, plutôt que de passer par des sociétés commerciales dont on ignore si elles sont labélisées. Il faut également mettre en place un encadrement de prix, afin d’éviter tout déport. D’un côté, le rapport de l’UFC-Que Choisir permettra peut-être de faire évoluer la situation. En revanche, je suis contre le fait de dire que l’artisanat est mal fait. De nombreux professionnels se battent pour que leur travail soit reconnu.

Comment parvenez-vous, à votre niveau, à répondre aux exigences de la qualification RGE ?

P. M : En premier lieu, nous sommes présents pour conseiller le client et lui proposer un devis correspondant à ses besoins et à ses moyens. Nous lui accordons ensuite un temps de réflexion pour qu’il choisisse lui-même ses produits. Aujourd’hui, nous pouvons considérer que sur 100 devis émis, nous en avons 85 qui nous reviennent. Nous avons vraiment à cœur d’expliquer comment fonctionnent nos produits et, surtout, d’indiquer les aides possibles dont peuvent bénéficier les particuliers. Je demande également à ce que mes collaborateurs montrent leur travail aux clients. C’est une preuve de qualité, de respect et de fiabilité.

Aujourd’hui, quelles sont vos perspectives d’avenir ?

P. M : Le métier de l’isolation a encore de beaux jours devant lui ! 13 millions de Français sont encore en précarité énergétique. Il est donc de notre ressort de répondre à leurs besoins, et de leur permettre de se chauffer convenablement et à moindre coût. Il faut savoir également que nous travaillons chez les bailleurs sociaux. Nous désirons utiliser les Certificats d’économie d’énergie pour réduire au maximum la facture énergétique de ces derniers. Mais ce que j’ai surtout envie pour la filière, c’est que les artisans soient reconnus pour leurs compétences et que les emplois soient pérennisés.

Propos recueillis par Fabien Carré
Photo de Une : ©F. Maréchal/Stars & Métiers
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Rénovation énergétique : l’UFC dénonce « les piètres performances des artisans »

Rénovation énergétique : l’UFC dénonce « les piètres performances des artisans »

Désillusion totale pour l’UFC-Que choisir ! Dans une étude publiée ce 7 décembre portant sur la rénovation énergétique, l’association de consommateurs s’est intéressée à la qualification des professionnels du secteur. Verdict : les résultats sont apparemment « désastreux », l’UFC pointant le manque de fiabilité des artisans, ainsi que les prix excessifs pratiqués sur le marché.
UFC-Que Choisir : Patrick Liébus, Président de la Capeb, monte au créneau

UFC-Que Choisir : Patrick Liébus, Président de la Capeb, monte au créneau

Après Dominique Tarrin, directeur général de Qualibat, c’est au tour de Patrick Liébus, Président de la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb) de revenir sur le rapport publié par l’UFC-Que Choisir au sujet des artisans de la rénovation énergétique labélisés RGE. Remettant en cause les analyses de l’association de consommateurs, il n’hésite pas à défendre à la fois la qualification RGE et les professionnels de la rénovation énergétique sans mâcher ses mots.
Près de 73 000 entreprises sont aujourd’hui labellisées Qualibat

Près de 73 000 entreprises sont aujourd’hui labellisées Qualibat

En 2016, 12 200 nouveaux entrepreneurs et artisans ont obtenu la qualification Qualibat, portant à près de 73 000 le nombre d’entreprises labellisées. Gage de qualité, le label séduit tout particulièrement les TPE. Parmi les entreprises qualifiées, plus de 61 000 sont RGE. Mais si les chiffres évoluent, Qualibat souligne que les conditions d’attribution du label en font tout autant : l’an dernier, près de 20% des demandeurs ont fait l’objet d’un refus.
Certivéa fait évoluer son offre de labels

Certivéa fait évoluer son offre de labels

Toujours plus impliqué dans la croissance verte des bâtiments, Certivéa a récemment actualisé son offre de labels pour le non résidentiel en intégrant les certifications E+C-, BBCA (pour le bas-carbone) et Effinergie 2017 (pour l’énergie). Une initiative qui devrait permettre à l’organisme d’accompagner les professionnels du bâtiment qui souhaitent se préparer aux standards imposés par la loi de transition énergétique.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter