Transition écologique : 127 projets solaires retenus dans le cadres d’appel d’offres Eco-construction | 09.02.18

Partager sur :
50 projets solaires innovants d’un volume total de 70 MW et 77 lauréats visant à développer le photovoltaïque au sol, pour 500 MW, ont été retenus par le ministère de la Transition écologique et solidaire, comme l’a annoncé le secrétaire d’État Sébastien Lecornu. Ces différentes opérations s’inscrivent dans le cadre de deux nouveaux appels d’offres lancés par le gouvernement. Les détails.
En début d’année, le ministre Nicolas Hulot annonçait un « quasi » doublement des appels d’offres sur le solaire afin d’accélérer « la transition écologique (…) pour changer d’échelle ».

En attendant, le secrétaire d’État Sébastien Lecornu s’est rendu ce 8 février au 19e colloque du Syndicat des énergies renouvelables (SER) où il a annoncé les résultats de deux appels d’offre photovoltaïque, l’un portant sur 50 lauréats pour une capacité de 73 MW, et l’autre sur 77 projets pour 508 MW.

L’innovation comme vecteur de développement

Lancé en 2017 pour une période de 3 ans, le premier appel d’offres concerne des installations solaires innovantes pour un volume total de 210 MW réparti sur 3 périodes de candidature.

« L’innovation est un des vecteurs majeurs de la transition énergétique et du développement des énergies renouvelables. L’installation de systèmes solaires flottants sur des plans d’eau permet par exemple de limiter l’usage de grands espaces au sol », a souligné Sébastien Lecornu.

Dans ce cadre, l’électricité produite grâce aux installations retenues sera valorisée au prix moyen de 80,7 €/MWh. Le ministère a par ailleurs rappelé que la seconde période de candidature porterait, elle aussi, sur une puissance de 70 MW.

Des coûts revus à la baisse

L’autre appel d’offres dont les lauréats ont été annoncés portait sur le développement des installations photovoltaïques au sol de grande puissance. Lancé en 2016 pour un volume total de 3 000 MW, celui-ci comporte 6 périodes de candidature sur 3 ans.

Surtout, la troisième période de cet appel permettra aux lauréats de valoriser l’électricité produite au prix avantageux de 61,6 €/MWh, soit 4% de moins que sur la période précédente. Les installations de plus grande puissance (entre 5 et 17 MWc) proposeront même un prix moyen de 55,3 €/MWh.

« Je me réjouis de voir que la compétitivité des projets solaires s’affirme davantage à chaque tranche de l’appel d’offres. En quelques années seulement le coût des centrales solaires au sol a été divisé par 2 et bientôt presque par 3 », a déclaré Sébastien Lecornu.

Prochaine étape : la clôture de la 4e phase de l’appel d’offres, dont la puissance sera augmentée à 720 MW, le 1er juin prochain.

F.C
Photo de Une : @SebLecornu (Twitter)
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les coûts des énergies renouvelables passés au crible

Les coûts des énergies renouvelables passés au crible

Alors que la France est en pleine transition énergétique, l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) a récemment publié une étude analysant les « Coûts des énergies renouvelables » sur le territoire national en 2016. Bien que le rapport note une baisse des coûts de production d’électricité renouvelable, il rapporte également que des efforts doivent encore être fournis pour confirmer cette tendance.
Les centrales solaires plus compétitives que les éoliennes pour François de Rugy

Les centrales solaires plus compétitives que les éoliennes pour François de Rugy

16 futures installations ont été retenues dans le cadre d'un appel d'offres lancé par le gouvernement mettant en concurrence les projets solaires et éoliens. Finalement, le photovoltaïque a été largement préféré par le ministère de la Transition écologique et solidaire, renforçant par là même sa compétitivité par rapport à d'autres filières. Le point sur les lauréats.
Le gouvernement crée des groupes de travail pour simplifier les règles relatives au solaire et à la méthanisation

Le gouvernement crée des groupes de travail pour simplifier les règles relatives au solaire et à la méthanisation

Alors que le groupe de travail « éolien » s’est réuni pour la première fois en octobre dernier sous la présidence du secrétaire d’État Sébastien Lecornu, le gouvernement a annoncé jeudi 7 la création de deux nouvelles entités dédiées aux énergies renouvelables. Ces dernières seront ainsi en charge de réfléchir à une simplification des règles relatives à l’énergie photovoltaïque et à la méthanisation. Les détails.
Bientôt un groupe de travail dédié à l’énergie solaire

Bientôt un groupe de travail dédié à l’énergie solaire

Interrogé par CNews ce jeudi 15 mars, Sébastien Lecornu, secrétaire d’État à la Transition écologique, s’est laissé aller à quelques confidences. Il a ainsi révélé qu’un groupe de travail sur l’énergie solaire serait lancé prochainement, poursuivant ainsi la stratégie mise en place par le gouvernement, qui avait déjà créé une entité consacrée à l’éolien.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter