Transition énergétique : les Français toujours plus concertés Eco-construction | 26.10.17

Partager sur :
Pour Nicolas Hulot, aucun doute possible : la transition énergétique de la France ne se fera pas sans la participations des citoyens. Dans ce sens, plusieurs mesures ont déjà été proposées afin d’inclure l’ensemble des Français dans ce vaste effort. Le ministre de la Transition écologique et solidaire a néanmoins fait part de sa volonté d’aller encore plus loin, en invitant la population à participer aux débats relatifs aux implantations d’éoliennes. Les détails.
Il y a quelques semaines, le Sénat validait le projet de loi relatif à l’évaluation environnementale, qui vise notamment à renforcer la participation du public aux décisions pouvant impacter l’environnement.

Une initiative qui a visiblement donné quelques idées à Nicolas Hulot. En effet, le ministre de la Transition écologique et solidaire a demandé mercredi 25 à « associer les citoyens » au débat portant sur les implantations d’éoliennes, notamment en mer.

D’après lui, pour « réussir la transition énergétique, il va falloir qu’on associe, d’une manière ou d’une autre, les citoyens ». « Ça ne se fera pas d’une manière autoritaire, ça se fera évidemment en étant à l’écoute de leurs réserves », assurait-il.

Une efficacité plus que discutable

La proposition du ministre n’a toutefois pas séduit l’ensemble des députés, à l’instar d’Emmanuel Maquet (Les Républicains). « Depuis plus de dix ans, les projets se sont multipliés sans cohérence territoriale, sans concertation avec les acteurs locaux et sans la considération que méritent les habitants », a souligné l’élu de la Somme.

« D’emblée, je ne peux pas vous donner tort. Jusqu’ici, on n’est pas vraiment très bons et il va falloir qu’on engage une concertation », lui a répondu Nicolas Hulot. « Mais il faut aussi que chacun se mette dans une ouverture d’esprit. »

« L’éolien offshore, ça se passe bien de l’autre côté de la Manche, ça se passe mal chez nous. Il y aura peut-être des enseignements à tirer, mais j’ai bien conscience de cette difficulté », a-t-il ajouté. Reste à déterminer des solutions viables pour y remédier.

F.C (avec AFP)
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La France en retard dans sa transition énergétique

La France en retard dans sa transition énergétique

Moyens « insuffisants » et objectifs « loin d’être atteints » : le Conseil économique, social et environnemental (Cese) ne mâche pas ses mots dans un avis récemment publié concernant la transition énergétique de la France. Dans ce contexte, l’organisme a formulé une série de propositions afin de combler le retard pris par l’hexagone. Les détails.
Plan Climat et transition énergétique : quelle feuille de route pour la France en 2018 ?

Plan Climat et transition énergétique : quelle feuille de route pour la France en 2018 ?

2018 sera une année charnière pour la transition énergétique et le Plan Climat de la France ! Profitant de la présentation de ses vœux pour les douze mois à venir, Nicolas Hulot a dévoilé la feuille de route du ministère de la Transition écologique et solidaire portant sur le premier semestre. De l’énergie au climat, en passant par la rénovation des bâtiments, tour d’horizon des principales annonces du gouvernement.
Edouard Philippe salue « les perspectives assez incroyables de la filière hydrogène »

Edouard Philippe salue « les perspectives assez incroyables de la filière hydrogène »

Substitut idéal aux hydrocarbures, l’hydrogène répond parfaitement à la stratégie de décarbonation adoptée par la France. Ainsi, si la filière est en plein essor dans l’hexagone, de nombreux efforts doivent encore être fournis afin d’accélérer le mouvement. Une initiative que le Premier ministre Edouard Philippe compte bien mener à bien aux côtés de Nicolas Hulot, comme il l’a fait savoir le 25 août dernier. Explications.
31% d’électricité d’origine renouvelable consommée en France au deuxième trimestre

31% d’électricité d’origine renouvelable consommée en France au deuxième trimestre

Alors que les collectivités sont de plus en plus nombreuses à adopter des objectifs ambitieux en matière d’énergies renouvelables, l’effort national, lui, semble peu à peu porter ses fruits. En témoignent les chiffres publiés lundi par le Syndicat des énergies renouvelables et les gestionnaires des réseaux : 31% de l’électricité consommée en France était d’origine renouvelable au deuxième trimestre. Un taux de couverture « inédit » d’après les différents acteurs.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter