Un nouvel engagement est signé en faveur du recyclage du verre plat Eco-construction | 15.11.17

Partager sur :
Lundi 6 novembre, les ministères de l’Ecologie et de l’Economie ont signé aux côtés des professionnels, un Engagement pour la croissance verte visant à développer la filière de recyclage du verre plat de déconstruction et de rénovation. Si le gisement de verre plat à recycler atteint les 200 000 tonnes, le taux de valorisation du matériau ne dépasse pas les 5%. Cet engagement vise ainsi à créer une nouvelle dynamique de recyclage.
Le gouvernement vient de donner un nouvel élan au recyclage du verre plat ! Lundi 6 novembre, Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique et solidaire et Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances, ont apporté leur soutien aux industriels afin que le verre plat soit plus largement valorisé.

Le gisement de verre plat de déconstruction et de rénovation, constitué aux deux tiers de façades vitrées et d’un tiers de fenêtres, est aujourd’hui « sous-valorisé en France », précise un communiqué. Les professionnels du secteur estiment en effet qu’à peine 10 000 tonnes de verre plat sont recyclées ou valorisées, soit environ 5% du gisement total estimé à 200 000 tonnes.

Ainsi, si les industriels travaillent déjà au recyclage du matériau, cette signature va permettre de dynamiser la filière. Il s’agit d’engager un véritable travail collectif et national au service de la transition écologique et solidaire.

Un engagement sur trois ans

Les organisations professionnelles concernées par cet engagement sont Federec Verre et Federec BTP, la Fédération Française des professionnels du verre (FFPV) et ses partenaires du Pôle fenêtre de la FFB, le Syndicat national des entreprises de démolition (Sned) et le SRBTP (Syndicat des recycleurs du BTP).

Cet engagement de trois ans participera « à l’atteinte des objectifs nationaux de valorisation sous forme de matière de 70% des déchets du bâtiment en 2020». D’ici trois ans, l’objectif visé est la collecte et le tri annuels de 40 000 tonnes de verre plat, un objectif porté à 80 000 tonnes collectées et triées annuellement pour 2025.

Ces objectifs représentent un véritable défi puisqu’ils impliquent « une organisation optimisée d’un point de vue logistique et technique, notamment concernant le démantèlement et la collecte mais également sur des problématiques de tri et de respect du cahier des charges du client final », précisent les signataires.

Pour relever ce défi, les porteurs de projets ont notamment prévu la mise en place d’éléments de communication et d’études sur les conditions de faisabilité technico-économique du recyclage et du schéma logistique de la filière. Seront mis à disposition un guide méthodologique sur la déconstruction de verre plat, une cartographie nationale des points et des conditions techniques de collecte. Un groupe de travail spécifique sera également crée et un été des lieux des labels et certifications existantes réalisé.

« L’économie circulaire est une opportunité pour l’industrie du futur. Il s’agit d’optimiser la consommation de matière à chaque étape du processus de production. A travers les green deals à la française, par lesquels les entreprises s’engagent volontairement à améliorer leur performance environnementale avec le soutien de l’État, le ministère de l’Économie et des Finances encourage des projets innovants qui réconcilient croissance et environnement », a déclaré Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances.

R.C
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Déchets du bâtiment : quelles responsabilités pour les maîtres d’ouvrage ?

Déchets du bâtiment : quelles responsabilités pour les maîtres d’ouvrage ?

Une nouvelle étude juridique menée dans le cadre de la plateforme collaborative DEMOCLES fait le point sur la responsabilité des maîtres d’ouvrage en matière de gestion des déchets de chantiers de déconstruction et de rénovation du bâtiment. Cofinancée par l’Ademe, l’étude répond à un certain nombre de questions : Qui est responsable de la traçabilité des déchets ? Quel lien existe-t-il entre le permis de démolir et le diagnostic déchets ? Tous les détails.
De la conception à la déconstruction sélective, Resolving digitalise le bâtiment

De la conception à la déconstruction sélective, Resolving digitalise le bâtiment

Créé en 2003, Resolving se veut un « accélérateur digital » des métiers de l’immobilier et de la construction. La société met au service des différents acteurs du secteur des solutions collaboratives, l’objectif étant de les aider dans leur transformation digitale et de les accompagner au mieux pour qu’ils échangent « des informations le plus rapidement et le plus pertinemment possible ». Le point avec Franck Meudec, Vice-président-CEO de Resolving.
Déconstruction sélective : le bâtiment doit être considéré comme une ressource

Déconstruction sélective : le bâtiment doit être considéré comme une ressource

Connu et reconnu pour sa qualité, le salon BIM World s’est déroulé du 2 au 3 avril à Paris Expo-Porte de Versailles. Ateliers, débats, émissions TV… les animations se sont succédé et ont permis de faire le point sur les innovations du secteur ! Une des grandes tendances de cette édition, le numérique au service de la déconstruction sélective, une thématique abordée à l’occasion d’une conférence. Retrouvez ici notre compte-rendu.
50 mesures pour une économie 100% circulaire

50 mesures pour une économie 100% circulaire

Lors d’une visite de l’usine Seb en Mayenne, Edouard Philippe, Premier ministre, a présenté la feuille de route du Gouvernement pour une économie 100% circulaire. Fruit de plusieurs mois de concertation et d’élaboration, elle compte 50 mesures visant à mieux produire, mieux consommer et mieux gérer les déchets. Elle doit également permettre la « mobilisation de tous » pour répondre aux objectifs du Plan Climat.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter