Julien Denormandie aux côtés des acteurs du logement social au Congrès de l'USH Evénements du bâtiment | 12.10.18

Partager sur :
Chacun se souvient de l'accueil sous les huées du secrétaire d'État Julien Denormandie au Congrès annuel de l'Union sociale pour l'habitat (USH) l'année dernière. Le bras droit de Jacques Mézard ne s'est cependant pas découragé et s'est rendu ce 11 octobre à la 79e édition de l'événement pour un discours de clôture qui se voulait rassurant. Entre prise de conscience et annonces d'évolutions, retour sur cette prise de parole moins laborieuse qu'en 2017.
« Je veux être clair, je pense que le modèle français du logement social est le bon et doit être préservé dans ses fondamentaux », assurait Julien Denormandie en introduction de son discours de clôture du 79e Congrès de l'Union sociale pour l'habitat (USH).

Malgré un déplacement chahuté l'année dernière, le secrétaire d'État s'est rendu à Marseille ce 11 octobre afin de rencontrer les acteurs du logement social lors d'un événement placé sous le thème "Demain les HLM". Car la question est légitime : quel est l'avenir du secteur ?

Un secteur en souffrance depuis déjà deux ans

Pour rappel, le marché a été particulièrement mis à mal depuis l'arrivée de l'exécutif actuel. L'année dernière, les professionnels présents au Congrès avaient notamment élevé la voix contre les projets de réforme du gouvernement. Il était alors demandé aux acteurs du logement social de réaliser 1,5 milliard d'euros d'économies annuelles de 2018 à 2020.

Plus récemment, c'est la loi Elan qui a semé le trouble au sein des organismes HLM. La réglementation prévoit en effet d'augmenter le nombre de ventes de biens sociaux aux locataires pour favoriser l'accession à la propriété, ainsi qu'une attribution plus transparente des logements. Par ailleurs, souhaitant encourager la mobilité, le gouvernement prévoit le réexamen de la situation des ménages tous les trois. Autant de sujets qui ont été discutés lors du Congrès de l'USH.

« J'ai pu prendre connaissance d'une partie des échanges qui ont animé ces trois jours. Je sais que les débats ont été studieux et je peux vous confirmer que nous partageons une vision très largement commune du logement et du rôle que peut jouer le logement social pour améliorer leurs conditions de vie », a fait savoir Julien Denormandie lors de son discours.

Un « bon modèle » bénéficiant de nouvelles aides

Pour autant, au vu des mesures gouvernementales envisagées pour le secteur HLM, il est difficile d'imaginer que l'État puisse se battre en faveur des professionnels concernés. Là encore, Julien Denormandie s'est voulu rassurant : « Votre mission est essentielle. Votre mission, notre mission, État, élus locaux, bailleurs sociaux, c'est de répondre à la demande de nos concitoyens. C'est pour cela que nous travaillons toutes et tous, dans nos différents métiers, dans nos fonctions et au-delà de nos éventuelles différences d'appréciation ».

Rappelant que près de 2 millions de ménages sont en attente d'une attribution de logement, le secrétaire d'État a salué le modèle français, meilleur que nos voisins européens, et notamment l'Allemagne. « Vous êtes des constructeurs et gestionnaires au plus proche du terrain », a-t-il souligné. « C'est cette spécificité territoriale qu'il nous faut toujours mettre en avant. C'est cette proximité et cet ancrage sur le territoire qu'il faut avant tout préserver. »

Revenant enfin sur les différentes évolutions induites par la loi Elan, Julien Denormandie a précisé que les acteurs du monde HLM seraient bien soutenus par le gouvernement. D'abord par la mise en place du ''paquet logement'', soit une enveloppe de 10 milliards d'euros de prêts de haut de bilan à taux bonifiés pour les bailleurs sociaux. Sans oublier la réforme du taux du livret A, « qui allège à long terme le coût de l'endettement des bailleurs », comme l'a précisé le ministre.

« Nous devons utiliser pleinement ces dispositifs, qui ne sont, ceci étant, pas toujours suffisants et qui doivent être renforcés », a-t-il reconnu. « Je souhaite que dans l'année qui vient nous poursuivions avec le même état d'esprit. Pour cela je vous assure que la mobilisation de l'État sera totale (…) Je peux vous assurer que nous partageons le même objectif, le même combat : celui de l'amélioration de la qualité de vie de nos concitoyens. »

F.C
Photo de Une : @J_Denormandie (Twitter)
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Le BIM, un outil au service des bailleurs sociaux ?

Le BIM, un outil au service des bailleurs sociaux ?

En amont des annonces d’Emmanuel Macron ce 10 décembre, l’Union sociale de l’habitat (USH) est revenue sur l’inquiétante réforme des aides au logement (APL) et celle des HLM, déplorant plusieurs mesures injustes. Pourtant, afin de soutenir les efforts menés par les bailleurs sociaux, la maquette numérique pourrait bien représenter une solution viable. Explications.
Congrès HLM 2018 : un événement tourné vers l’avenir

Congrès HLM 2018 : un événement tourné vers l’avenir

Le 79e Congrès HLM, organisé par l’Union sociale pour l’Habitat, se déroule en ce moment même à Marseille. Placé sous le signe « de l’avenir », l’événement doit permettre aux responsables des organismes HLM d’imaginer un modèle de logement social de long terme, « innovant et adapté à la société du 21ème siècle ». Le mouvement HLM doit se réinventer pour faire face aux contraintes liées au budget de l’Etat, a insisté Jean-Louis Dumont, président de l’USH.
Adaptation du parc social : l’État signe une nouvelle convention avec l’USH

Adaptation du parc social : l’État signe une nouvelle convention avec l’USH

Alors que le ministère des Affaires sociales et de la Santé s’est fixé un objectif de 100 000 logements adaptés aux personnes âgées et handicapées dans le parc privé d’ici fin 2017, une nouvelle convention vient d’être signée entre l’État et l’Union sociale pour l’habitat. À travers elle, le mouvement HLM s’est notamment engagé à poursuivre le développement d’une offre de logements adaptés.
Logement social : plus de demandes, moins de moyens

Logement social : plus de demandes, moins de moyens

Profitant de la présentation de son congrès annuel qui se déroulera en octobre prochain, l’Union sociale de l’habitat (USH) est revenue sur différentes mesures gouvernementales récentes. Entre autres, l’État réclame aux bailleurs sociaux de réaliser une économie de 1,5 milliard d’euros par an d’ici à 2020. Une absurdité pour l’organisme, qui note pourtant que les demandes ne cessent d’augmenter. Les détails.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter