Fermer

Achat immobilier : vers un assouplissement des conditions d'octroi de prêts

Alors que les acheteurs sont toujours aussi nombreux sur le marché immobilier, l'une de leurs principales craintes concerne le refus de prêt de la part des banques. Cette inquiétude devrait toutefois s'estomper dans les mois à venir, alors que le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) vient d'assouplir les conditions d'octroi de crédits immobiliers, notamment en faveur des primo-accédants.
Publié le 04 janvier 2021

Partager : 

Achat immobilier : vers un assouplissement des conditions d'octroi de prêts - Batiweb

De futurs acquéreurs qui restent confiants malgré la crise

 

Malgré la crise sanitaire, les velléités d'achat ne baissent pas parmi les futurs acquéreurs, qui restent d'ailleurs plutôt optimistes quant à l'avenir de leur projet immobilier. Selon une récente étude SeLoger, réalisée auprès de 5 048 porteurs de projet immobilier, 6 futurs acheteurs sur 10 (58 %) se disent en effet confiants quant à la concrétisation de leur achat dans les 6 prochains mois. Le pourcentage monte même à 63 % chez les acquéreurs en recherche d'un appartement.

 

Selon l'étude, cette confiance peut en partie s'expliquer par la bonne opinion des acheteurs quant à l'évolution de leurs finances personnelles. 82 % des acquéreurs affirment d'ailleurs qu'ils fourniront un apport. Pour 51 % d'entre eux, cet apport représentera même plus de 10 % du prêt.

 

Du côté des vendeurs, l'optimisme reste également de mise, puisqu'ils sont 60 % à penser réussir à vendre leur bien rapidement.

 

Les résultats de l'enquête font toutefois ressortir certaines craintes chez les futurs acquéreurs. Parmi les inquiétudes les plus fréquentes : ne pas trouver le bien de leur rêve (77 %), que les prix soient hors de leur portée (69 %), ou que leur prêt soit refusé (32 %). Ce dernier pourcentage devrait toutefois diminuer dans un contexte où le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) vient d'assouplir les conditions d'octroi de crédits immobiliers.

 

Le HCSF assouplit les conditions d'octroi de crédits immobiliers

 

Pour rappel, il y a un an, le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) demandait aux banques de durcir les conditions d'octroi de crédits immobiliers pour limiter le surendettement des ménages. Le prêt devant se limiter à 33 % de taux d'effort, et s'étendre sur une durée maximale de 25 ans. Ce durcissement des conditions d'octroi de prêts avait alors impacté le marché immobilier, excluant notamment les ménages les plus modestes.

 

Mais le 17 décembre dernier, après plus d'un an de réclamations de la part du secteur immobilier et de la construction, le HCSF effectuait un revirement et décidait d'assouplir ces règles.

 

Le HCSF a ainsi accepté de faire passer à 35 % le taux d'effort, et d'allonger jusqu'à 27 ans la durée du prêt. Le taux de flexibilité accordé aux banques passe également de 15 à 20 %, notamment en faveur des primo-accédants.

 

Le FNAIM et CAFPI ont réagit positivement à cette annonce, soulignant que cet assouplissement des conditions bénéficierait également aux investisseurs. 

 

« L'augmentation de la durée d'emprunt à 27 ans pour les achats dans le neuf, les constructions et les rénovations, prenant ainsi en compte les 2 ans de différé d'amortissement nécessaire à la réalisation des travaux, est une bonne nouvelle, mais ne résout pas tout. Pour les primo-accédants ayant recours au prêt à taux zéro (PTZ), cette limite de durée ne permettra pas d'inclure le PTZ, dont la durée d'amortissement peut aller jusqu'à 30 ans », a toutefois nuancé CAFPI. 

 

Reste à savoir quel impact aura cet assouplissement des conditions d'octroi dans les mois à venir...

 

Claire Lemonnier

Photo de une : Adobe Stock

 

 

Par Redacteur

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.