Immobilier : E. Wargon annonce la reconduction du Pinel jusqu'à fin 2022 Immobilier | 12.11.20

Partager sur :
Depuis l'annonce du reconfinement, les visites immobilières physiques sont interdites, au grand dam du secteur immobilier, qui regrette un blocage de la chaîne immobilière et dénonce des contradictions. Une dizaine de groupes immobiliers ont ainsi lancé un appel au gouvernement en début de semaine, l'appelant à ré-autoriser les visites. La ministre déléguée chargée du Logement a toutefois réaffirmé l'interdiction des visites physiques ce mardi. En guise de consolation, les professionnels de l'immobilier et de la construction peuvent toutefois se féliciter de la reconduction du dispositif Pinel jusqu'à fin 2022.

Alors que la France est reconfinée depuis maintenant deux semaines, une dizaine de réseaux immobiliers ont appelé le gouvernement à ré-autoriser les visites immobilières physiques ce lundi, estimant que ce chaînon manquant bloquait « l'intégralité des ventes et des locations ». En effet, si la signature de bail, les actes de vente, les états des lieux et déménagements sont autorisés pendant toute la durée de ce confinement, il n'en va pas de même pour les visites, qui sont pour le moment interdites. 

 

Le premier confinement a accéléré la digitalisation du secteur immobilier et notarial et les visites virtuelles restent possibles, mais, selon une récente étude SeLoger, ces dernières ne permettraient pas de déclencher l'acte de vente (ni de location).

 

Selon cette étude réalisée avec OpinionWay, 84 % des Français ne seraient en effet pas prêts à acheter ni louer un bien qu'ils n'auraient visité qu'en visio, la visite physique restant de mise pour prendre une décision. Même parmi les jeunes, seuls 28 % des moins de 35 ans seraient capables de se décider sans visite physique. « Parce qu'elle ne donne qu'un aperçu d'un bien, la visio-visite ne permet pas, à elle seule, de déclencher un acte d'achat ou de location », note SeLoger.

 

« Sans les visites, le parcours immobilier risque in fine de se bloquer. Cela ne sert à rien de laisser les notaires, les banques et les courtiers immobiliers ouvrir, si les transactions ne peuvent se réaliser car il manque cette étape déterminante, qui confirmera l'envie de se lancer et déclenchera l'acte », poursuit Séverine Amate, porte-parole chez SeLoger.

 

Toujours selon cette étude, 56 % des Français visiteraient physiquement un bien s'ils y étaient autorisés pendant cette période de reconfinement. Dans ce contexte, le secteur immobilier a demandé ce lundi 9 novembre de ré-autoriser les visites physiques avec un protocole sanitaire renforcé.

 

Le secteur immobilier déplore l'interdiction des visites

 

Dix groupes immobiliers, parmi lesquels Century 21, Citya, Foncia, Orpi, Guy Hoquet, Laforêt, Nexity ou Nestenn, ont ainsi cosigné une tribune appelant le gouvernement à « reconsidérer » sa position.

 

Outre l'impact économique pour les agences, les signataires soulignent la détresse de certains Français, et le risque d'une hausse des prix à plus long terme : « Les projets suspendus durant le confinement vont s'accumuler et entretenir la hausse des prix », estiment-ils.

 

Ces derniers se disent également prêts à renforcer le protocole sanitaire. Outre le port du masque et l'application régulière de gel hydroalcoolique, les professionnels proposent de réaliser des pré-sélections de biens grâce aux visites virtuelles, de limiter le nombre de visiteurs, de nettoyer les lieux à chaque passage, et de promouvoir l'application TousAntiCovid auprès de leurs collaborateurs et de leurs clients.

 

Dans une autre tribune publiée mardi 10 novembre, la Fnaim, Plurience et l'Unis soulignaient « la valeur affective de l'immobilier ». « Avant d'habiter un lieu, on veut le voir. Aussi pourquoi avoir réservé au seul parc social le droit de visiter ? Qu'ont fait les candidats du parc privé pour être ainsi discriminés ? », s'interrogeaient les signataires. Et de poursuivre : « L'enjeu est social : les situations dans lesquelles un particulier doit trouver un bien sont multiples (divorce, décès, mutation, difficultés financières...) ».

 

Le Pinel prolongé jusqu'à fin 2022

 

Malgré cet appel du monde immobilier, le gouvernement a tranché mardi soir : Emmanuelle Wargon, ministre déléguée chargée du Logement, a confirmé que les visites physiques restaient pour le moment interdites, mais en a profité pour faire une nouvelle annonce, qui devrait également réjouir le secteur de la construction, à savoir la prolongation du dispositif Pinel jusqu'à fin 2022. 

 

Pour rappel, ce dispositif permet aux acquéreurs qui souhaitent réaliser un investissement locatif dans le neuf, de bénéficier d'un avantage fiscal avantageux à condition de louer le bien à un prix inférieur au marché.

 

Claire Lemonnier

Photo de une : Adobe Stock

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Syndicats de la construction et de l'immobilier s’allient pour défendre les aides fiscales dans le neuf - Batiweb

Syndicats de la construction et de l'immobilier s’allient pour défendre les aides fiscales dans le neuf

Fédération française du bâtiment (FFB), Fédération des promoteurs immobiliers (FPI), Fédération nationale de l’immobilier (FNAIM)... autant de syndicats professionnels qui se sont ralliés au collectif contestant les critiques adressées aux aides fiscales dans l’investissement locatif neuf, notamment accusées de coûter cher à l’Etat ou de faire monter les prix de l’immobilier. Pour déjouer ces « a priori », ils ont commandé une étude au cabinet indépendant PrimeView. Le point sur les résultats.
LCA-FFB déplore le durcissement des conditions d'octroi de prêts immobiliers - Batiweb

LCA-FFB déplore le durcissement des conditions d'octroi de prêts immobiliers

Ce jeudi 18 juin, le Haut conseil de stabilité financière (HCSF) réaffirmait l'importance de ne pas octroyer de crédits immobiliers dépassant 33 % des revenus nets des ménages, et de limiter leur durée à 25 ans. LCA-FFB a réagit dans la foulée, regrettant que les conditions d'octroi se soient durcies ces derniers mois, pénalisant de nombreux ménages et impactant les ventes de logements neufs, qui ont déjà brutalement chuté avec la crise liée au coronavirus.
Immobilier : ce qui change en 2020 - Batiweb

Immobilier : ce qui change en 2020

L’année 2020 apporte son lot de changements dans le domaine du bâtiment et de l’immobilier. Suppression de la taxe d’habitation et de la taxe Apparu, transformation du CITE en prime, élargissement du Denormandie ancien, ou encore maintien du PTZ, le point sur les dernières évolutions.
Les prix du neuf en forte hausse dans les grandes villes - Batiweb

Les prix du neuf en forte hausse dans les grandes villes

Trouver-un-logement-neuf.com, spécialiste de l’immobilier, publie chaque début d’été un baromètre sur le prix des logements neufs dans les 10 plus grandes villes françaises. Celui de cette année, communiqué le 20 juin 2017, montre une forte tendance à la hausse sur l’ensemble du territoire durant les 6 derniers mois, les rares baisses de prix étant, elles, plutôt faibles. Précisions.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter