Le financement, premier frein à la réalisation de travaux pour les bailleurs Immobilier | 08.03.21

Partager sur :
Dans un contexte où le gouvernement fait de la rénovation énergétique et la lutte contre les passoires énergétique une priorité, l'ANIL et l'ADIL ont mené une enquête pour identifier les facteurs de motivation et freins à la réalisation de travaux pour les bailleurs. Sans surprise, le financement reste le principal obstacle. Or, peu de bailleurs connaissent et ont recours aux aides disponibles.

Alors que le gouvernement prévoit d'interdire la location de passoires énergétiques étiquetées G à compter du 1er janvier 2023, puis des logements étiquetés F d'ici 2028, cette « menace » devrait inciter les propriétaires bailleurs à rénover leurs biens en location. Mais le financement reste très souvent le premier frein à la réalisation de travaux, qui peuvent parfois se révéler très coûteux.

 

Si des aides à la rénovation énergétique existent, de nombreuses études montrent que les bailleurs restent peu nombreux à les connaître, et sont souvent mal informés. Pour rappel, le dispositif MaPrimeRénov' a récemment été étendu à tous les propriétaires, y compris bailleurs. Ces derniers peuvent d'ores et déjà lancer des travaux depuis le 1er octobre 2020, et pourront faire leur demande d'aide à compter du mois de juillet prochain pour être remboursés rétroactivement si leur dossier est complet.

 

En 2020, l'ANIL et l'ADIL ont mené une enquête pour identifier les travaux les plus fréquemment réalisés par les propriétaires bailleurs, les facteurs de motivation, mais aussi les freins. Ils ont interrogés 2 155 bailleurs entre fin janvier et mi-mai 2020. Le réseau précise d'ailleurs que, pour la première fois, en raison de la crise sanitaire, une version numérique du questionnaire a été mise en place en complément de la version papier. 

 

L'enquête révèle que 86 % des bailleurs déclarent avoir déjà réalisé au moins un type de travaux. Parmi les plus fréquents : la modernisation de la salle de bain ou de la cuisine, la mise aux normes (électricité, assainissement...), le changement de fenêtres, ou de chauffage et de ventilation. Inversement, les plus gros travaux sont moins réalisés, comme l'adaptation du logement aux personnes à mobilité réduite, les travaux d'entretien (toiture...) ou d'isolation.

 

Les travaux les plus fréquemment réalisés. Source : enquête ANIL/ADIL

 

A noter que 81 % des bailleurs font au moins en partie appel à des professionnels pour la réalisation de ces travaux. 

 

Dans un second temps, l'enquête s'est plus précisément intéressée aux freins et motivations des bailleurs. Les deux principales motivations citées : améliorer le confort dans le logement (pour 45 %), et louer le bien plus facilement et/ou réduire la rotation et la vacance (44 %).

 

Les principaux facteurs de motivation. Source : enquête ANIL/ADIL

 

Un problème de financement

 

Sans grande surprise, le financement reste le principal frein à la réalisation de travaux pour 45 % des bailleurs, et même 52 % de ceux louant leur ancienne résidence principale. Parmi les autres causes : la présence du locataire dans le logement (30 %), le manque de retour sur investissement, (29 %) et la difficulté à trouver des artisans compétents (pour 20 %).

 

Parmi les 35 % de bailleurs ayant abandonné des projets de travaux ces 5 dernières années, 63 % avancent également que le financement a été le principal problème rencontré.

 

Des aides très mal connues et peu utilisées

 

Interrogés sur les sources de financement de ces travaux, les bailleurs sont 65 % à utiliser leur épargne, 23 % à avoir recours à un emprunt, et 16 % à utiliser au moins en partie les derniers loyers perçus.

 

Plus étonnant : seuls 6 % ont financé ces travaux grâce au versement d'une subvention. Pourtant, 83 % déclarent que, sans cette aide, ils n'auraient soit pas entrepris ces travaux, (36 %), soit en auraient fait moins ou d'un autre type (47 %). On voit donc que les aides sont primordiales dans la décision d'engager des travaux, mais aussi dans leur type.

 

Mais ces aides restent très mal connues par les bailleurs. Seul un tiers d'entre eux les connaît et sait où s'adresser. Inversement, 61 % déclarent ne pas connaître ces aides et ne pas savoir où trouver l'information.

 

Dans ce contexte, l'ANIL et l'ADIL en concluent qu'il est aujourd'hui plus que nécessaire de communiquer sur les aides existantes, et de faciliter leur appropriation par les bailleurs, de même que par l'ensemble des ménages français.

 

Claire Lemonnier

Photo de une : Adobe Stock

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les Français et leurs travaux d’éco-rénovation (enquête) - Batiweb

Les Français et leurs travaux d’éco-rénovation (enquête)

Les Français connaissent-ils les travaux d’éco-rénovation ? Quels sont ceux qu’ils privilégient ? Connaissent-ils les différentes aides ? Autant de questions posées par Franfinance et l'institut CSA à un échantillon de plus d’un millier de Français. Et les réponses sont parfois étonnantes : si 77% des Français privilégient le changement de fenêtres dans le cadre de travaux d’éco-rénovation, seuls 16% de la population connaît le CITE (Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique). Les détails de l’enquête.
65 % des Français connaissent mal les aides à la rénovation énergétique - Batiweb

65 % des Français connaissent mal les aides à la rénovation énergétique

Du 16 au 20 mars 2020, Cofidis a réalisé une enquête en partenariat avec l'Institut CSA pour mieux comprendre le comportement des Français face à leurs projets de travaux. Ce sondage a été réalisé par questionnaire auto-administré auprès de 1 008 Français âgés de plus de 18 ans, et révèle que de nombre d'entre eux ont des envies de travaux, mais qu'ils n'ont malheureusement souvent pas assez de budget, et qu'ils connaissent mal les aides disponibles.
MaPrimeRénov' sera finalement accessible à tous en 2021 - Batiweb

MaPrimeRénov' sera finalement accessible à tous en 2021

Alors que le nouveau dispositif d'aides aux travaux de rénovation énergétique devait bénéficier à 200 000 ménages modestes, seuls 25 000 en ont profité. Face à ces faibles résultats, parfois imputés à la crise liée au Covid-19 ou au manque de lisibilité, Emmanuelle Wargon a annoncé que MaPrimeRénov' serait finalement étendue à tous les ménages, y compris les plus aisés, et même élargie aux propriétaires bailleurs et aux copropriétés.
Les travaux engagés dès cet automne seront éligibles à MaPrimeRénov' - Batiweb

Les travaux engagés dès cet automne seront éligibles à MaPrimeRénov'

Le dispositif d'aide « MaPrimeRénov' », équivalent de l'ancien CITE, était initialement réservé aux ménages les plus modestes. La crise étant passée par là, la ministre du Logement annonçait le 24 juillet dernier son extension aux ménages aisés, ainsi qu'aux propriétaires et aux copropriétés. Elle a précisé ce samedi 5 septembre que les travaux engagés dès cet automne seraient bien éligibles, et la prime versée à compter du 1er janvier 2021. Les montants du nouveau barème devraient quant à eux être dévoilés d'ici fin septembre.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter