Nouveau DPE : le nombre de passoires thermiques sous-estimé ?

Immobilier | 20.09.21
Partager sur :
Nouveau DPE : le nombre de passoires thermiques sous-estimé ? - Batiweb
Entré en vigueur depuis le 1er juillet, le nouveau DPE ne fait pas l'unanimité auprès des professionnels de l'immobilier ni des propriétaires. Ce vendredi, trois organisations ont en effet alerté sur le doublement du nombre de logements classés G. Un nombre qui aurait été sous-évalué par le gouvernement. Pour éviter que de nombreux logements soient exclus du parc locatif à compter de 2025, les signataires appellent donc à développer de nouvelles aides pour soutenir les rénovations d'ampleur.

La Fédération nationale de l'immobilier (FNAIM), l'Union nationale des propriétaires immobiliers (UNPI), et l'association Plurience, ont publié vendredi 17 septembre un communiqué pour alerter sur l'explosion du nombre de passoires énergétiques classées G et F en raison du nouveau diagnostic de performances énergétiques (DPE), et sur l'urgence d'aider les propriétaires à rénover ces biens pour ne pas qu'ils soient exclus du parc locatif à compter de 2025.

 

Le nouveau DPE, entré en vigueur depuis le 1er juillet, ne se base plus uniquement sur les consommations énergétiques, mais sur l'ensemble du logement et ses équipements (isolation, menuiseries, chauffage....). Il permet en outre, lorsqu'un logement est très énergivore, de proposer des recommandations de travaux à réaliser pour améliorer ses performances énergétiques.

 

Les logements classés G auraient doublé

 

Seul hic : selon les trois organisations, le nombre de logements reclassés sous le statut de passoires énergétiques aurait été sous-estimé. Ainsi, ils observent sur le terrain que les logements classés G – soit la pire note du DPE – seraient entre 800 0000 et 1 million, au lieu des 500 000 logements annoncés par le gouvernement.

 

Les professionnels de l'immobilier s'inquiètent ainsi du nombre de logements interdits à la location. Les logements classés G devant être retirés du marché locatif en 2025, ceux classés F en 2028, et ceux classés E en 2034.

 

Ils soulignent que le succès de MaPrimeRénov' prouve l'intérêt des Français pour la rénovation, mais estiment que cette aide ne suffira pas pour parvenir à des rénovations d'ampleur permettant d'améliorer le classement énergétique des passoires thermiques.

 

Soutenir les rénovations d'ampleur

 

Les signataires appellent donc le gouvernement à agir rapidement pour éviter que les investisseurs ne se détournent du marché locatif, et à aider les propriétaires à rénover ces biens pour ne pas pénaliser les locataires.

 

« Sans changement à très court terme, 1 ménage sur 4 verra son logement frappé d’une interdiction de location de son logement d’ici 2034 ! », alerte Christophe Demerson, président de l'UNPI.

 

En vue du projet de loi de finances pour 2022, ils formulent ainsi deux requêtes : doubler le plafond des déficits fonciers imputables sur le revenu, si le montant des travaux est composé pour 40 % de travaux d’économies d’énergie, et élargir la réduction d'impôt de la loi Denormandie à tout le parc de logements classés F et G.

 

Claire Lemonnier

Photo de une : Adobe Stock

 

Claire.lemonnier
filter_list

Sur le même sujet

Trois fédérations s'engagent pour la rénovation énergétique des copropriétés - Batiweb

Trois fédérations s'engagent pour la rénovation énergétique des copropriétés

Etendue à tous les propriétaires depuis janvier, MaPrimeRénov' a également été élargie aux copropriétaires. L'objectif : massifier les travaux de rénovation énergétique au sein des copropriétés. Pour accélérer le processus, trois fédérations de l'immobilier ont signé jeudi 11 mars un protocole d'engagement avec l'Etat pour favoriser la rénovation énergétique de 50 000 copropriétés en 3 ans, notamment grâce à des actions de communication et de formation.
Adoption définitive de la loi Climat : les mesures qui concernent le logement - Batiweb

Adoption définitive de la loi Climat : les mesures qui concernent le logement

A la suite d'une commission mixte paritaire conclusive, l'Assemblée Nationale et le Sénat ont définitivement adopté la loi Climat et Résilience ce mardi 20 juillet. Le volet IV « Se Loger » incite notamment les propriétaires bailleurs à rénover leurs biens considérés comme des passoires thermiques, via le gel des loyers et l'interdication progressive de location des logements les plus énergivores.
Des passoires thermiques plus nombreuses parmi les petites surfaces (étude) - Batiweb

Des passoires thermiques plus nombreuses parmi les petites surfaces (étude)

Dans un contexte où le gouvernement annonce une lutte pour éradiquer les 4,8 millions de passoires énergétiques présentes en France, la start-up Flatlooker a mené son enquête pour identifier les caractéristiques des logements les plus énergivores. Il en ressort que les petites surfaces situées en bas étages seraient plus susceptibles de présenter une étiquette énergétique supérieure à E.