L’éco-prêt à taux zéro officiellement simplifié et revalorisé Législation et règlements | 28.08.19

Partager sur :
Attendus depuis plusieurs mois, un arrêté et un décret ont enfin été publiés au Journal Officiel le 20 août dernier, rendant effectif la simplification des conditions d’attribution de l’éco-prêt à taux zéro et revalorisant certains montants accordés. Les propriétaires pourront désormais n’effectuer qu’un seul type de travaux éligibles et obtenir une aide plus élevée jusqu’en 2021.

Lancé en 2009, l’éco-prêt à taux zéro est une avance sans intérêt pouvant aller jusqu’à 30 000 euros, et qui aide les propriétaires – bailleurs ou occupants – à financer des travaux de rénovation énergétique.

 

Alors que la commercialisation de l’éco-PTZ s’apprête à reprendre jusqu’à fin 2021, un décret et un arrêté parus au Journal Officiel le 20 août 2019 sont venus modifier les conditions d’attribution et les montants accordés par types de travaux.

 

Un seul chantier nécessaire pour en bénéficier

 

Désormais, les propriétaires qui souhaitent bénéficier de l’éco-PTZ peuvent l’obtenir en ne réalisant qu’un seul chantier de rénovation énergétique, contre deux minimum auparavant.

 

Autre avantage : ces ménages bénéficieront d’une avance de 15 000 euros (contre 10 000 euros) pour la réalisation d’un chantier éligible au dispositif, sauf pour les menuiseries extérieures. Pour les propriétaires réalisant deux types de travaux, le plafond accordé montera désormais à 25 000 euros, contre 20 000 euros précédemment.

 

Pour bénéficier de ce prêt, l’emprunteur doit réaliser des rénovations énergétiques d’isolation de la toiture, des menuiseries extérieures, installer ou remplacer un chauffage ou une production d’eau chaude sanitaire, ou encore isoler des planchers bas – autre nouveauté depuis le 1er juillet 2019.

 

C.L.

Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Revalorisé, le chèque énergie bénéficiera à 5,8 millions de Français

Revalorisé, le chèque énergie bénéficiera à 5,8 millions de Français

En septembre dernier, le Gouvernement promettait de revaloriser le chèque énergie. Promesse tenue, puisque le Ministre de la Transition écologique et solidaire a annoncé ce jeudi 3 janvier qu’il serait bien revalorisé de 50 € et étendu à 2,2 millions de Français supplémentaires par rapport à 2018. Un coup de pouce financier qui a pour objectif d’aider les ménages les plus modestes à se chauffer, et de les soutenir dans leurs projets de travaux de rénovation énergétique.
Transformation du CITE en prime : les détails se font attendre

Transformation du CITE en prime : les détails se font attendre

En juin dernier, le Premier ministre, Édouard Philippe, annonçait une remise à plat des aides à la rénovation énergétique des bâtiments. Il confirmait notamment la transformation du CITE en une aide « plus massive ». Deux mois plus tard, où en est-on ? Le montant de la prime, les modalités d’attribution et le périmètre des travaux font l’objet d’une concertation, précise le ministère de la transition écologique. Il faudra donc encore patienter pour connaître les contours du nouveau dispositif.
Transformation du CITE en prime : les recommandations de la Capeb

Transformation du CITE en prime : les recommandations de la Capeb

Alors que le gouvernement s’apprête à transformer le CITE en prime en 2020, la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (Capeb) a salué la volonté de favoriser la réalisation de travaux de rénovation énergétique auprès des ménages les plus modestes, mais elle regrette la complexité du futur dispositif et le manque de lisibilité pour les foyers et les entreprises artisanales. Le point sur ses recommandations.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter