La facture énergétique de la France atteint des records Législation et règlements | 31.07.13

Partager sur :
La facture énergétique de la France atteint des records
À 68,7 milliards d'euros (Md€) en 2012, la facture énergétique de la France a établi un nouveau record historique, dépassant celui de 2011 annonce le service statistique du ministère du développement durable. Les dépenses courantes d’énergie des ménages ont augmenté de 6 % par rapport à 2011, soit deux fois plus que l’année précédente, notamment dans le logement.

Dans son bilan énergétique de la France pour l'année 2012, le ministère du développement durable fait état d'une facture énergétique française à son plus niveau jamais recensée. Elle s’est alourdie de 7 Md€ en un an (+ 11,4 %) et de 30 Md€ depuis 2009. Elle a représenté ainsi l’équivalent de 3,4 % de la richesse produite dans le pays, après 3,1 % en 2011 et 2,4 % en 2010, contre seulement 1 % dans les années 1990. La facture énergétique dépasse le déficit commercial de la France (67,2 Md€). La seule facture pétrolière s’est chiffrée à près de 55 Md€, en hausse de plus de 4 milliards (+ 8,4 %) par rapport à 2011.

Cette progression de la facture pétrolière est liée à un effet quantitatif des produits raffinés et à un effet prix affectant l’ensemble des produits, indique le ministère. La facture gazière a également été en forte progression : + 16,3 % sur un an, pour un total d’environ 13,5 Md€. Cette tendance a résulté de la hausse des prix qui a touché à la fois les prix spots et les contrats à long terme, dont le prix a fluctué en fonction de celui du pétrole brut (avec cinq mois de décalage). Les contrats à long terme ont représenté en France 85 % des entrées brutes. La facture charbonnière a atteint 2,4 Md€, en hausse de 6,2 %, sous l’effet d’une progression des quantités importées pour les besoins des centrales électriques. Le prix moyen des importations a baissé en effet d’environ 5 % entre 2011 et 2012.

Seules les exportations d’électricité ont permis d’atténuer le déficit de la facture énergétique, même si l’excédent commercial dû aux échanges d’électricité en 2012 s’est rétracté sensiblement (1,9 Md€, soit -29 % par rapport à 2011). Le poids relatif de la facture énergétique dans les importations est remonté pour la troisième année consécutive : 16,7 %, soit plus d’un point qu’en 2011. Le dernier record de 2008 est désormais dépassé (16 %). En 2012, il fallait en moyenne 57 jours d’exportations totales du pays pour compenser la facture énergétique, soit 4 jours de plus qu’en 2011. Il faut remonter à la période du second choc pétrolier (1985) pour trouver une facture énergétique plus lourde relativement au commerce extérieur.

Les dépenses d’énergie dans le logement ont bondi

En 2012, les dépenses courantes d’énergie des ménages ont augmenté de 6 % par rapport à 2011, soit deux fois plus que l’année précédente. Elles ont ainsi représenté une facture de 3 200 euros en moyenne par ménage, presque 200 euros de plus qu’en 2011. Cette augmentation est essentiellement due aux dépenses d’énergie dans le logement qui ont bondi de 11 % (chauffage, eau chaude sanitaire, cuisson, usages électriques).

Deux facteurs y concourent selon le ministère : la poursuite de la hausse des prix de l’énergie d’une part, même si elle a été globalement ralentie par rapport à 2011 (fortement pour le fioul, le butane, le propane, l’électricité, nettement moins pour le gaz de ville, énergie prépondérante pour le chauffage des logements) et d’autre part, les températures légèrement moins clémentes qu’en 2011.

En effet, même si l’année 2012 a été plus chaude que la moyenne 1981-2010 en France, et la neuvième plus chaude jamais observée au niveau mondial, selon l’Organisation météorologique mondiale, elle a été plus fraîche d’environ 1°C que l’année 2011, ce qui explique un recours plus important au chauffage.

B.P

Image credit: filmfoto / 123RF Banque d'images
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Try’ver de Tryba : du triple vitrage au même prix que le double

Try’ver de Tryba : du triple vitrage au même prix que le double

Alors que les Français se soucient de plus en plus de l’isolation de leur logement et de leur facture énergétique, Tryba a annoncé avoir lancé en septembre dernier une nouvelle ligne de fenêtres triple vitrage de série. Fabriquée en France, « Try’ver » propose une meilleure isolation thermique et acoustique, mais aussi plus de transmission de lumière et de sécurité. Principal atout : son prix, identique à celui d’un double vitrage.
Orpi aide ses clients dans la rénovation énergétique de leur logement

Orpi aide ses clients dans la rénovation énergétique de leur logement

Alors que 8 propriétaires sur 10 (81%) sont convaincus que les performances énergétiques de leur logement ont un impact sur son prix de vente et sa valeur locative, mais seul un sur deux (53%) se dit concerné par la question, le réseau immobilier Orpi va mettre en place dans ses 1250 agences un point conseil performance énergétique qui fournira à ses clients une aide personnalisée en matière de rénovation de leurs logements.
L'opération « isolation des combles à un euro » va prendre de l'ampleur

L'opération « isolation des combles à un euro » va prendre de l'ampleur

Certinergy, entreprise française spécialisée dans l'efficacité énergétique, veut intensifier son programme de financement de travaux d'isolation des combles des logements des ménages défavorisés. Appelé Pacte Energie solidarité et validé début 2013 par le gouvernement, il promet une isolation des combles pour un euro. L'objectif de l'entreprise est d'atteindre les 60 000 logements rénovés en 2017.
Le succès de l'investissement dans la pierre, responsable de l'envolée des prix des logements

Le succès de l'investissement dans la pierre, responsable de l'envolée des prix des logements

Alors que les prix des logements chutaient partout en Europe, le marché français a fait figure d'exception. Sur la période 2000-2007, les prix longtemps restés stables par rapport aux revenus des ménages, se sont envolés. Après 2008, ils ont également connu une baisse moindre par rapport à d'autres pays européens. Alors comment expliquer cet écart entre les différents marchés immobiliers. Analyse de l'économiste Jacques Friggit.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter